Biographie :

Deux fois médaillé olympique en aviron à l’épreuve du huit, le Canadien Joe Wrigh père a remporté l’argent aux Jeux olympiques de St. Louis en 1904 et le bronze aux Jeux de Londres en 1908.

Joe Wright père était membre du Club d’aviron Argonaut de Toronto qui a été choisi pour représenter le Canada à l’épreuve du huit aux Jeux olympiques de 1904 à St. Louis, où il a remporté la médaille d’argent. Quatre ans plus tard, toujours à l’épreuve du huit avec le Club d’aviron Argonaut, il a empoché la médaille de bronze. Aux Jeux de Stockholm en 1912, Wright était l’entraîneur de l’équipe canadienne qui n’a pas franchi la ronde préliminaire.

Membre du Club d’aviron Argonaut toute sa vie, comme athlète et entraîneur, Wright père compte à son actif plus de 130 titres dans différentes embarcations. Il a remporté le titre à quatre et en duo des championnats nationaux des États-Unis de 1885 et a mené les Argonauts à la victoire à la régate Royal Canadian Henley. Entraîneur reconnu à travers le monde, Wright père a dirigé l’équipe de l’Université de la Pennsylvanie de 1916 à 1926. Il a notamment eu son fils Joe comme athlète et l’a conduit jusqu’au titre de la prestigieuse régate Diamond Sculls de 1928 et à une médaille d’argent aux Jeux olympiques d’Amsterdam la même année.

Wright père était un athlète complet. Il excellait en athlétisme, établissant des marques nationales aux lancers du poids et du marteau. Il a été l’un des premiers Canadiens à courir 100 verges en 10 secondes. Il était aussi champion canadien de billard, champion canadien amateur de boxe chez les poids lourds, champion canadien amateur de lutte chez les poids lourds à 35 ans et a joué au football pour les Argonauts à 44 ans. Politicien sur la scène municipale, Wright père a été élu trois mandats au sein du conseil municipal de Toronto, d’abord en 1928. Il est décédé à Toronto à l’âge de 86 ans.

En 1950, Wright a été nommé meilleur rameur canadien de la première moitié du siècle. Il a été intronisé au Panthéon des sports canadiens en 1955 et au Temple de la renommée olympique du Canada en 1953.