Mark Tewksbury, qui s’est fait connaître à titre de champion olympique en natation et qui est largement reconnu pour son aide humanitaire et sa défense des droits 2SLGBTQI, a été nommé Compagnon de l’Ordre du Canada.

Il s’agit du niveau le plus élevé d’un des honneurs les plus prestigieux accordé au pays, honneur qu’on a commencé à décerner l’année du centenaire du Canada, 1967, dans le but de rendre hommage aux gens pour leur contribution exceptionnelle à la nation.

Parmi les autres personnes nommées pour recevoir l’Ordre du Canada, vendredi, il y a l’olympienne des Jeux de Montréal 1976 en aviron Sandra Kirby à titre d’Officière ainsi que les quintuples médaillés olympiques Tessa Virtue et Scott Moir en tant que Membres. 

La devise de l’Ordre est DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM, ce qui se traduit du latin au français par « Ils veulent une patrie meilleure », et s’applique certainement aux olympiens qui sont honorés cette année. 

Mark Tewksbury – Compagnon de l’Ordre du Canada

« Pour son excellence sportive et son leadership sportif, et pour avoir défendu l’équité, l’inclusion et les droits de la personne, sur le terrain de jeu et en dehors. »

Un spécialiste des épreuves du dos en natation, Tewksbury a remporté une médaille d’argent au relais 4×100 m quatre nages à Séoul 1988. C’est toutefois sa remarquable remontée au 100 m dos à Barcelone 1992 qui l’a fait connaître du grand public. Il a enregistré un temps de 53,98 secondes, un record olympique, et causer la surprise en remportant la médaille d’or, comme il l’a récemment raconté à Équipe Canada Rétro.

Tewksbury a aussi obtenu une médaille de bronze au relais 4×100 m quatre nages à ces Jeux et il allait ensuite se voir attribuer le prix Lou Marsh, décerné à l’Athlète de l’année au Canada. Après avoir pris sa retraite de la natation de compétition, il a continué d’être un ardent partisan du Mouvement olympique au Canada, alors qu’il a agi comme chef de mission d’Équipe Canada aux Jeux de Londres 2012. Il siège actuellement au conseil d’administration du Comité olympique canadien et celui de la Fondation olympique canadienne.

Depuis qu’il a publiquement révélé son identité en 1998 pour ainsi devenir le premier olympien canadien ouvertement homosexuel, Tewksbury est devenu un défenseur mondial de la communauté 2SLGBTQI, ce qui l’a notamment amené à travailler avec le Comité international olympique en tant que représentant des athlètes et à prendre la parole aux Nations Unies sur le sujet de la décriminalisation de l’homosexualité. Orateur passionné, il est aussi défenseur de l’inclusion, de l’éthique, de l’équité et du sport propre. En 2019, il a reçu le Prix humanitaire Mohamed Ali pour l’égalité des genres. 

Dr Sandra Kirby – Officière de l’Ordre du Canada

« Pour sa recherche innovante sur le harcèlement de l’athlète et pour ses efforts soutenus en tant que défenseure de l’équité, de l’inclusion et de la sécurité dans le sport. » 

La Dre Sandra Kirby (au centre), rameuse olympique, éducatrice, administratrice sportive, entraîneure et militante luttant contre le harcèlement, les abus sexuels et la violence envers les enfants dans le sport, enfile son veston lors d’un événement médiatique à Toronto, alors qu’elle est intronisée au Panthéons des sports canadiens, le jeudi 18 octobre 2018. LA PRESSE CANADIENNE / Chris Young

En tant que rameuse, Kirby a disputé l’épreuve du quatre de couple avec barreur à Montréal 1976, alors que les épreuves féminines d’aviron faisaient leur entrée au programme olympique. Cela allait être loin de s’avérer la dernière fois qu’elle allait marquer l’histoire, elle qui allait ensuite devenir éducatrice, administratrice de sport, entraîneure et activiste. 

À LIRE AUSSI : Kirby parmi trois olympiens intronisés au Panthéon des sports canadiens au sein du groupe d’intronisés de 2018

En 1996, soit 10 ans après avoir obtenu son doctorat, elle a publié sa première étude quantitative sur le harcèlement et les abus sexuels chez les athlètes de haute performance. Elle a travaillé avec le CIO, l’UNICEF ainsi que plusieurs autres organisations nationales et internationales pour rendre le sport plus sécuritaire pour les athlètes et elle défend depuis plusieurs années les valeurs de l’équité et de l’inclusion. Son travail a été reconnu quand elle a été intronisée au Panthéon des sports canadiens en 2018. 

Tessa Virtue et Scott Moir – Membres de l’Ordre du Canada

« Pour leur excellence inégalée en danse sur glace et pour avoir inspiré la prochaine génération de patineurs artistiques canadiens. »

Deux patineurs de danse sur glace effectuent un virage S (anciennement appelé un choctaw)

Tessa Virtue et Scott Moir du Canada lors de la danse courte en patinage artistique à la patinoire de Gangneung durant Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 à PyeongChang, en Corée du Sud, le 19 février 2018 (Photo de Vaughn Ridley / COC)

Virtue et Moir ont couronné un illustre partenariat de 20 ans en danse en remportant deux médailles d’or à PyeongChang 2018, pour ainsi ajouter à l’or qu’ils avaient remporté à la maison à Vancouver 2010 et aux deux médailles d’argent obtenues à Sotchi 2014, alors qu’ils sont devenus les patineurs artistiques les plus décorés de l’histoire des Jeux olympiques. 

À LIRE AUSSI : Revivez les faits saillants de la carrière de Tessa Virtue et Scott Moir

La danse sur glace était jadis dominée par les Européens, mais Virtue et Moir ont joué un rôle déterminant pour changer tout cela grâce à leurs formidables qualités athlétiques, leurs chorégraphies singulières et leur chimie indéniable, donnant ainsi à la prochaine génération de patineurs artistiques canadiens des modèles à suivre et des objectifs à atteindre. Ils ont été intronisés à l’Allée des célébrités canadiennes en 2018.

Ces olympiens font partie d’un groupe de 114 nouvelles personnes à recevoir l’Ordre du Canada, qui comprend huit Compagnons, 21 Officiers et 85 Membres. Près de 7000 personnes représentant tous les secteurs de notre société ont reçu l’Ordre du Canada au cours des 53 dernières années.