Photo manchette : (G-D) Melissa Bishop, Magali Harvey, Kadeisha Buchanan

Imaginez-vous en 1928 à Amsterdam. Pour la première fois, l’équipe canadienne envoie des femmes aux Jeux olympiques. Elles n’étaient que sept sur 92 athlètes, mais leurs efforts ne sont pas passés inaperçus : les athlètes féminines sont responsables de quatre des 15 médailles de la récolte du Canada.

Les noms sont entrés dans la légende. Grâce à « Saskatoon Lily » Ethel Catherwood, Fanny « Bobbie » Rosenfeld, Ethel Smith, Myrtle Cook et Jane Bell, le Canada a été le seul pays à remporter plus d’une médaille d’or parmi les cinq épreuves féminines d’athlétisme.

À lire : La Journée de la femme met en lumière les exploits des athlètes canadiennes

Ethel Catherwood (Amsterdam 1928) and Brianne Theisen-Eaton (London 2012) in the high jump.

Ethel Catherwood (Amsterdam 1928) et Brianne Theisen-Eaton (Londres 2012) au saut en hauteur.

Les choses ont bien changé, et le sport olympique s’efforce d’atteindre l’égalité entre les sexes. Aux Jeux de 2016 à Rio, il y aura six catégories de poids en lutte féminine, contrairement aux quatre au programme depuis les Jeux de 2004 à Athènes. Une proposition est à l’étude en vue des Jeux de 2020 à Tokyo pour intégrer les épreuves féminines de canoë au programme olympique, à l’image des Jeux panaméricains de Toronto qui présentaient l’été dernier les premières compétitions de la discipline. Une médaille olympique couronnerait de belle façon la carrière de Laurence Vincent-Lapointe qui a déjà sept titres de championne du monde à son actif. En 2012 à Londres, c’est la boxe féminine qui faisait son entrée au programme olympique.

Grâce à ces changements, le pourcentage de femmes au sein de l’Équipe olympique canadienne est de plus en plus grand, et les athlètes féminines contribuent de plus en plus de médailles à la récolte.

Laurence Vincent Lapointe paddles to the first-ever Pan Am Games women's canoe gold medal on July 14, 2015.

Laurence Vincent-Lapointe a remporté la première médaille d’or féminine de l’histoire des Jeux panaméricains en canoë le 14 juillet 2015.

À cinq mois de Rio 2016, il est évident que les femmes jouent un rôle plus important que jamais.

Lors des Jeux panaméricains de 2015, le Canada a produit une récolte record de 219 médailles. C’est génial, évidemment. Mais vous savez quoi? Les femmes ont gagné plus de 50 pour cent de ces médailles (111, pour être exact) contre 45 pour cent (99 médailles) pour les hommes. Les neuf autres médailles proviennent d’épreuves mixtes. Le découpage est encore plus impressionnant parce que l’équipe comptait davantage d’hommes (370) que de femmes (345) dans ses rangs.

RELATED: Canada’s medallists at TO2015

16_women_day_infographic_V2-06

Les femmes d’Équipe Canada à TORONTO 2015.

N’oubliez pas que l’athlète la plus décorée du Canada est également une femme. La gymnaste Ellie Black est montée sur le podium pas moins de cinq fois, dont trois sur la plus haute marche. Les femmes sont responsables de 60 pour cent des 78 médailles d’or du Canada avec 47 victoires exclusivement féminines, contre 30 médailles d’or à des épreuves masculines.

À lire  : Kia Nurse portera le drapeau canadien à la cérémonie de clôture des Jeux panam

Les victoires ne se limitent pas aux Jeux de 2015 à Toronto. Lors des Championnats du monde des divers sports d’été l’an dernier, les athlètes canadiens ont mis la main sur 18 médailles. Si seulement huit d’entre elles ont été remportées par des femmes, la portée de leur succès est plus étendue que celle des hommes. Tandis que les hommes ont récolté 10 médailles dans quatre sports (athlétisme, canoë-kayak de vitesse, judo, natation), les femmes sont montées sur le podium de six sports (athlétisme, cyclisme sur piste, plongeon, aviron, natation, lutte).

Canada rides to a silver medal at the World Track Cycling Championships in London, Friday March 4, 2016. (Tim Ireland)

Le Canada a décroché l’argent à la poursuite féminine aux Mondiaux de cyclisme sur piste à Londres, le 4 mars 2016. (Tim Ireland)

Certaines de ces médailles ont également donné au Canada son laissez-passer pour Rio 2016. En date d’aujourd’hui, le Canada a officiellement décroché sa place dans 58 épreuves. Soixante pour cent (35 épreuves) d’entre elles sont des épreuves féminines et 29 pour cent (17 épreuves) des épreuves masculines. Le Canada s’est également garanti une équipe d’au moins 175 athlètes, dont 69 pour cent seraient des femmes et seulement 26 pour cent, des hommes.

À lire : Suivi des qualifications pour Rio 2016

Le nombre d’athlètes qualifiés changera bien entendu au fur et à mesure que les athlètes obtiennent plus de places qualificatives et que les Jeux approchent. Ce ne serait cependant pas une surprise si l’équipe canadienne avait des proportions semblables à celle des Jeux de 2012 à Londres où il y avait davantage de femmes que d’hommes, soit 157 contre 122 sur 279 athlètes.

16_women_day_infographic_V2-05

La composition d’Équipe Canada en date du 6 mars 2016.

D’où vient cette disparité? Les sports d’équipe font facilement bondir la taille d’une délégation, et les équipes féminines de basketball, de soccer et de rugby du Canada sont déjà qualifiées alors que la seule équipe masculine assurée d’une place au tournoi olympique est celle de hockey sur gazon.

Les femmes ont aussi le dessus en plongeon (elles ont obtenu le nombre maximum de places qualificatives aux quatre épreuves), en gymnastique artistique (avec une équipe complète de cinq gymnastes qualifiées), en aviron (en se qualifiant pour quatre des six épreuves contrairement à deux des huit épreuves pour les hommes) et en lutte (comme premier pays à se qualifier pour les six épreuves). Les chiffres n’incluent même pas le cyclisme sur piste qui a mis fin à sa période de qualification olympique ce week-end avec la tenue des Championnats du monde. En se fiant au classement mondial, il est for probable que le Canada obtiendra des place à chacune des cinq épreuves olympiques féminines.

Qu’est-ce que ça signifie? Les Canadiennes ont du talent à revendre!