L’équipe canadienne de patinage de vitesse sur courte piste est déjà sélectionnée.

Elle doit maintenant s’attaquer à la qualification de tous ses effectifs pour les Jeux de la Corée du Sud en février. Pour ce faire, l’équipe se rendra bientôt en Europe et en Asie afin de participer aux quatre arrêts du circuit de la Coupe du monde ISU qui feront aussi office de qualifications olympiques.

Qui participe?

Membres provisoires de l’équipe olympique :

Kim Boutin                        Charle Cournoyer
Kasandra Bradette           Pascal Dion
Jamie Macdonald            Samuel Girard
Valérie Maltais                 Charles Hamelin
Marianne St-Gelais        François Hamelin

Autres membres :

Audrey Phaneuf               Steven Dubois

Quand et où compétitionneront-ils?

28 septembre au 1er octobre à Budapest (Hongrie) Résultats
5 au 8 octobre à Dordrecht (Pays-Bas) – Résultats
9 au 12 novembre à Shanghai (Chine)
16 au 19 novembre à Séoul (Corée du Sud)

Comment se qualifient-ils pour PyeongChang 2018?

Équipe Pyeongchang Team 2018 #teamcanada #oneleaf #oneteamonedream @pyeongchang2018 @ssc_pvc #3rdolympics

A post shared by Valerie Maltais (@vale077) on

Pour que les 10 patineurs puissent participer aux Jeux, le Canada doit qualifier les relais masculin et féminin – ce qu’il a toujours été en mesure de faire jusqu’à présent. Cependant, seulement huit pays se qualifieront pour chacune des épreuves du relais 3000 m féminin et du relais 5000 m masculin.

Pour chacune des huit épreuves du programme olympique (relais, 500 m, 1000 m et 1500 m, hommes et femmes, les trois meilleurs résultats obtenus lors des quatre compétitions de la Coupe du monde seront considérés pour la qualification. En plus de qualifier les équipes de relais, les Canadiens espèrent obtenir le maximum de trois patineurs partants dans chaque épreuve olympique individuelle.

L’Union internationale de patinage publiera les classements de la qualification olympique au début du mois de décembre.

[QUIZ] Testez vos connaissances en patinage de vitesse sur courte piste

Quoi surveiller?

Charles Hamelin est tout sourire sur le podium des Jeux olympiques de Sotchi 2014 après avoir décrocher la médaille d'or de l'épreuve 1500 m en courte piste, le 10 février 2014. (Photo AP/Morry Gash)

Charles Hamelin est tout sourire sur le podium des Jeux olympiques de Sotchi 2014 après avoir décroché la médaille d’or de l’épreuve 1500 m en courte piste, le 10 février 2014. (Photo AP/Morry Gash)

Charles Hamelin pourrait écrire l’histoire olympique à PyeongChang. Ayant déjà quatre médailles olympiques en poche, il ne lui en faut plus qu’une afin d’égaler la marque pour le titre d’olympien canadien le plus décoré, deux pour égaler celle du Canadien le plus décoré aux Jeux olympiques et trois pour détenir le titre à lui seul. Il a déjà trois médailles d’or olympiques à son actif et une seule visite au sommet du podium lui permettrait d’égaler le record canadien. S’il réussit cet exploit au 1000 m, il détiendra le titre de champion olympique à toutes les épreuves de la discipline.

Marianne St-Gelais prend la pose avec sa médaille d'argent de l'épreuve 500 m féminin sur courte piste aux Jeux de Vancouver 2010, le 18 février 2010. (Photo AP/Jae C. Hong)

Marianne St-Gelais prend la pose avec sa médaille d’argent de l’épreuve 500 m féminin sur courte piste aux Jeux de Vancouver 2010, le 18 février 2010. (Photo AP/Jae C. Hong)

La triple médaillée olympique Marianne St‑Gelais entame sa dernière saison olympique. Une commotion cérébrale lui a fait manquer les essais nationaux, mais elle a connu de solides mondiaux où elle a obtenu la médaille d’argent aux trois épreuves individuelles.

Marie-Ève Drolet, Jessica Hewitt, Valérie Maltais et Marianne St-Gelais célèbrent avec le drapeau canadien en mains après avoir décroché l'argent au relais 3000 m à Sotchi 2014.

Marie-Ève Drôlet, Jessica Hewitt, Valérie Maltais et Marianne St-Gelais célèbrent avec le drapeau canadien en mains après avoir décroché l’argent au relais 3000 m à Sotchi 2014.

L’équipe féminine du relais 3000 m n’a jamais raté le podium olympique. Elle a remporté une médaille d’or, quatre médailles d’argent et deux de bronze depuis l’ajout officiel de la discipline au programme olympique d’Albertville 1992. Aucun autre pays ne peut prétendre à cet exploit. Avec ses cinq podiums, dont trois premières places, le Canada a aussi plus de médailles au relais 5000 m masculin que tout autre pays.

Charle Cournoyer fait un tour de piste après avoir remporté la médaille de bronze de l'épreuve 500 m masculine des Jeux de Sotchi, le 21 février 2014.

Charle Cournoyer fait un tour de piste après avoir remporté la médaille de bronze de l’épreuve 500 m masculine des Jeux de Sotchi, le 21 février 2014.

Trois femmes (Kim Boutin, Kasandra Bradette, Jamie Macdonald) et deux hommes (Samuel Girard, Pascal Dion) n’en seront peut-être qu’à leurs premiers Jeux olympiques, mais les recrues ont souvent joué d’importants rôles par le passé. À Vancouver 2010, Marianne St‑Gelais a célébré son vingtième anniversaire avec une médaille d’argent au 500 m. À Sotchi 2014, Charle Cournoyer a surpris tout le monde au dernier jour de la compétition avec une médaille de bronze au 500 m lui aussi. Les cinq athlètes auront tout l’automne pour miser sur leurs succès internationaux. Ils ont tous atteint des podiums lors de la Coupe du monde par le passé, et Kasandra et Samuel ont même réussi l’exploit aux Championnats du monde.