Comment ça fonctionne :

Essentiellement, la boxe est un combat corps à corps opposant deux adversaires. Treize épreuves sont disputées aux Jeux olympiques dans les catégories de poids suivantes :

  • Hommes : poids mi-mouche (46-49 kg), poids mouche (52 kg), poids coq (56 kg), poids léger (60 kg), poids super-léger (64 kg), poids mi-moyen (69 kg), poids moyen (75 kg), poids mi-lourd (81 kg), poids lourd (91 kg) et poids super-lourd (+91 kg)
  • Femmes : poids mouche (48-51 kg), poids léger (57-60 kg) et poids moyen (69-75 kg)

Canada's Mary Spencer takes on Jinzi Li of China during a middleweight boxing semifinal at the 2012 London Olympics, August 6, 2012. Spencer lost the fight 17 points to 14 and is out of the competition. THE CANADIAN PRESS/HO, COC - Jason Ransom

La compétition olympique est un tournoi à élimination simple. Les boxeurs les mieux classés sont désignés têtes de série pour éviter qu’ils s’affrontent aux premiers tours. Les perdants en demi-finales ne disputent pas de combat pour la médaille de bronze (une médaille est décernée aux deux).

Chaque combat comprend trois rounds de trois minutes chez les hommes et quatre rounds de deux minutes chez les femmes, avec une minute de repos entre les rounds.

Cinq juges positionnés de façon aléatoire autour du ring notent le combat, mais seuls les points décernés par trois d’entre eux sont comptabilisés. Ces trois juges sont sélectionnés au hasard au début de chaque combat. À la fin de chaque round, les juges attribuent 10 points au gagnant et de six à neuf points au perdant selon l’écart entre les boxeurs. Un pointage de 10-9 indique un round serré, tandis qu’un pointage de 10-6 signifie que le perdant s’est fait dominer. À la fin du combat, le boxeur ayant le plus grand total de points est déclaré gagnant par décision unanime ou partagée. Les juges évaluent notamment la qualité des coups, le degré de domination, la compétitivité, la supériorité des tactiques et de la technique ainsi que les infractions aux règles.

Lewis, Lennox

Le Canada aux Jeux olympiques

Le Canada a une riche histoire en boxe. Ses premiers succès remontent à Anvers 1920, où les Canadiens récoltent cinq médailles : l’or pour le poids mi-moyen Albert Schneider, l’argent pour le poids coq Cliff Graham et le poids moyen Art Prud’homme, et le bronze pour le poids léger Clarence Newton et le poids moyen Moe Herscovitch. Ce seront les premiers de quatre Jeux où le Canada sera multimédaillé en boxe, réitérant à Los Angeles 1932 (3), Séoul 1988 (3), puis Barcelone 1992 (2).

La prochaine médaille d’or viendra à Los Angeles 1932, sous l’impulsion du poids coq Horace « Lefty » Gwynne. S’amorce alors une disette de 52 ans, à laquelle mettront fin le poids lourd Willie de Wit et le poids super-mi-moyen Shawn O’Sullivan en s’emparant chacun d’une médaille d’argent – ce dernier à la suite d’une défaite controversée devant l’Américain Frank Tate – et le poids coq Dale Walters du bronze.

Un des athlètes canadiens les plus connus, le poids super-lourd Lennox Lewis, gagne l’or à Séoul 1988, en faisant tomber l’Américain Riddick Bowe. Le poids moyen Egerton Marcus et le poids super-mi-moyen Raymond Downey montent également sur le podium à ces Jeux. La dernière médaille du Canada en boxe remonte à Atlanta 1996, où le poids lourd David Defiagbon avait obtenu l’argent.