Le tir à Tokyo 2020

Site de compétition : Stand de tir d’Asaka

Dates des compétitions : 25 juillet au 3 août (Jours 1 à 10)

Épreuves : 15 (6 masculines, 6 féminines et 3 mixtes)

Fédération nationale : Fédération de tir du Canada

Fédération internationale : Fédération internationale de tir sportif (ISSF)

Trois types d’armes à feu sont utilisés dans les compétitions de tir olympique : les carabines, les pistolets et les fusils. Dans les épreuves de tir à la carabine et au pistolet, les athlètes tirent sur des cibles fixes dans un champ de tir. Dans les épreuves de tir au fusil, ils visent des cibles mobiles.

Le programme olympique comprendra le même nombre d’épreuves pour les hommes et les femmes pour la première fois à Tokyo 2020. Les épreuves de tir par équipes seront incluses pour la première fois depuis Paris 1924.

Les épreuves de tir à la carabine seront la carabine trois positions 50 m chez les hommes et les femmes, la carabine à air comprimé 10 m chez les hommes et les femmes, puis la nouvelle épreuve de la carabine à air comprimé 10 m par équipes mixtes.

Les épreuves de tir au pistolet seront le pistolet à feu rapide 25 m chez les hommes, le pistolet 25 m chez les femmes, le pistolet à air comprimé 10 m chez les hommes et les femmes, puis la nouvelle épreuve du pistolet à air comprimé 10 m par équipes mixtes.

Les épreuves de tir au fusil seront la fosse chez les hommes et les femmes, le skeet chez les hommes et les femmes, puis la nouvelle épreuve de la fosse par équipes mixtes.

Dans les épreuves de tir à la carabine et au pistolet, les athlètes visent une cible à 10 anneaux et le plus grand nombre de points est attribué pour un tir au centre. Les distances dans les noms des épreuves indiquent à quelle distance de la cible les athlètes sont positionnés.

Dans les épreuves de tir au fusil, la cible est une soucoupe de terre cuite catapultée dans les airs. Dans l’épreuve de la fosse, il est possible de tirer jusqu’à deux coups sur chacune des soucoupes, qui sont propulsées depuis un bunker à droite, à gauche et directement devant les tireurs. Dans l’épreuve de skeet, un seul tir est autorisé par cible. Les cibles sont propulsées sur des trajectoires fixes depuis une « maison haute » et une « maison basse ».

Cynthia Meyer lors des qualifications de fossé à Rio, au Brésil, le 7 août 2016. (COC Photo/David Jackson)

Le Canada aux Jeux olympiques (avant Tokyo 2020)

Le Canada a remporté ses premières médailles olympiques en tir à Londres en 1908. Walter Ewing et George Beattie ont terminé premier et deuxième dans l’épreuve masculine de la fosse et ont gagné la médaille d’argent dans l’épreuve masculine par équipe de la fosse. Le Canada a également remporté la médaille de bronze au fusil militaire par équipes chez les hommes.

Beattie a ajouté une troisième médaille olympique à son curriculum vitae à Paris en 1924, lui qui a remporté une autre médaille d’argent au tir à la fosse par équipes chez les hommes.

George Genereux a écrit une page d’histoire à Helsinki en 1952 quand il a été couronné champion olympique masculin de l’épreuve de la fosse, devenant ainsi le plus jeune champion de l’histoire de cette épreuve.

Deux Canadiens ont été au cœur d’une belle histoire d’esprit sportif en 1956 à Melbourne, où Gerald Ouellette et Gilmour Boa ont respectivement remporté les médailles d’or et de bronze à la carabine en position couchée 50 m chez les hommes. Les deux coéquipiers ont utilisé la carabine de Boa après que Ouellette eut éprouvé des problèmes avec sa propre carabine, qui avait été endommagée dans le voyage vers les Jeux.

Lors des premiers Jeux olympiques ayant présenté des épreuves de tir distinctes pour les femmes, Linda Thom a remporté la médaille d’or au pistolet 25 m à Los Angeles en 1984. Huit ans plus tôt, à Montréal en 1976, Susan Nattrass était devenue la première femme à concourir en tir à la fosse olympique, affrontant alors des hommes à l’occasion de la première de ses six participations aux Jeux olympiques.