Biographie :

Sara Groenewegen joue au softball de haut niveau tout en gérant un diabète de type 1, maladie dont elle est atteinte depuis l’âge de 9 ans.

À son premier tournoi avec Équipe Canada, elle a lancé un match sans point ni coup sûr contre la Chine aux Championnats du monde juniors de WBSC 2013. Plus tard, durant la même année, elle a joué avec l’équipe nationale à la Coupe du monde de softball et au tournoi de Coupe Canada.

Groenewegen a joué pour Équipe Canada aux Championnats du monde de softball féminin de 2014 et 2016, remportant la médaille de bronze en 2016. Elle a aussi été membre de l’équipe médaillée d’or des Jeux panaméricains de 2015 à Toronto. Groenewegen a raté le Championnat du monde de 2018 après avoir reçu un diagnostic de la maladie du légionnaire, une forme aigüe de pneumonie et elle a été plongée dans un coma artificiel pendant 10 jours.

Groenewegen a joué dans la NCAA avec les Golden Gophers de l’Université du Minnesota ou elle a été trois fois retenue au sein de l’équipe d’étoiles nationale universitaire américaine (2014 à 2017). À sa saison recrue en 2014, elle a mené la NCAA pour le nombre moyen de retraits sur des prises par match (11,6) et a lancé un match sans point ni coup sûr contre Penn State.

Elle détient le record de l’école au Minnesota pour le nombre de retraits sur des prises en carrière (1214) et a affiché une moyenne de points mérités de 0,64 à sa dernière campagne.

À propos de Sara

Débuts : Elle a commencé à jouer au softball à l’âge de cinq ans pour suivre les traces de sa sœur aînée. Autres intérêts : Elle a terminé ses études en gestion du sport de l’Université du Minnesota à Twin Cities… Elle aime passer ses temps libres à l’extérieur et faire du camping. Elle participe régulièrement à la marche de la JDRF pour la lutte contre le diabète… De tout et de rien : Sa devise : « Les limites s’imposent volontairement ».