Comment ça fonctionne :

Les origines du patinage remontent au 13e siècle aux Pays-Bas, où, pour faciliter les déplacements sur les canaux gelés, on limait et modelait les os d’animaux pour les attacher aux chaussures. Les Néerlandais ont ensuite développé le patinage avec l’utilisation de lames d’acier aiguisées, et ils auraient organisé la première compétition de patinage de vitesse en 1676. Les Néerlandais ont par la suite introduit ce sport en Angleterre, où la première compétition répertoriée de patinage de vitesse a été organisée en 1763. C’est par les Britanniques que ce sport a fait son entrée en Amérique du Nord et la première compétition recensée au Canada a eu lieu sur le fleuve Saint-Laurent en 1854 lorsque trois officiers de l’armée britannique ont patiné de Montréal à Québec.

En 1887 a été fondée l’Association de patinage amateur du Canada, première association sportive nationale du pays. Sept ans plus tard, le Canada est devenu le premier membre non européen de l’International Skating Union, qui a organisé son premier championnat du monde officiel en 1893. Le premier championnat du monde officiel à avoir inclus des épreuves féminines a eu lieu en 1936.

Le patinage de vitesse sur longue piste a fait son entrée au programme olympique dès les premiers Jeux olympiques d’hiver à Chamonix en 1924, et seules les épreuves masculines figuraient au programme. Aux Jeux de Lake Placid en 1932, les femmes ont concouru en patinage de vitesse sur longue piste, alors sport de démonstration. Il faudra attendre les Jeux de 1960 à Squaw Valley pour voir le patinage de vitesse sur longue piste féminin entrer officiellement au programme olympique.

Le patinage de vitesse sur longue piste est considéré comme le sport à propulsion humaine le plus rapide, les patineurs atteignant des vitesses de plus de 60 km/heure. Toutes les épreuves de patinage de vitesse sur longue piste se déroulent sur une piste ovale de 400 m et sont chronométrées au centième de seconde près.

Dans toutes les épreuves individuelles, les patineurs concourent en paires, contre la montre. Patinant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, les concurrents changent de couloirs à chaque tour afin d’égaliser la distance parcourue. Le patineur qui se trouve dans le couloir extérieur a la priorité au point de changement de couloir si les deux patineurs y arrivent en même temps.