SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Ski – alpin

Ski – alpin

Le ski alpin s’est développé à partir du ski de fond, lorsque la pratique de ce sport a évolué vers les pentes. Le Norvégien Sondre Norheim est considéré comme le père du ski moderne et on lui doit l’invention des skis à bord incurvés avec des fixations rigides aux talons qui permettent de négocier plus facilement les virages tout en maintenant de la vitesse sur les pistes. Le ski alpin gagna en popularité au 19e siècle, alors qu’il faisait son apparition dans d’autres régions montagneuses de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

L’Équipe olympique canadienne 2014 – ski alpin

Le ski alpin a fait ses débuts olympiques à Garmisch-Partenkirchen en 1936 et est le deuxième sport à avoir inclus des épreuves féminines au programme des Jeux olympiques d’hiver (après le patinage artistique). Lorsqu’il a fait son entrée aux Jeux olympiques d’hiver, le ski alpin ne comprenait qu’une seule épreuve disputée aussi bien par les hommes que par les femmes; il s’agit du combiné qui comprenait les épreuves de descente et de slalom. Depuis les Jeux de St. Moritz en 1948, les courses de descente et de slalom sont organisées séparément.

Le concept qui sous-tend le ski acrobatique est très simple : le skieur le plus rapide remporte l’épreuve. Il n’y a pas de face à face, car chaque skieur concourt contre le chronomètre. Ce dernier est réglé au centième de seconde près (0,01). Le parcours que doivent suivre les skieurs est indiqué par une série de portes par lesquelles ils doivent passer. Il existe à l’heure actuelle 10 épreuves olympiques, dont cinq masculines et cinq féminines. La descente et le super-G sont souvent désignés comme étant des épreuves de vitesse tandis que le slalom et le slalom géant sont considérés comme des épreuves techniques. Le super combiné requiert vitesse et habiletés techniques.

Événements

Descente - hommes et femmes

La descente est la plus excitante des épreuves de ski alpin parce qu’elle implique les plus grandes vitesses et des niveaux élevés de risque. Le parcours de descente, sur lequel les skieurs peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 130 km/heure, présente la plus grande inclinaison (jusqu’à 1100 m pour les hommes et jusqu’à 800 m pour les femmes). Chaque parcours comprend des plats, des sauts, de légères pentes et des virages difficiles, placés stratégiquement en vue de contrôler la vitesse des compétiteurs. Les résultats sont déterminés par une seule descente durant laquelle les skieurs maintiennent une position aérodynamique de recherche de vitesse en maintenant leurs bâtons de ski courbés autour de leur corps.

Slalom géant - hommes et femmes

Le slalom géant a lieu sur une piste dont l’inclinaison est de 300 à 400 m. Chaque skieur effectue deux manches sur deux parcours différents tracés sur la même piste, et le skieur qui obtient le meilleur temps cumulatif est déclaré vainqueur. Le parcours du slalom géant présente une combinaison de virages longs, moyens et courts, que les skieurs devront négocier par le biais des portes.

Slalom - hommes et femmes

Le slalom est la plus courte et la plus technique des épreuves de ski alpin, et exige agressivité, rapidité et agilité. Même s’il présente la plus faible inclinaison, le parcours de slalom est celui qui comprend le plus grand nombre de portes dans toutes les épreuves de ski alpin. Chaque skieur doit effectuer deux manches sur deux parcours différents tracés sur la même piste, et le skieur qui obtient le meilleur temps cumulatif est déclaré vainqueur. En essayant d’adopter la trajectoire la plus directe, les slalomeurs frappent souvent les piquets délimitant les portes lors de leur passage. C’est la raison pour laquelle ils portent un équipement protecteur comportant des protège-tibias, des protège-bras, des gants rembourrés et un masque protecteur.

Super combiné - hommes et femmes

Auparavant, le combiné était composé d’une descente et de deux manches de slalom. Toutefois, à partir de Vancouver 2010, le combiné a été remplacé par le super combiné consiste en une descente raccourcie et une manche de slalom. Le skieur qui obtient le temps cumulatif le plus rapide après les deux manches remporte l’épreuve.

Super G - hommes et femmes

Le slalom super géant (communément appelé super-G) présente des virages longs et extrêmement rapides. Le parcours du super-G est légèrement moins abrupt que celui de la descente, mais il comprend davantage de portes, ce qui exige de meilleures habiletés techniques. Les skieurs peuvent quand même atteindre des vitesses de près de 100 km/heure durant leur unique descente.

Médaillés canadiens

Open/Close

CLASSEMENT FINAL:

ATHLÈTES:

JEUX:

ÉVÉNEMENT :

RÉSULTAT:

OrAnne HeggtveitSquaw Valley 1960Slalom, femmes -
OrNancy GreeneGrenoble 1968Slalom géant, femmes -
Or Kathy KreinerInnsbruck 1976Slalom géant, femmes -
OrKerrin Lee-GartnerAlbertville 1992Descente, femmes -
ArgentNancy GreeneGrenoble 1968Slalom, femmes -
BronzeLucille WheelerCortina d'Ampezzo, 1956Descente, femmes -
BronzeSteve PodborskiLake Placid 1980Descente, hommes -
BronzeKaren PercyCalgary 1988Descente, femmes -
BronzeKaren PercyCalgary 1988Super-G, femmes -
BronzeEdi PodivinskiLillehammer 1994Descente, hommes -
Identification Olympique
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.