Biographie :

Le rameur Joe Wright fils a remporté une médaille d’argent à l’épreuve du deux de couple aux Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam.

Le rameur canadien Joe Wright fils a fait équipe avec son ancien rival Jack Guest à l’épreuve du deux de couple aux Jeux d’Amsterdam en 1928, où il a été le porte-drapeau du Canada à l’occasion de la cérémonie d’ouverture. Ils ont subi une défaite surprise au deuxième tour, battu la France en ronde de repêchage, battu les Allemands en quarts de finale, ont eu droit à un laissez-passer en demi-finales et ils ont été défaits en finale par les Américains par une marge de 10 secondes, pour ainsi mettre la main sur la médaille d’argent. Dans l’épreuve à un rameur en couple, Wright a été éliminé en quarts de finale par l’éventuel médaillé de bronze, et il a été remplaçant pour l’équipage masculin de huit qui a raflé le bronze (sans toutefois concourir). Aux Jeux de Los Angeles en 1932, Wright a fait partie d’un groupe de cinq rameurs en couple qui n’ont pas atteint la finale.

Wright fils avait la lourde tâche de suivre les traces de son célèbre père Joe, qui a remporté deux médailles olympiques au sein du huit aux Jeux de St. Louis en 1904 (argent) et à ceux de Londres en 1908 (bronze), et qui était peut-être le rameur le plus connu à l’échelle canadienne. Ce n’est qu’à l’âge de 18 ans que Wright fils a décidé de pratiquer l’aviron, alors qu’il s’est joint au Club d’aviron des Argonauts à Toronto, où sa famille était un pilier du club et représentait une force sur la scène sportive torontoise. Un peu plus tard, pendant que son père était l’entraîneur du Club sportif Penn aux États-Unis, Wright fils a remporté quatre titres du skiff en 1926 (de la catégorie junior jusqu’à senior) aux Championnats nationaux à Philadelphie. Son père l’a ramené vivre au Canada quand les médias ont commencé à le présenter comme le « prochain champion ‘américain’ » de son sport.

Wright fils se dirigeait vers le titre le plus prestigieux de son sport à l’édition de 1927 à la Régate Henley Royal (qui était alors l’équivalent des Championnats du monde), mais alors qu’il s’approchait de la ligne d’arrivée et profitait d’une avance de deux longueurs et demie sur son rival anglais, Wright fils a percuté une balise du parcours et s’est retrouvé trop emmêlé pour franchir la ligne d’arrivée à temps. Il est revenu en 1928 pour remporter le titre aux dépens du vainqueur de l’année précédente. Wright fils a par ailleurs remporté trois titres des États-Unis en plus de ses neuf championnats canadiens.

En 1934, Wright fils était désormais à la retraite, en raison surtout d’un ulcère qui l’affectait. Quand le pavillon des Argonauts a été détruit par les flammes en 1948, son équipement au complet a été emporté par l’incendie et il a même cessé de pratiquer l’aviron de façon récréative. Il a joué au football avec les Argonauts de Toronto dans la Ligue canadienne de football (LCF) de 1924 à 1936, remportant notamment la Coupe Grey en 1933. Wright fils a été dirigeant en administration sportive en aviron (deux fois président de l’Association canadienne des rameurs amateurs) ainsi qu’au football (président des Argos dans les années 1960 et président de l’Association de l’Est de la LCF). Son corps a servi de modèle pour la statue de Ned Hanlan, la première super étoile canadienne de l’aviron, qui se trouve dans l’est de Toronto. En 1930, il a épousé l’Américaine Martha Norelius, qui a remporté trois médailles d’or olympiques en natation, ils ont eu une fille et ont ensuite divorcé.

Wright fils a été intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada en 1952, au Panthéon des sports canadiens en 1955 et, en même temps que son père, au Temple de la renommée de l’aviron canadien en 2018.