Aviron à Tokyo 2020

Site : Canal de la forêt de la Mer

Dates des compétitions : 24 au 31 juillet (Jours 0 à 7)

Épreuves : 14 (7 masculines et 7 féminines)

Fédération nationale : Rowing Canada Aviron

Fédération internationale : World Rowing

MENS EIGHT

Une page d’histoire olympique sera écrite à Tokyo 2020 puisque l’aviron atteindra la parité hommes-femmes avec le nombre identique d’épreuves pour les hommes et les femmes. Les quatorze épreuves d’aviron au programme olympique se divisent en deux groupes : les épreuves de couple (un, deux, quatre et deux de couple poids léger) et les épreuves de pointe (deux, quatre et huit). Les rameurs se servent de deux avirons pour les épreuves de couple et d’un aviron pour les épreuves de pointe. Les épreuves sont disputées individuellement ou en équipage de deux, de quatre ou de huit. Au programme olympique actuel, seul l’équipage de huit comprend un barreur pour donner la cadence et diriger l’embarcation.

Les courses sont disputées sur un parcours de 2000 m comportant six couloirs. Selon le nombre de concurrents, la compétition peut comprendre des vagues préliminaires, des vagues de repêchage, des quarts de finale, des demi-finales et des finales. La finale A détermine les six premiers rangs et la finale B, les rangs sept à douze.

Comme le nom le suggère, il y a un poids maximum pour les embarcations des épreuves de poids léger. Une équipe féminine pour une épreuve de poids léger ne peut pas dépasser une moyenne de 57 kg et aucune rameuse individuelle ne peut peser plus de 59 kg.  Chez les hommes, le poids moyen des athlètes pour une épreuve de poids léger est de 70 kg et aucun athlète ne peut peser plus de 72,5 kg. Il n’existe aucune restriction pour les autres épreuves, à l’exception du barreur qui doit peser au moins 66 km, mais n’a pas être du même genre que l’équipe avec qui il ou elle travaille.

Le Canada aux Jeux olympiques (avant Tokyo 2020)

Il n’y a que deux disciplines olympiques d’été qui ont valu au Canada plus de médailles que les 41 obtenues par des rameurs canadiens.

Tout a commencé à Saint-Louis 1904 lorsque le huit masculin a gagné une médaille d’argent, la première des onze médailles olympiques du Canada à cette épreuve, dont trois d’or (Los Angeles 1984, Barcelone 1992 et Beijing 2008). Le huit féminin a quant à lui été médaillé à quatre reprises, dont une fois d’or à Barcelone 1992.

Le plus grand nombre de médailles gagnées par le Canada lors des mêmes Jeux est de six, atteint à Los Angeles 1984 et Atlanta 1996. C’est à Los Angeles que la rameuse canadienne la plus décorée de l’histoire, Lesley Thompson Willie, a décroché la première de ses cinq médailles olympiques, l’argent au quatre de pointe (toutes ses autres médailles proviennent du huit).

Gold medal - Suisse

Médaille d’or – Suisse

C’est aussi à Atlanta que Marnie McBean et Kathleen Heddle deviennent les premières athlètes canadiennes à gagner trois médailles d’or olympiques en carrière. Elles y remportent le deux de couple, ajoutant aux médailles d’or obtenues à Barcelone 1992 au deux de pointe et au huit. Des cinq médailles récoltées en aviron par le Canada à Barcelone, quatre sont d’or et une de bronze, cette dernière remportée par Silken Laumann en skiff, 78 jours après qu’elle ait été opérée cinq fois pour une fracture de la jambe survenue lors d’une collision avec un autre bateau.

Le Canada a remporté sa toute première médaille d’or olympique en aviron à Melbourne 1956 au quatre de pointe masculin. Huit ans plus tard, George Hungerford et Roger Jackson enchaînent au deux de pointe à Tokyo 1964. On les surnommait les « golden rejects » parce qu’ils sont passés de remplaçants à champions olympiques quelques semaines seulement après avoir commencé à s’entraîner ensemble. Ils sont d’ailleurs les premiers médaillés d’or du Canada après l’adoption officielle du drapeau unifolié moins de quatre mois auparavant.

À Rio 2016, le Canada a décroché une seule médaille quand Lindsay Jennerich et Patricia Obee ont pris le deuxième rang de l’épreuve féminine du deux de couple poids léger.