Biographie :

Kasandra Bradette a commencé la compétition internationale pour le Canada lors de la saison 2011-2012 lorsqu’elle a fait ses débuts en Coupe du monde. Cependant, ses progrès ont plafonné lors de la saison suivante en raison d’une spondylose dégénérative qui l’a tenue à l’écart de la compétition.

Elle n’a pu concourir au-delà des essais nationaux lors de la saison 2013-2014, mais elle a regagné le circuit de la Coupe du monde en 2014‑2015, à temps plein cette fois-ci. Elle a remporté sa première médaille lors du relais 3000 m à la première Coupe du monde du circuit à Salt Lake City. Plus tard cette année-là, elle a obtenu sa première médaille individuelle, une de bronze au 500 m lors du troisième arrêt de la Coupe du monde à Shanghai.

Elle a aussi fait ses débuts aux Championnats du monde en 2015. Lors de sa deuxième participation à cette compétition, en 2016, Kasandra a atteint le podium à deux reprises. Elle a remporté une médaille de bronze au 1000 m et une médaille d’argent en équipe au relais 3000 m. Aux essais de sélection de l’équipe canadienne pour PyeongChang 2018, Kasandra a terminé au 3e rang du classement général.

À PROPOS DE L’ATHLÈTE

Débuts : Kasandra Bradette a commencé à patiner à l’âge de 11 ans. Elle voulait jouer au hockey, mais son père l’a inscrite en courte piste après avoir vu les exploits de Marie-Ève Drolet, qui avait remporté l’or aux Championnats du monde juniors en 2000. À l’époque, Kasandra ne connaissait pas encore le patinage de vitesse, et elle a été surprise de se sentir aussi libre sur la glace. Son club ne comptait que quatre ou cinq patineurs, dont Marianne St-Gelais. C’est en voyant cette dernière concourir à sa première Coupe du monde qu’est né son rêve olympique, et c’est la raison pour laquelle elle a déménagé à Montréal pour s’entraîner. Au-delà du patinage de vitesse : Elle aime la cuisine, la pâtisserie, la lecture et la randonnée pédestre en nature. Elle étudie la biochimie à l’UQAM en suivant un cours à la fois, mais elle envisage de faire le saut en médecine vétérinaire. Elle a concouru en athlétisme (100 m, 200 m, saut en longueur) aux Jeux du Québec en 2003 et 2005. Elle porte toujours des boucles d’oreilles spéciales en compétition.