Biographie :

Laurent Dubreuil a connu la meilleure saison de sa carrière en 2014‑2015 quand il a remporté une médaille de bronze à l’épreuve du 500 m aux Championnats mondiaux de distances individuelles de l’ISU, obtenu ses premières médailles de Coupe du monde (deux médailles d’argent et trois médailles de bronze) et terminé au 2e rang du classement de la Coupe du monde à l’épreuve du 500 m. Ce succès lui a valu le titre de patineur sur longue piste de l’année, un honneur décerné par Patinage de vitesse Canada qu’il a partagé avec Denny Morrison.

L’année précédente, Laurent ne s’était pas qualifié au 500 m pour Sotchi 2014 en raison d’un retard de 0,05 seconde. Cette déception l’a amené à évaluer de nouveau tous les aspects de son entraînement et les décisions qu’il avait prises au sujet de son sport, ce qui a fait de lui un meilleur athlète. Il a gagné sa première médaille d’or individuelle de Coupe du monde à l’épreuve du 500 m à l’occasion de la première compétition de la saison 2017‑2018, à Heerenveen. Laurent, dont les parents sont d’anciens athlètes olympiques, a connu beaucoup de succès tôt dans sa carrière. Il a participé à trois Championnats du monde juniors durant lesquels il a remporté une médaille d’argent au 500 m en 2011 et une médaille d’or en 2012. Toujours en 2011, il a gagné cinq médailles, dont trois médailles d’or aux Jeux d’hiver du Canada, et a été nommé Étoile montante de l’année en patinage sur longue piste, titre décerné par Patinage de vitesse Canada.

À PyeongChang 2018, Laurent a terminé au 25e rang à l’épreuve du 1000 m et 18e à l’épreuve du 500 m.

À propos de Laurent

Débuts : Il a commencé à patiner dès l’âge de 4 ans sur une patinoire construite dans sa cour arrière par son père et athlète olympique Robert, qui avait participé à la compétition de patinage de vitesse sur longue piste à Albertville 1992 et à celle sur courte piste à Calgary 1988, alors que ce sport était en démonstration. Sa mère, Ariane Loignon, est aussi olympienne en patinage de vitesse sur longue piste et a participé à Calgary 1988. Lorsque Laurent était plus jeune, il n’avait pas la moindre idée que ses parents avaient déjà patiné à un si haut niveau. Quand Laurent avait 6 ou 7 ans, sa mère a essayé de lui donner des conseils techniques, mais il lui a dit qu’il ne suivrait pas ses conseils parce qu’elle ne savait même pas patiner. Au-delà du patinage de vitesse : Il aime regarder le sport à la télé et il aime jouer au golf pendant l’entre-saison. Il est étudiant à temps partiel en communications à l’Université Laval et il a pour objectif professionnel de travailler dans les médias. Il a manqué trois mois d’entraînement en 2009 en raison d’une grave blessure au dos et continue d’incorporer des heures d’exercices d’étirement et de renforcement du tronc dans sa routine quotidienne.