Biographie :

Marianne St-Gelais compte parmi seulement quatre athlètes canadiens à avoir remporté de multiples médailles à Vancouver 2010 avec deux médailles d’argent, dont une au 500 m et une au relais 3000 m. Elle a décroché sa médaille d’argent au 500 m le jour de son 20e anniversaire de naissance. Avec son copain (maintenant fiancé) Charles Hamelin, qui est également son coéquipier en patinage de vitesse sur courte piste, elle est devenue une vedette canadienne lorsqu’ils ont célébré la médaille d’or de Charles par un baiser sur la bande de la patinoire.

Quatre ans plus tard, à Sotchi 2014, Marianne a ajouté une troisième médaille d’argent à sa collection en tant que membre du relais 3000 m. Marianne a fait le saut chez les seniors en 2009‑2010 après avoir connu un grand succès chez les juniors. Aux Jeux d’hiver du Canada de 2007, elle a remporté quatre médailles d’or et une médaille d’argent. En 2009, elle a remporté la médaille d’or au 500 m aux Championnats du monde juniors. La même année, elle a reçu le prix canadien de l’étoile montante en patinage de vitesse sur courte piste. Marianne continue de figurer parmi les meilleures patineuses au monde à l’épreuve du 500 mètres. Elle a gagné le bronze aux Championnats du monde de 2010. En 2010‑2011, elle a remporté le titre de la Coupe du monde sur cette distance après avoir gagné les cinq épreuves de 500 m auxquelles elle a participé sur le circuit. Elle a raté le podium de peu aux Championnats du monde de 2013 lorsqu’elle a terminé au 4e rang.

Marianne a également amélioré sa performance sur les autres distances. En 2011‑2012, elle a remporté ses premières victoires en Coupe du monde au 1000 mètres. Aux Championnats du monde de 2013, elle a décroché le bronze au 1500 mètres. Elle a connu d’excellents Championnats du monde en 2016 et en 2017. Elle a remporté son premier titre mondial en carrière en 2016 avec sa médaille d’or au 1500 m en plus d’avoir remporté les médailles d’argent du 500 m et du relais 5000 m. Elle a de plus atteint le 2e rang du classement général. L’année suivante, elle a remporté des médailles d’argent au 500 m, 1000 m et 1500 m, en plus de terminer au 2e rang du classement général. Lors des saisons 2015‑2016 et 2016‑2017, Marianne a terminé le circuit de la Coupe du monde en 1re position pour le 500 m. Patinage de vitesse Canada l’a nommée Athlète de l’année en courte piste à cinq reprises, soit en 2010, 2011, 2013, 2015 et 2016.

À propos de l’athlète

Débuts : Elle a commencé à faire du patinage de vitesse à 10 ans quand son voisin, qui était président d’un club local, lui a demandé ainsi qu’à ses frères et sœurs s’ils voulaient se joindre à eux. Le club perdait alors des membres et la famille comptait quatre enfants qui se cherchaient quelque chose à faire. Au-delà du patinage de vitesse : Elle a étudié les sciences humaines au Collège de Maisonneuve à Montréal. Elle adore regarder des films à la maison ou au cinéma et s’évader dans la cabane que possède sa famille dans les bois. Dans le monde du sport, son idole est la coureuse de haies canadienne Perdita Felicien et le coureur de fond américain Steve Prefontaine. Sa devise : Amusez-vous! Souriez quand il pleut. Elle aime beaucoup les moments émotifs aux Jeux olympiques, comme lorsque Joannie Rochette a concouru après le décès de sa mère ou Jon Montgomery a bu un pichet de bière à Whistler. Elle a toujours la chair de poule lorsqu’elle repense au défilé des athlètes à la cérémonie d’ouverture de Vancouver 2010. Elle porte un collier que sa grand-mère lui a donné en guise de porte-bonheur. Au cours de ses voyages, elle rapporte des épinglettes à sa mère qui en fait la collection.