Pendant les Jeux olympiques, le monde est au rendez-vous pour voir les athlètes montrer ce pour quoi ils se sont entraînés toute leur vie.

Quelques-uns ont déjà vécu les Olympiques. Cependant, pour les autres, Tokyo 2020 sera la première fois que leur sport ou leur discipline fera partie des Jeux. Puis il y a ces athlètes canadiens qui ont attendu très longtemps pour que leur équipe se qualifie pour le tournoi olympique.

Voici certains athlètes d’Équipe Canada à surveiller dans les sports qui feront leur retour au programme olympique :

Softball

Ce sport a fait ses débuts olympiques aux Jeux d’Atlanta 1996, où le Canada a terminé cinquième. Après des présences à Sydney 2000 et à Athènes 2004, le Canada a affiché son meilleur résultat de tous les temps à Beijing 2008, terminant quatrième après une défaite en demi-finale face à l’Australie.

C’est la dernière fois que le softball a été présenté aux Jeux olympiques, soit il y a 12 ans. Maintenant, puisque le sport effectue un retour au programme des Jeux, Équipe Canada est prête à rivaliser sur la scène olympique à nouveau, motivée par des médailles de bronze remportées aux Championnats du monde 2016 et 2018.

À LIRE : Quelles sont les différences entre le softball et le baseball?

View this post on Instagram

𝘈 𝘮𝘰𝘮𝘦𝘯𝘵 I and we (@softball.canada) will NEVER FORGET. I am smiling from ear to ear because we just beat Brazil to qualify for the @tokyo2020 Olympic Games but there is also something super special about that moment. ⁣ ⁣ @kaleighrafter5 and I have been in the trenches with the National Team since…well, for me 2006, and for her 2007. Both of us maybe left for a year or two, but all in all…we have done some serious time together with the National Team. To witness her hitting the WALK OFF HOMERUN in the game that punched our ticket to the Olympics just makes me SO DAMN HAPPY 😍 ⁣We were teammates in the 2008 Beijing Olympic Games and this is our LAST RUN together. So, to see her- a leader and a loyal veteran show up for our team in that moment, was the most beautiful thing. ⁣ 𝘞𝘦 𝘩𝘢𝘷𝘦 𝘣𝘦𝘦𝘯 𝘵𝘩𝘳𝘰𝘶𝘨𝘩 𝘪𝘵 𝘢𝘭𝘭 𝘵𝘰𝘨𝘦𝘵𝘩𝘦𝘳, 𝘒𝘢𝘭𝘦𝘪𝘨𝘩 𝘢𝘯𝘥 𝘐 𝘤𝘢𝘯’𝘵 𝘸𝘢𝘪𝘵 𝘧𝘰𝘳 𝘸𝘩𝘢𝘵’𝘴 𝘪𝘯 𝘴𝘵𝘰𝘳𝘦 𝘧𝘰𝘳 𝘰𝘶𝘳 𝘵𝘦𝘢𝘮 🇨🇦 𝘚𝘦𝘦 𝘺𝘰𝘶 𝘴𝘰𝘰𝘯 𝘏𝘢𝘭𝘪𝘧𝘢𝘹! ⁣ ⁣ 📸: @morganhenryphotography @newbalance @rawlings_canada #olympics #teammates #tokyo2020🇯🇵 #canada

A post shared by Jenn Salling, OLY (@jenn_salling) on

Dans la course pour faire partie de la formation olympique 2020, il y a quelques vétérans de la dernière équipe olympique – Lauren Bay-Regula, Danielle Lawrie, Kaleigh Rafter et Jenn Salling – qui ont poursuivi leur parcours ou qui ont rechaussé leurs crampons pour tenter de monter sur le podium à Tokyo.

« Je pense que c’est vraiment important de célébrer le retour du sport, de surcroit dans un pays qui adore notre discipline, affirmait Salling à Olympique.ca en décembre. Ce sera une expérience irréelle pour le sport. Ce sera tout simplement génial. Ils aiment le softball et le baseball là-bas. »

Baseball

Le baseball est l’un des sports les plus populaires au Japon, alors ce n’est pas une surprise que ce sport fasse son retour olympique à Tokyo 2020. Sport de démonstration aussi loin qu’aux Jeux de Stockholm 1912, il est devenu une épreuve officielle à Barcelone 1992 et a conservé son statut jusqu’à Beijing 2008.

View this post on Instagram

As a kid growing up in N. Vancouver playing the game of baseball there was one player from our area that I heard about and sometimes saw on tv and his name is Larry Walker. He was a hockey player originally that had a natural ability to do some athletic things on a baseball field. With the fire of trying to learn how to play this game and a ton of hard work he became an exciting 5 tool player that his country and peers were in awe of. As the love of baseball grew inside me I remember that feeling of knowing that if Larry Walker can play MLB baseball then its possible for me too! Seeing him, finally get the recognition he deserves and be enshrined in the @baseballhall with all the greatest players to ever play the game is a day @baseballcanada, the @rockies, myself and the entire country of 🇨🇦 will never forget. Thank you Larry for playing the game the right way! Such a hard nosed player who left it all out there, while doing it with such professionalism and class. I’m extremely proud to call you a friend. You’re such an amazing ambassador of the game to all Canadian kids from the past, in the present and for future generations to come! Thank you and a huge heartfelt congratulations Larry! ⭐️ @fergiejenkins you now have company! 🍁🍁

A post shared by Scott Richmond (@scott48richmond) on

Le Canada a participé aux deux derniers tournois olympiques de baseball, finissant quatrième aux Jeux d’Athènes 2004 et sixième à Beijing. Alors qu’aucun joueur des ligues majeures ne devrait être de la formation, il y a des noms familiers, des joueurs qui arborent fréquemment l’unifolié, comme Michael Saunders, Dalton Pompey et Scott Richmond qui étaient du tournoi Premier 12 de la WSBC.

Canoë féminin

Les Jeux de Tokyo 2020 seront les Jeux olympiques d’été les mieux équilibrés de l’histoire au chapitre des genres. Un changement qui a contribué à cette nouvelle réalité est l’introduction d’épreuves féminines de canoë. Jusqu’à maintenant, les femmes ne pouvaient concourir qu’au kayak, mais dans le cadre des prochains Jeux, les hommes et les femmes auront un nombre égal d’épreuves, notamment deux en canoë de vitesse et une en canoë slalom.

Le Canada a déjà décroché une place pour l’épreuve féminine de canoë de vitesse C-1 200 m et il y a encore des possibilités de qualifications pour l’épreuve du C-2 500 m et du C-1 slalom. Le Canada a dans ses rangs deux des meilleures athlètes au monde en canoë de vitesse, soit Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent.

« Le canoë est déjà tellement canadien, racontait Vincent à Olympique.ca. L’impact de tous les pionniers qui ont préconisé ce sport avant même que je touche à une rame ou que je sache ce qu’était ce sport, est énorme… En espérant que l’an prochain, nous puissions être là comme équipe canadienne solide et que nous revenions avec quelques médailles. Je pense que ce sera juste génial pour le sport et pour le sport à travers le Canada ainsi que la communauté qui nous entoure. »

Escalade sportive

Sean McColl et Alannah Yip ont mérité leur billet pour représenter Équipe Canada dans les débuts olympiques de l’escalade sportive. Ce nouveau sport olympique aura une épreuve pour chaque genre, composée de trois disciplines : escalade de vitesse, le mur d’escalade et l’escalade de difficulté.

EN LIEN : Découvrez les trois disciplines de l’escalade sportive  

View this post on Instagram

My best moment of 2019 was qualifying for The Olympic Games Tokyo 2020 🤍 ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ The Olympics for me have always been a life goal. When I started climbing and for most of my career, The Olympics weren’t even a possibility. At the end of 2016, that changed and I knew 2020 would be the first time Sport Climbing would be in The Olympic Program; I finally had my chance! Fast forward 3 years and here we are today, it’s happening and I couldn’t be happier! 🙏🏽 ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ My words to you: “enjoy the process” ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ @adidasterrex | @scarpana | @joerockheads | @verticalartclimbing | @flashedclimbing | @perfect_descent | @CANFund | @visaca #verticalart #CANFund #TeamVisa #climbing #train #canada #instagood #picoftheday #photooftheday #athlete #igers #amazing #sports #fitspo #gymlife #power #fitfam #adventure #fitness #work #workhard #workout #strength #follow #ninja #gym #fun #olympics

A post shared by Sean McColl (@mccollsean) on

En tant que président de la Commission des athlètes de la Fédération internationale d’escalade sportive, McColl a participé à la présentation du dossier de son sport en vue de son inclusion au programme olympique, alors il a éprouvé toute une gamme d’émotion quand la nouvelle a été confirmée.

« J’en étais très heureux et… j’en ai presque eu la nausée, racontait McColl à Olympique.ca. Je me suis vraiment senti comme si tout le travail qu’on avait fait payait enfin… Tout d’un coup, le sport avec lequel j’étais tombé amoureux me permettait maintenant d’avoir l’occasion de devenir un olympien. »

Skateboard

S’il y a un planchiste que le monde connaît, c’est bien Tony Hawk. Il y a aussi quelques Canadiens avec qui vous devriez vous familiariser avant les Jeux de Tokyo 2020, où le sport fera ses débuts olympiques. Parmi les espoirs d’Équipe Canada, il y a Annie Guglia, Matt Berger, Adam Hopkins et Ryan Decenzo. Le sport a fait beaucoup de chemin depuis sa création alors que des roues de métal étaient fixées à une planche de bois. À Tokyo, le sport présentera des épreuves de rampe et de street.

À LIRE : Découvrez les épreuves de rampe et de street de skateboard

« Les Jeux olympiques n’ont jamais été sur mon radar, a indiqué Berger à Olympique.ca. Pour les compétitions, nous visions toujours les X Games et la ligue de street… Je pense que cela a du sens. L’idée de faire ce que j’aime sur la scène mondiale où je pourrais potentiellement apporter de la fierté à mon pays… Je ne pourrais demander une meilleure situation. »

Karaté

Alors que le sport a des racines au Japon, ce n’est que logique que cet art martial datant de centaines d’années fasse ses débuts olympiques officiels aux Jeux de Tokyo 2020.

À LIRE : Découvrez les deux disciplines du karaté

Un des plus beaux espoirs olympiques canadiens est Haya Jumaa, qui occupe actuellement le cinquième rang du classement de qualification olympique de la fédération internationale de karaté (WKF). Elle a participé aux Jeux panaméricains de Lima 2019, où le karaté est une discipline depuis 1995. « Maintenant, j’ai un objectif plus grand, auquel j’ai toujours rêvé et je voulais le faire pour le karaté, a dit Jumaa, qui a aussi fait de la compétition internationale en taekwondo. Je me suis concentré sur le karaté parce que je voulais être au sommet. Pas parmi les 10 meilleures ou les cinq meilleures, mais au premier rang. »

Surf

Ce sport extrême aquatique fera ses débuts olympiques à Tokyo. Au programme, des compétitions de planche courte, soit les planches les plus performantes. Le sport n’est pas complètement étranger pour les athlètes canadiens – sept surfeurs ont représenté le Canada aux Jeux panaméricains de Lima 2019, dont Bethany Zelasko et Cody Young en planche courte.

« J’étais comme : ‘Oh mon Dieu, en 2020, j’aurai 20 ans’. Je pourrai surfer aux Jeux olympiques, racontait Zelasko au site Olympique.ca en réaction à l’annonce de l’introduction du surf aux Jeux de Tokyo. Il y a eu tellement de gens qui m’ont texté et qui m’ont dit qu’un jour, je pourrais le faire. »

View this post on Instagram

Tomorrow❗️Proud to be on @teamcanada

A post shared by Cody Young (@cody_young_) on

Basketball à trois contre trois

Ce sport rempli d’action est joué sur un plus petit terrain avec deux joueurs de moins que le basketball traditionnel. Les deux équipes marquent dans le même panier, le jeu est rapide avec des matchs d’une durée de 10 minutes. Vous ne voudrez pas cligner des yeux, car vous pourriez rater un panier.

À LIRE : FAQ : Qu’est-ce que le basketball à trois contre trois?

L’équipe canadienne masculine composée de Jordan Baker, Jordan Jensen-Whyte, Kyle Landry et Steve Sir tentera d’obtenir son billet pour Tokyo dans le cadre du tournoi de qualification qui sera disputé en mai 2021.

View this post on Instagram

Roll 🎲

A post shared by Jordan Jensen-Whyte (@jordanjwhyte) on

Natation artistique (équipe)

Après avoir qualifié un seul duo pour les Jeux de Rio 2016, le Canada aura une équipe complète de natation artistique aux Jeux de Tokyo 2020. Jacqueline Simoneau est l’unique membre de l’équipe ayant déjà vécu l’expérience olympique, mais cela veut aussi dire qu’une jeune équipe est prête à faire sa marque à Tokyo, après avoir décroché l’or aux Jeux panaméricains de Lima 2019.

L’histoire du Canada en natation artistique en est une riche, le pays ayant remporté huit médailles depuis les débuts olympiques de ce sport aux Jeux de Los Angeles 1984 alors qu’il était connu sous le nom de nage synchronisée.

Water-polo (féminin)

Équipe Canada aura bien patienté avant d’avoir une équipe féminine de water-polo aux Jeux olympiques. La dernière fois que cela s’est produit, c’était à Athènes 2004. Un an plus tard, Krystina Alogbo a rejoint l’équipe nationale et enfin, 16 ans plus tard, elle anticipe ses débuts olympiques.

À LIRE : Krystina Alogbo : Combattre le racisme et célébrer la fierté alors que les Jeux sont repoussés

« C’était comme vivre un gros rêve, dans lequel tu es prise et tu ne peux pas te réveiller, a confié Krystina Alogbo à Olympique.ca quand Équipe Canada s’est qualifiée pour Tokyo. Je n’y croyais tout simplement pas, mais enfin, je voyais qu’on avait atteint notre but. On passe au prochain but. Le prochain objectif n’est pas seulement d’aller aux Jeux, mais de devenir championnes olympiques. »