À l’occasion des festivités de la St-Jean-Baptiste, Olympique.ca vous présente les Québécois ayant récolté le plus de médailles dans l’histoire des Jeux.

Décidément, la province a de quoi être fière de ses athlètes!

À LIRE: Les plus grands exploits québécois aux Jeux d’hiver

Tania Vicent

(Deux médailles d’argent et deux de bronze)

Les derniers Jeux de Tania Vicent ont été ceux de Vancouver, en 2010, où elle a remporté l'argent au relais 3000 m.

Les derniers Jeux de Tania Vicent ont été ceux de Vancouver, en 2010, où elle a remporté l’argent au relais 3000 m.

Tania Vicent a pris part à quatre Jeux olympiques différents et n’est jamais retournée à la maison les mains vides. La patineuse de vitesse lavalloise a amassé quatre médailles au cours de sa carrière olympique et elles ont toutes été gagnées au relais 3000 m. Son premier podium a eu lieu à Nagano, en 1998, où elle a monté sur la troisième marche en compagnie de trois autres Québécoises: Annie Perreault, Isabelle Charest et Christine Boudrias.

Quatre ans plus tard, Tania Vicent a décroché une autre médaille de bronze à cette épreuve, à l’occasion des Jeux de Salt Lake City. Elle a ajouté à sa récolte en 2006, à Turin, en s’emparant de l’argent au relais 3000 m, pour ensuite rafler l’argent en sol canadien, lors des Jeux de Vancouver, en 2010. En 2018, la Québécoise a été intronisée au Temple de la renommée de Patinage de vitesse Canada afin de souligner ses exploits.

Émilie Heymans

(Deux médailles d’argent et deux de bronze)

Emilie Heymans au tremplin de 3 mètres lors des Jeux olympiques de Londres, le 3 août 2012. (AP Photo/Michael Sohn)

À LIRE: Les plus grands exploits québécois aux Jeux d’été

Tania Vicent n’a toutefois pas été la première représentante du Canada à récolter une médaille à quatre Jeux consécutifs. C’est une autre Québécoise, Émilie Heymans, qui a réalisé cet exploit, en 2012. La plongeuse, née en Belgique, compte également quatre médailles olympiques, soit deux d’argent et deux de bronze. Heymans a remporté l’argent à la plateforme 10 m synchro à Sydney, en 2000, aux côtés de la Québécoise Anne Montminy. Par la suite, la plongeuse de St-Lambert a reçu le bronze en 2004 à cette même épreuve, cette fois avec Blythe Hartley.

Quatre années plus tard, Heymans s’est illustrée à une finale individuelle en mettant la main sur une médaille d’argent à la plateforme 10 m, aux Jeux de Beijing. C’est à Londres que l’athlète québécoise a récolté sa quatrième médaille olympique en montant sur la troisième marche du podium en compagnie d’une autre représentante du Québec, Jennifer Abel, à l’épreuve du tremplin 3 m synchro.

Éric Bédard

(Deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze)

Éric Bédard, originaire de Sainte-Thècle, détient quatre médailles olympiques à son palmarès.

Éric Bédard, originaire de Sainte-Thècle, détient quatre médailles olympiques à son palmarès.

Éric Bédard a remporté sa première médaille olympique aux Jeux de Nagano, en 1998, où il été le troisième à franchir la ligne d’arrivée au 1000 m. Le patineur de vitesse sur courte piste avait également profité de ces Jeux pour être sacré champion du relais 5000 m avec ses coéquipiers Derrick Campbell, François Drolet et Marc Gagnon.

C’est à cette même épreuve que l’athlète originaire de Sainte-Thècle a décroché ses deux autres médailles olympiques. Il a d’abord défendu son titre en 2002, à Salt Lake City, avec une formation entièrement québécoise composée de Marc Gagnon, Jonathan Guilmette, François-Louis Tremblay, Mathieu Turcotte et lui-même. À Turin 2006, cette même équipe a repris la compétition, à l’exception de Gagnon qui avait pris sa retraite et qui avait laissé sa place à Charles Hamelin. Cette fois, les Québécois mettent la main sur la médaille d’argent au relais 5000 m.

Gaétan Boucher

(Deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze)

Gaétan Boucher s'inscrit parmi les grands du patinage de vitesse aux Jeux de Sarajevo en 1984. (Photo PC/AOC)

Gaétan Boucher s’inscrit parmi les grands du patinage de vitesse aux Jeux de Sarajevo en 1984. (Photo PC/AOC)

Gaétan Boucher a reçu sa première médaille olympique lors des Jeux de Lake Placid, en 1980, où il a terminé deuxième à l’épreuve du 1000 m.

Malgré une fracture à la cheville en 1983, l’athlète originaire de Charlesbourg a tout de même été admirable aux Jeux de Sarajevo, en 1984. Le patineur de vitesse sur longue piste a raflé l’or au 1000 m et au 5000 m, en plus de remporter le bronze au 500 m. Sa médaille d’or au 1000 m était la première médaille d’or masculine du Canada depuis l’inauguration des Jeux d’hiver en 1924.

Caroline Ouellette

(Quatre médailles d’or)

En quatre présences olympiques, Caroline Ouellette a toujours terminé au sommet du podium.

En quatre présences olympiques, Caroline Ouellette a toujours terminé au sommet du podium.

Caroline Ouellette aurait difficilement pu faire mieux durant son parcours olympique en hockey sur glace. En quatre présences, la Montréalaise a été parfaite, repartant avec la médaille d’or au cou à chaque reprise. Elle a fait partie de l’équipe championne de 2002, de 2006 et de 2010, en plus d’être capitaine à Sotchi, en 2014. En 2013, l’attaquante a disputé son 200e match dans l’uniforme d’Équipe Canada au Championnat mondial de hockey féminin de l’IIHF.

François-Louis Tremblay

(Deux médailles d’or et trois médailles d’argent)

L'Almatois François-Louis Tremblay a connu une brillante carrière olympique avec un total de cinq médailles.

L’Almatois François-Louis Tremblay a connu une brillante carrière olympique avec un total de cinq médailles.

Au total, trois Québécois sont détenteurs de cinq médailles olympiques en carrière et les trois ont connu leur succès en patinage de vitesse sur courte piste. François-Louis Tremblay fait partie de ce prestigieux groupe.

Tel que mentionné plus haut, il était du groupe champion du relais 5000 m à Salt Lake City, en 2002. Le patineur de vitesse, originaire d’Alma, a ensuite gagné deux médailles d’argent aux Jeux de Turin à l’épreuve du 500 m et au relais 5000 m. Tremblay a également été double médaillé aux Jeux de Vancouver. Il avait terminé deuxième au 500 m, pour ensuite s’emparer de l’or au relais 5000 m, moins d’une heure plus tard, grâce à la célèbre technique nommée «Opération Cobra» qui avait pour objectif de lui donner plus de repos.

Marc Gagnon

(Trois médailles d’or, deux de bronze)

Marc Gagnon célèbre après avoir remporté une médaille d'or aux Jeux de Salt Lake City, en 2002.

Marc Gagnon célèbre après avoir remporté une médaille d’or aux Jeux de Salt Lake City, en 2002.

Marc Gagnon a remporté le bronze au 1000 m à Lillehammer 1994, ce qui se trouve à être sa première présence olympique. Il a ensuite fait partie de l’équipe championne du relais 5000 m à Nagano, en 1998. Lors de ses deux premiers Jeux, le patineur de vitesse sur courte piste s’est retrouvé au pied du podium au 500 m. Le Saguenéen a finalement triomphé à Salt Lake City, en 2002, où il a mis la main sur trois médailles.

En plus de décrocher l’or face à son compatriote Jonathan Guilmette au 500 m, Gagnon a pris le troisième rang au 1500 m et a ensuite terminé au sommet du podium au relais 5000 m avec cette fameuse équipe 100% québécoise.

Charles Hamelin

(Trois médailles d’or, une d’argent et une de bronze)

Charles Hamelin d’Équipe Canada est sacré champion du monde en patinage de vitesse sur courte piste.

À LIRE:  Charles Hamelin sacré champion du monde

À PyeongChang 2018, Charles Hamelin a rejoint le club des quintuples médaillés olympiques en recevant le bronze au relais 5000 m, aux côtés des Québécois Samuel Girard, Charle Cournoyer et Pascal Dion. Ses premiers Jeux ont été ceux de Turin, en 2006, où il a remporté la médaille d’argent au relais 5000 m.

Quatre années plus tard, à Vancouver, le patineur de Lévis a été le seul représentant canadien à remporter deux médailles d’or. Il avait alors été champion du 500 m en établissant un nouveau record du monde et avait décroché l’or au relais 5000 m par la suite. Finalement, Hamelin avait pu célébrer une médaille d’or aux Jeux de Sotchi lorsqu’il avait été le plus rapide à l’épreuve du 1500 m.