Patinage Artistique – PyeongChang 2018

Site de compétition : Palais des glaces de Gangneung

Dates des compétitions : 9, 11, 12, 14-17, 19-21, 23 et 25 février (Jours 0, 2, 3, 5-8, 10-12, 14 et 16)

Nombre d’épreuves : 5 (1 masculine, 1 féminine, 3 mixtes)

Il y a quatre épreuves de patinage artistique : le patinage individuel, homme et femme, le patinage en couple et la danse sur glace. Pour chacune d’elles, les patineurs exécutent deux programmes, le programme court/la danse courte, ainsi que le programme/la danse libre.

Les deux programmes courts de patinage individuel durent deux minutes quarante secondes (plus ou moins dix secondes). Ils comprennent sept éléments : trois sauts (y compris une combinaison) trois pirouettes et une séquence de pas.

Kaetlyn Osmond lors du programme libre chez les femmes à la Finale du Grand Prix de l'ISU, le 9 décembre 2016 à Marseille. (AP Photo/Christophe Ena)

Le programme libre des hommes dure quatre minutes trente secondes (plus ou moins dix secondes). Il comprend 13 éléments : huit sauts (y compris trois combinaisons), trois pirouettes, une séquence de pas et une séquence chorégraphique. Le programme libre féminin dure quatre minutes (plus ou moins dix secondes) et il comprend 12 éléments : sept sauts (y compris trois combinaisons), trois pirouettes, une séquence de pas et une séquence chorégraphique.

Aux Jeux olympiques, les 24 meilleurs athlètes parmi les 30 qui participant au programme court peuvent participer au programme libre.

Le programme court du patinage en couple dure lui aussi deux minutes quarante secondes (plus ou moins dix secondes) et comprend sept éléments : une levée, une levée vrillée, un saut lancé, un saut en solo, une pirouette, une spirale de la mort et une séquence de pas. Les 16 meilleurs couples parmi les 20 qui participent au programme court participent aussi au programme libre. Celui-ci dure quatre minutes trente secondes (plus ou moins dix secondes) et comprend 12 éléments : trois levées, une levée vrillée, deux sauts lancés, un saut en solo, une combinaison de sauts en solo, une pirouette en solo, une pirouette en couple, une spirale de la mort et une séquence chorégraphique.

Meagan Duhamel, Eric Radford

En danse sur glace, la danse courte est créée selon un patron de danse imposé. Lors de la saison 2017‑2018, ce patron sera la rumba. D’autres rythmes de musiques latines peuvent être incorporés dans les deux minutes cinquante secondes (plus ou moins dix secondes) du programme, qui doit aussi inclure, en plus du patron, une séquence de voltes, une séquence de pas, une levée et une pirouette.

Photo : Canadian Press

Les 20 meilleurs couples parmi les 24 qui participent à la danse courte prennent ensuite part à la danse libre. Elle dure quatre minutes (plus ou moins dix secondes) et comporte une pirouette, deux séquences de pas, une séquence de voltes et quatre ou cinq levées selon la manière dont la danse est chorégraphiée.

Pour chacun des programmes et chacune des danses, les patineurs reçoivent deux séries de notes, soit la note totale des éléments et la note des composantes de programme. La première tient compte de chaque élément exécuté (saut, pirouette, jeux de pieds, levée, etc.) selon une valeur nominale qui peut augmenter ou diminuer selon l’exécution. La deuxième évalue le programme ou la danse en entier et elle est divisée en cinq volets (patinage, transition, performance, composition et interprétation de la musique) notés sur une échelle de 0,25 à 10. Dans le calcul des deux notes, on fait une moyenne des notes accordées pour chaque élément évalué par les neuf juges sans tenir compte de la valeur la plus haute ni de la valeur la plus basse. L’addition de la note totale des éléments et de la note des composantes de programme donne la note totale de segment. On additionne ensuite les notes totales de segments du programme court et celle du programme libre pour obtenir le résultat final.

Photo: Canadian Press

Dix pays participent à l’épreuve par équipes. Chaque équipe compte un homme, une femme et un couple qui participent aux épreuves de patinage et un couple pour la danse sur glace. Les cinq meilleures équipes du programme court prennent part au programme libre. Le rang des équipes est déterminé par un cumul des points accordés à chaque patineur et chaque couple (par exemple, la première place donne dix points, la deuxième place en donne neuf, et ainsi de suite jusqu’à la dixième place qui reçoit un point).

Le Canada aux Jeux (avant PyeongChang 2018)

Avec ses 25 médailles olympiques, le Canada est l’une des puissances mondiales de la discipline avec les États-Unis et la Russie.

Trois de ces médailles ont été remportées à Sotchi 2014, où le Canada a mis la main sur la médaille d’argent de la toute première épreuve olympique par équipes. Patrick Chan a aussi remporté l’argent à l’épreuve masculine individuelle et le couple Tessa Virtue et Scott Moir on fait de même à l’épreuve de danse sur glace en couple. À Vancouver 2010, quatre ans plus tôt, le même duo avait remporté la médaille d’or. Ils étaient les premiers Canadiens à devenir champions olympiques en danse sur glace. C’est aussi à Vancouver que Joanie Rochette a remporté sa médaille de bronze devant une foule de partisans venus l’appuyer après le tragique décès de sa mère.

Joannie Rochette

Les Jeux de 1988 en sol canadien à Calgary ont aussi été fructueux pour le Canada. Dans ce que l’on appelle la bataille des Brian, Brian Orser a remporté sa deuxième médaille d’argent consécutive face à l’Américain Brian Boitano qui remporta l’or. Elizabeth Manley a créé la surprise avec sa médaille d’argent à l’épreuve féminine, alors que Tracy Wilson et Rob McCall sont devenus les premiers médaillés canadiens en danse sur glace grâce à leur médaille de bronze.

La première médaille d’or olympique canadienne a été remportée par Barbara Ann Scott en 1948 à Saint‑Moritz. Cet exploit a été répété à deux reprises dans les épreuves en couple, une première fois par Barbara Wagner et Robert Paul en 1960 à Squaw Valley, et une seconde fois par Jamie Sale et David Pelletier en 2002 à Salt Lake City

BARBARA ANN SCOTT

La liste des multimédaillés canadiens comprend aussi Elvis Stojko, qui a remporté deux médailles d’argent consécutives à Lillehammer 1994 et Nagano 1998, ainsi qu’Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler qui ont atteint en couple le podium Albertville 1992 et de Lillehammer 1994.