Biographie :

Kim Boutin a représenté le Canada sur la scène internationale pour la première fois en 2014 aux Championnats du monde juniors en tant que membre de l’équipe médaillée d’argent du relais 3000 m. À cette compétition, elle a aussi brièvement détenu le record du monde junior du 500 m.

Kim a fait ses débuts en Coupe du monde la saison suivante et elle y a remporté une médaille de bronze au relais 3000 m à sa toute première compétition du circuit. Elle a obtenu sa première médaille individuelle plus tard dans la saison 2014-2015, alors qu’elle a remporté le bronze au 1000 m et au 1500 m lors du sixième arrêt de la Coupe à Erzurum, en Turquie. Lors de ses premiers Championnats du monde en 2015, elle a terminé au 7e rang du classement général, ce qui faisait d’elle la meilleure Canadienne. Elle a été nommée Étoile montante de l’année 2015 en courte piste par Patinage de vitesse Canada. Après un départ en force en 2015‑2016 – elle a remporté trois médailles au relais 3000 m et une médaille d’argent au 1500 m –, Kim a décidé de prendre une pause tout juste après le quatrième arrêt de la Coupe du monde.

Même si elle était physiquement fatiguée et devait composer avec une blessure au dos, c’est surtout pour améliorer sa préparation mentale qu’elle a pris cette décision. Depuis, elle est mieux outillée pour dissocier sa vie personnelle de sa vie d’athlète. Après une absence de six mois, elle a réintégré le circuit de la Coupe du monde à temps plein lors de la saison 2016-2017, et elle y a remporté sa première victoire individuelle en s’emparant de la médaille d’or au 1500 m à Dresde, en Allemagne. Elle s’est également qualifiée pour les Championnats du monde de 2017, ce qui lui a montré ce qu’elle est capable d’accomplir. Aux essais de sélection de l’équipe canadienne pour PyeongChang 2018, Kim a terminé au 1er rang du classement général après avoir remporté huit des neuf courses.

À PROPOS DE L’ATHLÈTE

Débuts : Elle a commencé à patiner à l’âge de 6 ans en voulant imiter son frère qui patinait déjà. Ce qu’elle aime dans le patinage de vitesse sur courte piste, c’est qu’il y a toujours quelque chose sur lequel travailler, car il faut faire preuve d’intelligence et de force, tant sur le plan physique que sur le plan mental. Au-delà du patinage de vitesse : Kim aime la peinture et le tricot. Elle étudie au cégep afin de maintenir un équilibre entre sa vie personnelle et le sport. Elle voue une grande admiration à sa coéquipière, Marianne St‑Gelais, pour la manière dont elle compose avec les aspects les plus difficiles du sport, comme les voyages et la portée du travail à accomplir pour obtenir de bons résultats.