Comment ça fonctionne :

Essentiellement, la boxe est un combat corps à corps opposant deux adversaires. Il faut remonter à 3000 ans avant notre ère, en Égypte, pour trouver les premiers témoignages de l’existence de la boxe. Du Moyen-Orient, le sport se propage dans les anciennes civilisations autour de la Méditerranée. En 688 av. J.-C., la boxe est introduite aux Jeux olympiques antiques.

Lorsque la boxe fait ses débuts olympiques à Saint-Louis 1904, ce sont les États-Unis, seul pays inscrit, qui raflent l’ensemble des 18 médailles. Depuis son admission au programme olympique, la boxe est présente à chaque Jeux, excepté à Stockholm 1912, en raison de la loi suédoise qui en interdisait la pratique. La boxe fut le dernier sport olympique réservé aux hommes. En démonstration à Saint-Louis 1904, la boxe féminine ne figurera pour la première fois au programme officiel qu’à Londres 2012.

Mary Spencer et Charlie Stewart. Photo: Comité olympique canadien

Les épreuves de boxe se déroulent selon le principe de l’élimination directe, les adversaires étant désignés par un tirage au sort. Le tableau de compétition est dressé de façon à ce que les boxeurs les mieux classés ne s’affrontent pas aux premiers tours. Les perdants en demi-finales ne disputent pas de combat pour la médaille de bronze. Depuis Helsinki 1952, une médaille de bronze est décernée aux deux, à l’image des autres sports de combat olympiques (taekwondo, judo, lutte).

Un match de boxe s’appelle un combat. Chaque combat comprend trois rounds de trois minutes chez les hommes et quatre rounds de deux minutes chez les femmes, avec une minute de repos entre les rounds.

Lewis, Lennox

Cinq juges positionnés de façon aléatoire autour du ring notent le combat, mais seuls les points décernés par trois d’entre eux sont comptabilisés. Ces trois juges sont sélectionnés au hasard au début de chaque combat. À la fin de chaque round, les juges attribuent 10 points au gagnant et de six à neuf points au perdant selon l’écart entre les combattants. Un pointage de 10-9 indique un round serré, tandis qu’un pointage de 10-6 révèle que le boxeur perdant a été surclassé. Un gagnant doit être déclaré à chaque round. À la fin du combat, le boxeur auquel une majorité de juges ont décerné le plus grand total de points est déclaré gagnant par décision unanime ou partagée. Les juges évaluent la qualité des coups, le degré de domination, la compétitivité, la supériorité des tactiques et de la technique ainsi que les infractions aux règles.