Biographie :

Joannie Rochette a offert l’une des moments les plus marquants des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver 2010. Elle a remporté le bronze à l’épreuve individuelle féminine en patinage artistique, une première médaille olympique pour le Canada dans cette épreuve depuis l’argent obtenu par Elizabeth Manley à Calgary 1988, mais c’est sa force incroyable dans des circonstances des plus tragiques qui ont placé un pays entier derrière elle.

Deux jours seulement avant qu’elle ne patine son programme court, la mère de Rochette, Thérèse, est décédée d’une crise cardiaque peu de temps après être arrivée à Vancouver. Rochette a choisi d’honorer sa plus grande fan et de patiner. Avec le pays en entier pour la soutenir, elle a offert un programme court bon qui lui a valu un record personnel. Deux jours plus tard, elle a réalisé son programme libre pour sécuriser sa place sur le podium.

Malgré le nombre record de médailles d’or obtenues par le Canada à Vancouver 2010, c’est Rochette qui a eu l’honneur de porter la feuille d’érable à la Cérémonie de clôture.

Joannie Rochette est arrivée à Vancouver 2010 en tant que vice-championne du monde en titre. Cette médaille des mondiaux avait également mis fin à une période sans médaille pour le Canada à l’épreuve individuelle féminine, le dernier podium remontant à l’argent de Manley en 1988.

Rochette a remporté six titres nationaux de suite, de 2005 à 2010. Elle a fait ses débuts olympiques à Turin 2006, où elle a terminé 5e. Rochette s’est qualifiée pour la finale du Grand Prix de l’ISU trois fois dans sa carrière; sa performance la plus marquante arriva en décembre 2004, lorsqu’elle a remporté le bronze. Elle a gagné trois médailles de suite aux Championnats des quatre continents, de 2007 à 2009.

Après sa dernière compétition, à Vancouver 2010, Joannie Rochette a patiné dans plusieurs spectacles et tournées avant de choisir de s’inscrire en médecine à l’Université McGill en 2015. Elle a obtenu son diplôme en avril 2020.