Escrime

Les premières représentations de l’escrime datent de trois millénaires. Avec l’arrivée de nouvelles armures au Moyen-Âge, l’art de l’épée tombe en désuétude, mais réapparaît au 16e siècle comme loisir dans les milieux bourgeois.

L’invention d’épées plus longues et légères en Italie, au 17e siècle, transforme l’escrime en exercice de vitesse et de technique. Désormais éloignés l’un de l’autre, les adversaires s’attaquent par fentes rapides et contrôlées avec la pointe de leur « rapière ». À la même époque, en France, l’apparition de l’épée de cour donne naissance à la technique moderne à une main. Pour l’entraînement, on conçoit une version spéciale de l’épée de cour, le fleuret. Pour les duels, on utilise la « colichemarde », qui deviendra l’épée moderne. Le sabre, quant à lui, tire ses origines du cimeterre du Moyen-Orient et de l’arme de cavalerie du 18e siècle.

Tremblay, Thalie

C’est à partir des années 1890 que l’escrime est perçue comme véritable sport et que les combats sont jugés. L’escrime est au programme des premiers Jeux olympiques modernes de 1896, avec des épreuves individuelles de fleuret et de sabre, ainsi qu’une épreuve de fleuret pour maîtres (enseignants professionnels). L’épée est introduite à Paris 1900, les épreuves féminines à Paris 1924. L’escrime fait partie du programme panaméricain depuis 1951, année où les Jeux panaméricains ont eu lieu pour la toute première fois.

Les épreuves individuelles et par équipes se déroulent selon un format d’élimination directe, le tirage étant fondé sur les classements de la FIE. Les équipes ou athlètes victorieux progressent à la prochaine ronde jusqu’au duel pour la médaille d’or, les perdants de la demi-finale se disputant le bronze.

PAN AM GAMES 20111024

Un affrontement entre deux escrimeurs s’appelle un combat. La série de combats disputés entre les membres de deux équipes s’appelle un match.

Dans les épreuves individuelles, il faut marquer 15 points (un point par touche) avant l’adversaire pour gagner un combat. Les combats durent neuf minutes et sont divisés en trois segments de trois minutes intercalés d’une pause d’une minute.

Un match par équipes consiste en neuf combats, les trois membres d’une équipe affrontant chacun des trois membres de l’autre. La première équipe à atteindre 45 points est déclarée gagnante. Chacun des neuf combats dure un maximum de trois minutes.

Comme l’escrime est limitée à dix épreuves aux Jeux olympiques, les épreuves par équipes changent de Jeux en Jeux. Ainsi, le sabre masculin par équipes de Londres 2012 est remplacé par l’épée masculine par équipes à Rio 2016, tandis que le sabre par équipes remplace le fleuret par équipes chez les femmes.

Événements

Épée individuelle - hommes et femmes

Conçue pour son efficacité comme arme d’estoc et pour transpercer, l’épée est dotée d’une lame triangulaire. En escrime, les points ne sont marqués que par la pointe de l’épée. Elle doit peser moins de 770 g et mesurer au plus 110 cm (lame de 90 cm). C’est à l’épée que la zone de cible est la plus grande : elle comprend tout le corps de l’athlète, tête et pieds inclus.

Fleuret individuel - hommes et femmes

Arme d’estoc utilisé pour l’entraînement dans les autres disciplines, le fleuret se caractérise par une lame souple rectangulaire. Il pèse moins de 500 g et mesure 110 cm au total (lame de 90 cm). Pour marquer un point, la pointe doit toucher le torse de l’adversaire (tout le tour du corps, des épaules à l’aine). Les bras, le cou, la tête et les jambes ne font pas partie de la zone de cible.

Sabre individuel - hommes et femmes

Arme d’estoc et de taille, le sabre a une lame rectangulaire. Les coups sont portés par le tranchant, le dernier tiers du dos de la lame ou la pointe. Le sabre a une longueur maximale de 105 cm avec une lame de 88 cm et un poids n’excédant pas 500 g. À l’image d’un cavalier à cheval, la zone de cible comprend tout ce qui se situe au-dessus de la ceinture.

Club Olympique

Joignez-vous au Club olympique canadien, une communauté accessible sur toutes les plateformes, qui unit et récompense les partisans d’Équipe Canada, et c’est gratuit.

Gagnez des points, gagnez des primes et recevez des mises à jour par courriel sur votre Équipe olympique canadienne.

Top des partisans d’Équipe Canada

Julien Lemay-Hardy

Niveau actuel

Légende

  • Total: 6144 points
  • Earned this week: 475 points

Martin Guay

Niveau actuel

Argent

  • Total: 3496 points
  • Earned this week: 435 points
  • Next Level: Or
  • Needed: 754 points

Audrey Morneau

Niveau actuel

Bronze

  • Total: 2130 points
  • Earned this week: 345 points
  • Next Level: Argent
  • Needed: 870 points

Alain Senécal

Niveau actuel

Étoile

  • Total: 1982 points
  • Earned this week: 1194 points
  • Next Level: Bronze
  • Needed: 18 points

Roxanne Chenard-rousseau

Niveau actuel

Étoile

  • Total: 1546 points
  • Earned this week: 20 points
  • Next Level: Bronze
  • Needed: 454 points

Frédérik Côté

Niveau actuel

Étoile

  • Total: 1461 points
  • Earned this week: 25 points
  • Next Level: Bronze
  • Needed: 539 points

Al Redpath

Niveau actuel

  • Total: 1050 points
  • Earned this week: 25 points
  • Next Level: Recrue

Claire Martel

Niveau actuel

Capitaine

  • Total: 1029 points
  • Earned this week: 421 points
  • Next Level: Étoile
  • Needed: 221 points

site Web par zync.ca | Programmed by Trew Knowledge | Propulsé parWordPress.com VIP

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 121 autres abonnés