Canoë-kayak – Slalom à Tokyo 2020

Site : Centre de slalom de canoë de Kasai

Date des compétitions : 26 au 31 juillet (Jours 2 à 7)

Épreuves : 4 (2 masculins, 2 féminins)

Fédération nationale : Canoë Kayak Canada

Fédération international : Fédération internationale de canoë (ICF)

LANGFORD

Le programme olympique atteindra la parité homme-femme à Tokyo 2020 avec l’ajout des épreuves féminines de canoë. Les quatre épreuves au menu seront en solo soit le K-1 (kayak) et le C-1 (canoë) chez les hommes et les femmes.

Une épreuve de qualification à deux courses, où seul le meilleur temps des concurrents est retenu, détermine les athlètes qui passent à la demi-finale à une course. Puis, les 10 premières embarcations passent à la finale à une course. Pour chaque course, les athlètes négocient une série de 18 à 25 portes suspendues au-dessus de l’eau, qui sont replacées entre les courses. Six de ces portes doivent être franchies à contre-courant.

On ajoute au temps des concurrents une pénalité de deux secondes si leur corps, leur embarcation ou leur pagaie touche une porte. Chaque porte ratée donne lieu à une pénalité de 50 secondes.

Les compétiteurs des épreuves de canoë utilisent une pagaie simple tandis que ceux des épreuves de kayak utilisent des pagaies doubles.

GAUTHIER,LAWLOR

Le Canada aux Jeux olympiques (avant Tokyo 2020)

Le Canada participe aux épreuves de canoë-kayak slalom depuis l’apparition du sport aux Jeux olympiques. Bien qu’aucun Canadien n’ait gagné de médaille, David Ford a obtenu une quatrième place à l’épreuve masculine de K-1 à Athènes 2004. Chose remarquable, le double médaillé du monde a pris part à cinq Jeux olympiques d’affilée, en commençant à Barcelone 1992.