Biographie :

Kaylin Irvine rêvait de devenir olympienne depuis l’âge de 11 ou 12 ans, époque de sa vie où elle a participé à un camp de patinage d’été des provinces de l’Ouest. Pendant qu’elle écoutait des membres de l’équipe olympique parler de leur vécu, elle a eu le pressentiment qu’elle allait suivre leurs traces. Elle est devenue olympienne à Sotchi 2014 où elle a terminé 17e au 1000 m. Kaylin a fait ses débuts sur le circuit de la Coupe du monde en janvier 2012, suivis de sa toute première présence aux Championnats du monde de sprint et aux Championnats du monde par distances individuelles.

En 2012‑2013, elle a participé à sa première saison complète de Coupe du monde, en plus de retourner aux Championnats du monde par distances individuelles, auxquels elle a obtenu la 13e place à l’épreuve de 1000 m. Elle a obtenu un meilleur résultat en carrière à la Coupe du monde de Berlin en décembre 2013 où elle a terminé 7e au 1000 m, « une course parfaite », selon elle. Elle n’a participé à aucune compétition internationale au cours de la saison 2014‑2015, mais y est revenue à temps plein les deux saisons suivantes. En mars et en avril 2017, elle a subi deux commotions cérébrales superposées. Malgré les écueils qui survenaient pratiquement une semaine sur deux, elle a su se rétablir et mériter sa place au sein de l’équipe canadienne des coupes du monde pour l’automne 2017. En novembre, elle a remporté le bronze de l’épreuve non olympique de sprint par équipes à Stavanger, en Norvège.

À propos de Kaylin

Débuts : Elle s’adonne au patinage de vitesse depuis qu’elle a 10 ans. Un proche de la famille a remarqué sa musculature et lui a suggéré de l’essayer. Elle aimait surtout faire la course contre les garçons et mettre en valeur son côté compétitif. Au-delà du patinage de vitesse : Elle aime l’escalade sportive, la cuisine, les soupers entre amis et dessiner. Elle affiche ses repas sur Intagram au @gladlygourmand. Elle appuie les fondations BranchOut et Rapides et Radieuses. Elle a fait des études générales à l’Université de Calgary. Son mot d’ordre : « Fait de ton mieux puis fait ce qu’il y a de mieux ».