Comment ça fonctionne :

Le ski acrobatique aurait fait son apparition dans les années 1930 quand des skieurs alpins et des fondeurs norvégiens se sont mis à exécuter des manœuvres acrobatiques pendant leur entraînement. Un de ces skieurs était Stein Eriksen, le champion olympique de slalom géant des Jeux de 1952. Après son déménagement aux États-Unis, il a entrepris de divertir ses élèves en faisant différents sauts. Après quelques démonstrations informelles, on a commencé à organiser des compétitions officielles, et la discipline a été reconnue par la Fédération internationale de ski (FIS) en 1979.

L’Équipe olympique canadienne 2014 – ski acrobatique

La FIS a organisé les premiers Championnats du monde de ski acrobatique en 1986, deux ans avant la présentation d’épreuves de bosses, de saut acrobatique et de ballet comme sport de démonstration aux Jeux olympiques de 1988 à Calgary. Les bosses ont été intégrées au programme officiel lors des Jeux olympiques d’hiver de 1992 à Albertville, et le saut acrobatique a suivi en 1994 à Lillehammer. On devra attendre les Jeux de 2010 à Vancouver pour que le ski cross fasse son entrée au programme. Régi au Canada par Canada Alpin, le ski cross est considéré comme une discipline acrobatique par la FIS. L’ajout de la demi-lune et du slopestyle aux Jeux de 2014 à Sotchi portera le nombre d’épreuves de ski acrobatique aux Jeux olympiques à 10, soit cinq pour chaque sexe.