Natation à Tokyo 2020

Site: Centre olympique de natation (épreuves en piscine), Base nautique d’Odaiba (épreuves en eau libre)

Dates des compétitions: Épreuves de piscine – 25 juillet au 2 août (Jours 1 à 9), épreuves en eau libre – 5 et 6 août (Jours 12 et 13)

Épreuves: 37 (18 masculines, 18 féminines et 1 mixte)

Réunissant 37 épreuves, la natation est la discipline qui compte le plus grand nombre de remises de médailles après l’athlétisme. Le programme de natation olympique comprend des épreuves individuelles et de relais en piscine, ainsi que des épreuves individuelles en eau libre.

On retrouve des épreuves dans quatre styles de nage: style libre, dos, brasse et papillon, de même que des épreuves quatre nages, où chaque style est pratiqué sur un segment égal de la distance. En style libre, les nageurs peuvent utiliser la nage de leur choix, mais la plupart utilisent le crawl, car c’est le plus rapide.

En piscine, des épreuves masculines et féminines de 100 m et 200 m sont disputées pour chaque nage. En style libre s’ajoutent des distances de 50 m, 400 m, 800 m et 1500 m, chez les hommes et chez les femmes. Les épreuves du quatre nages individuelles se disputent chez les hommes et chez les femmes sur 200 m et 400 m. Il y a deux épreuves de relais style libre, le 4×100 m et le 4×200 m, et un relais 4×100 m quatre nages chez les hommes et chez les femmes. À Tokyo 2020, une nouvelle épreuve s’ajoute, soit le relais mixte 4×100 m quatre nages avec des équipes de deux hommes et deux femmes. Les épreuves masculine et féminine en eaux libres sont des marathons de 10 km.

Toutes les épreuves en piscine débutent par des vagues préliminaires. Au 50 m, 100 m et 200 m, les 16 nageurs les plus rapides aux épreuves préliminaires avancent en demi-finales, puis les huit plus rapides passent en finale. Il n’y a aucune demi-finale à partir du 400 m : les huit nageurs ou équipes les plus rapides accèdent directement à la finale. Les couloirs sont attribués en fonction des temps de qualification, les plus rapides nageant au centre.

Les nageurs en eaux libres peuvent utiliser la nage de leur choix. Après un départ de masse donné d’un quai ou d’un ponton, les nageurs font plusieurs tours d’un parcours balisé. Pendant la course, qui dure environ deux heures, ils peuvent être ravitaillés en eau par leurs entraîneurs d’un ponton désigné à cette fin. Les contacts physiques sont nombreux, particulièrement au départ et autour des bouées de virage, où les nageurs rivalisent pour conserver leur position. Pour profiter de l’effet de sillage, les nageurs ont tendance à négocier le parcours en pelotons, qui s’étire au dernier tour dans le sprint vers l’arrivée, où ils doivent toucher une des six plaques installées au-dessus de l’eau.

Le Canada aux Jeux olympiques

Le Canada a récolté un total de 49 médailles olympiques en natation, son deuxième meilleur palmarès parmi les sports d’été.

Six de ces médailles ont été remportées à Rio 2016, soit la troisième récolte canadienne de l’histoire, derrière les 10 médailles décrochées dans un contexte de boycottage à Los Angeles 1984 et les huit médailles gagnées à la maison à Montréal 1976. Penny Oleksiak a écrit quelques pages d’histoire au Brésil. En remportant quatre médailles, elle est devenue l’athlète canadienne la plus décorée de l’histoire à une édition des Jeux d’été. Elle a aussi rejoint le grand Victor Davis à titre de plus grande médaillée canadienne en natation dans l’histoire olympique. En remportant l’or au 100 m style libre à l’âge de seulement 16 ans et 59 jours, Oleksiak est aussi devenue la plus jeune championne olympique de l’histoire canadienne.

Oleksiak a conduit les équipes de relais 4x100m et 4x200m à des médailles de bronze et elle a aussi décroché l’argent au 100m papillon. Avec sa coéquipière du relais Taylor Ruck, elles sont devenues les premières médaillées olympiques nées au 21e siècle. Kylie Masse et Hilary Caldwell ont ajouté des médailles de bronze dans les épreuves de dos.

George Hodgson a signé les deux premières médailles du Canada, l’or au 400 m et au 1500 m style libre à Stockholm 1912. Malgré de bonnes performances dans l’intervalle, la prochaine médaille d’or du Canada ne viendra qu’à Los Angeles 1984, où Alex Baumann est couronné au 200 m et au 400 m quatre nages en un temps record, et Victor Davis et Anne Ottenbrite enlèvent le 200 m brasse. Avant Oleksiak, le dernier champion olympique canadien était Mark Tewksbury dont la médaille d’or au 100 m dos remontait à Barcelone 1992.

Tera Van Beilen durant le 100 m brasse en demi-finale des Jeux de Londres, en 2012. Dimanche 29 juillet 2012.  LA PRESSE CANADIENNE/HO, COC – Mike Ridewood

Davis a réalisé une récolte record de quatre médailles réparties entre Los Angeles 1984 et Séoul 1988 Tom Ponting, papillonneur et pilier du relais, est le seul Canadien à avoir remporté des médailles sur trois Jeux (Los Angeles 1984, Séoul 1988, Barcelone 1992).

Les femmes sont admises aux épreuves de natation à compter de Stockholm 1912, mais il faudra attendre Mexico 1968 pour qu’une Canadienne monte sur le podium. Elaine Tanner y enfilera une médaille d’argent au 100 m et au 200 m dos et le bronze au 4×100 m style libre.

Robin Corsiglia devient la plus jeune médaillée olympique canadienne à 13 ans et 341 jours quand l’équipe du relais 4×100 m quatre nages remporte le bronze à Montréal 1976. Huit des 11 médailles canadiennes à ces Jeux en sol canadien ont d’ailleurs été gagnées dans la piscine, dont deux médailles de bronze au dos par Nancy Garapick, et l’argent de Cheryl Gibson et le bronze de Becky Smith au 400 m quatre nages individuel.

Aux derniers Jeux, Londres 2012, les Canadiens ont décroché trois médailles. Ryan Cochrane a donné suite à sa médaille de bronze au 1500 m libre à Beijing 2008 avec une médaille d’argent sur la même distance, tandis que Brent Hayden a gagné une première médaille (bronze) pour le Canada au 100 m style libre. Richard Weinberger a quant à lui donné au Canada sa première médaille en eaux libres, le bronze au 10 km marathon.