Le softball effectue un retour au programme olympique à Tokyo 2020, découlant d’une initiative qui offre aux comités organisateurs l’occasion d’inclure des sports d’une grande importante culturelle ou populaire dans le pays hôte. Le tournoi olympique sera composé de six équipes de 15 joueuses. Le softball est un de trois sports exclusivement féminins aux Jeux olympiques, avec la gymnastique artistique et la natation artistique.

L'équipe canadienne féminine de softball

Comme au baseball, si une équipe occupe neuf positions en défensive (trois dans champ extérieur, quatre dans le champ intérieur, receveur et lanceur), l’autre équipe envoie ses neuf joueuses au bâton dans un ordre prédéterminé. L’objectif du frappeur est de frapper la balle lancée par le lancer et de faire le tour des trois buts jusqu’au marbre pour marquer un point. Quand l’équipe en défensive retire trois des frappeurs de l’équipe à l’attaque, les équipes changent de place.

Il y a aussi d’importantes distinctions. Les matchs de softball sont plus courts que les matchs de baseball, avec sept manches au lieu de sept. La balle utilisée est plus grosse, moins dense et doit être lancée sous l’épaule. Le terrain et le losange sont plus petits avec seulement 60 pieds (18,29 m) (contre 90 pieds ou 27,43 m au baseball) et la distance de la plaque du lanceur au marbre n’est que de 43 pieds (13,11 m) contre 60 pieds et 6 pouces (18,44 m) au baseball.

La receveuse de l’équipe canadienne féminine de softball Kaleigh Rafter (à gauche) lors d’un match aux Jeux olympiques de Beijing, en Chine, le 15 août 2008. LA PRESSE CANADIENNE/COC – Mike Ridewood