Jennifer Jones avec ses deux enfants.LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson
LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

Une journée pour célébrer les mères d’Équipe Canada

Elles sont inspirantes. Elles sont attentionnées. Elles sont fortes. Ce sont des mères !

En cette journée durant laquelle nous célébrons tous les différents types de mères, jetons un coup d’œil à certaines des mères d’Équipe Canada qui travaillent fort tous les jours pour façonner et inspirer la prochaine génération.

Qu’elles participent aux Jeux olympiques ou qu’elles suivent un enfant à la maison, ces mères de Tokyo 2020 et de Beijing 2022 sont de vraies rock stars.

Mélodie Daoust – Hockey

La triple médaillée olympique Mélodie Daoust n’hésite pas à parler de son petit bonhomme, Matheo. Avant de s’envoler pour Beijing 2022 où elle a remporté une deuxième médaille d’or, Daoust a expliqué à Olympique.ca comment elle conciliait être mère et athlète professionnelle.

« C’est quelque chose de difficile, mais c’est certainement quelque chose de très possible. Et je pense que quand il est près de moi, c’est là que je joue mon meilleur hockey parce que je veux le rendre fier. » Et elle le rend fier, surtout quand elle est la « joueuse la plus utile » avec un trophée de championnat du monde !

Jennifer Jones – Curling

Après avoir donné naissance à son premier enfant Isabella en 2012, Jones a été médaillée d’or pour Équipe Canada à Sotchi 2014. En 2016, elle a mis au monde sa deuxième fille Skyla, mais ses jours en tant que curleuse d’élite étaient loin d’être terminés. À Beijing 2022, elle est entrée sur la patinoire en tant que capitaine d’Équipe Canada et vous pouvez parier qu’elle a joué de tout son cœur et a rendu ses filles fières.

Ghislaine Landry – Rugby

Lorsque Landry a annoncé sa retraite en novembre, elle l’a fait en étant l’une des marqueuses d’essais les plus prolifiques de l’histoire du rugby féminin. Olympienne à deux reprises, Landry a été la meilleure marqueuse d’Équipe Canada à Rio 2016 et à Tokyo 2020. Elle peut cependant vous dire que le meilleur essai qu’elle ait jamais marqué a été la naissance de sa fille qu’elle a accueillie avec sa femme en septembre 2021.

Mandy Bujold – Boxe

Bujold a fait ses débuts olympiques à Rio 2016. En 2018, elle a accueilli sa fille Kate Olympia. Elle est revenue à la compétition en 2019, prenant la première place dans la catégorie de poids de 51 kg aux qualifications olympiques canadiennes. Elle était prête à se rendre aux qualifications olympiques des Amériques pour Tokyo 2020, mais lorsque la compétition a été annulé une deuxième fois en raison de la COVID-19, il semblait qu’elle ne pourrait pas participer à ses deuxièmes Jeux olympiques parce qu’elle était en congé de maternité pendant les épreuves qui comptaient pour le classement mondial. Bujold a fait appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport et a gagné. Avec sa fille de trois ans qui regardait de chez elle, elle est retournée dans le ring de boxe pour représenter Équipe Canada sur la scène olympique.

Danielle Lawrie – Softball

Lawrie a fait ses débuts avec Équipe Canada en 2005 et a été membre de l’équipe de softball qui s’est classée quatrième à Beijing 2008. Après une retraite de trois ans au cours de laquelle elle a donné naissance à ses deux filles, Lawrie est revenue dans le cercle des lanceuses en 2018 et a joué un rôle clé en aidant Équipe Canada à obtenir son billet pour Tokyo 2020. Elle a également lancé le dernier lancer lors de la victoire du Canada pour la médaille de bronze à Tokyo. Malgré tout cela, Lawrie déclare qu’être mère est sa plus grande réalisation à ce jour.

Kim Gaucher – Basketball

Après avoir participé à Londres 2012 et Rio 2016 avec Équipe Canada, Gaucher a mis au monde sa petite fille Sophie quelques mois seulement avant le début de Tokyo 2020. Avec des protocoles de la COVID-19 stricts en place, il semblait que cette mère allaitante allait devoir choisir entre poursuivre son rêve olympique ou s’occuper de son enfant. Après un appel émotif sur ses réseaux sociaux et en étant la voix de nombreuses autres mères qui travaillent dans la même situation, les protocoles ont été adaptés et Gaucher a pu concourir à Tokyo avec bébé Sophie sur place.

Malindi Elmore – Athlétisme

Après avoir fait ses débuts olympiques à Athènes 2004, où elle a participé au 1500 m, Elmore a pris sa retraite en 2012 et a mis ses deux garçons au monde en 2014 et 2018. Sept mois seulement après la naissance de son deuxième fils, elle a participé à son premier marathon en janvier 2019. Un an plus tard, elle a battu le record canadien au marathon, retranchant plus de deux minutes à la marque précédente. Dix-sept ans après sa première apparition, Elmore est retournée aux Jeux olympiques à Tokyo 2020 où elle s’est classée neuvième, le meilleur résultat du Canada au marathon olympique féminin depuis 1984, et cela 41 ans rien de moins. Elmore ne semble pas prête à ralentir de sitôt. Et qui le ferait quand vous avez une équipe de rêve comme la sienne ?

Jennifer Abel – Plongeon

À Londres 2012, Abel est rentrée à la maison avec une médaille de bronze autour du cou. Après avoir décroché une médaille d’argent à Tokyo 2020, elle est rentrée chez elle avec non seulement une nouvelle médaille, mais aussi une bague en diamant au doigt après une demande en mariage surprise à l’aéroport. Et puis, comme si son année n’était pas déjà assez excitante, un jour après avoir annoncé sa retraite, elle a partagé qu’elle était enceinte. Son petit garçon est sur le point de faire son arrivée au monde. Toute la famille – la grande soeur Lillyanna, maman et papa – est vraiment excitée de le rencontrer !

Brianne Jenner – Hockey

Avant d’être nommée « joueuse la plus utile » du tournoi de hockey féminin de Beijing 2022 et de remporter sa troisième médaille olympique et sa deuxième médaille d’or olympique, Jenner et sa femme Hayleigh ont accueilli leur petite fille June en septembre 2021. Depuis, il semble que June a ses deux parents enroulées autour de ses petits doigts (et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi) !

Rachel Homan – Curling

Homan a fait ses débuts olympiques à PyeongChang 2018 en tant que capitaine de l’équipe féminine. En juin 2019, elle a donné naissance à son fils Ryatt, que l’on peut voir rejoindre sa mère sur la glace de temps en temps avec son propre balai de curling. Début 2021, Homan a participé au Tournoi des cœurs alors qu’elle était enceinte de huit mois de son deuxième enfant, se rendant jusqu’en finale avec son équipe. Moins d’un mois après la venue au monde de sa fille Bowyn, Homan avait sa plus petite pom-pom girl à ses côtés alors qu’elle revenait à la compétition. Bien sûr, les deux enfants étaient les plus grands supporters de leur mère lorsqu’elle a représenté le Canada en double mixte à Beijing 2022.

Melissa Bishop-Nriagu – Athlétisme

La triple olympienne Bishop-Nriagu a époustouflé le Canada avec sa performance au 800 m lors de ses deuxièmes Jeux olympiques à Rio 2016. Elle a égalé le meilleur résultat olympique de l’histoire du Canada dans cette épreuve en terminant quatrième. En 2018, elle a connu un moment fort lorsqu’elle a donné naissance à sa fille Corinne. Après avoir pris du temps pour récupérer et apprendre son nouveau rôle, Bishop-Nriagu a repris la piste pour représenter Équipe Canada à Tokyo 2020. Cette maman au travail vient d’annoncer qu’un autre petit rejoindra sa famille et nous sommes tellement excités que son équipe d’encouragement grandisse !