Biographie :

Richard Weinberger avait déjà commencé à se faire un nom comme l’un des plus grands nageurs en eaux libres du monde lorsqu’il a gagné le bronze au marathon de 10 km à Londres 2012, ce qui lui a valu d’être nommé parmi les cinq meilleurs nageurs en eaux libres de l’année par la FINA. Il a commencé sa percée sur la scène internationale avec une médaille de bronze des Championnats panpacifiques de 2012. En 2011, il a remporté l’or à l’épreuve olympique préparatoire à Hyde Park et aux Jeux panaméricains à Guadalajara. Aux Championnats du monde de la FINA 2013, Richard s’est classé 5e à l’épreuve de 10 km et a raté le podium par tout juste sept dixièmes de seconde. Mais il a fait preuve d’une grande détermination lorsqu’il s’est réchappé d’une importante erreur – il a manqué une bouée de virage avant la mi-parcours –, ce qui l’a forcé à déployer beaucoup d’énergie pour rattraper le peloton. Il a raté de peu le podium aux Jeux panaméricains 2015 de Toronto où il a terminé au 4e rang de la première course de la saison 10 km, à seulement un dixième de seconde du bronze, après avoir mené la course depuis la mi‑parcours. Il a enregistré un autre top 10 aux Championnats du monde de la FINA.

À PROPOS DE L’ATHLÉTE

Famille : Ses parents se nomment Tony et Marina Weinberger. Il a une sœur aînée nommée Brittany. Il a vécu à Moose Jaw pendant quatre ans avant de déménager en Arabie saoudite, à Terre-Neuve et à Halifax avec son père pilote de ligne aérienne. Débuts : Il a commencé à nager à l’âge de 6 ans pour dépenser son surplus d’énergie qui lui causait des problèmes à l’école. Il a appris à nager au complexe familial à Riyadh (Arabie saoudite). Il a découvert la natation en eaux libres à l’âge de 19 ans quand il a déménagé à Victoria et que son entraîneur Ron Jacks l’a convaincu d’essayer. Au-delà de la natation : Il aime les jeux vidéos (World of Warcraft en particulier), la lecture et la randonnée. Il aimerait faire de l’escalade et explorer l’Asie du Sud-Est. Il a mis ses études en économie et en mathématiques à l’Université de Victoria en veilleuse pour se concentrer sur la natation. Quand il a eu de la difficulté à conserver son poids pendant les semaines d’entraînement de 100 km, le médaillé olympique allemand Thomas Lurz lui a conseillé de boire un grand lait frappé de chez McDonald avant de se mettre au lit. On le surnomme Richie. Avant une compétition, il improvise au son de ses chansons préférées. Sa devise : le bon rythme est un rythme suicidaire. Il se considère comme une « bête aérobique » avec l’endurance de Chuck Norris.