EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Taekwondo

L’origine du taekwondo remonte à l’époque des Trois Royaumes sur la péninsule coréenne où, dans les royaumes Koguryo et Shilla, les jeunes guerriers apprenaient l’art martial taekkyon, une technique de combat à mains et pieds nus. La dimension sportive s’est développée sous la dynastie Koryo (918-1392), où de jeunes gens étaient conviés à des concours de taekkyon, les plus habiles étant élus officiers dans l’armée. Un livre d’illustrations d’arts martiaux datant des années 1700 montre des poses et mouvements semblables à ceux du taekwondo moderne.

Durant l’occupation japonaise de la Corée, en 1909, le gouvernement colonial japonais a interdit tous les jeux folkloriques, y compris le taekkyon. Jusqu’à la libération du pays en 1945, l’art martial a été transmis secrètement par ses maîtres. Après la Seconde Guerre mondiale, le maître Song Duk-Ki a fait devant Syngman Rhee, premier président de Corée du Sud, une démonstration de taekkyon qui le distingue clairement du karaté, introduit par les occupants japonais. Dès la fin de la Guerre de Corée en 1953, les experts en arts martiaux ont ouvert des gymnases à travers la Corée pour enseigner le taekwondo, désigné art martial national en 1971.

OLY COC London 2012

Le taekwondo a fait ses débuts olympiques comme sport de démonstration lorsque la Corée du Sud a accueilli les Jeux à Séoul en 1988. Également en démonstration à Barcelone 1992, le taekwondo est devenu un sport olympique officiel à Sydney 2000. Le taekwondo figure au programme des Jeux panaméricains depuis 1987.

Les épreuves sanctionnées par la WTF sont disputées dans un ring octogonal à l’aide d’un système électronique de pointage connu sous son acronyme PSS (Protective Scoring System). Des casques électroniques sont utilisés aux épreuves de niveau Grand Prix depuis la fin 2014, s’ajoutant aux plastrons électroniques introduits préalablement.

Bosshart, Dominique

Chaque match consiste en trois rondes de deux minutes avec une période de repos d’une minute entre les rondes. En cas d’égalité à l’issue de la troisième ronde, une quatrième ronde a lieu avec la règle du point en or. Les concurrents gagnent des points en frappant leur adversaire à la tête et au corps par coups de pied ou au corps par coup de poing comme suit :

  • 1 point – coup au plastron (recouvre la poitrine; un concurrent porte le rouge et l’autre porte le bleu)
  • 3 points – coup de pied circulaire au plastron
  • 3 points – coup de pied à la tête
  • 4 points – coup de pied circulaire à la tête
  • 1 point – deux Kyung-gos (pénalités d’un demi-point) ou un Gam-jeom (pénalité d’un point) décernés à l’adversaire

Les concurrents peuvent aussi gagner par mise hors combat (knock-out), bien que ceci soit rare au niveau élite, ou par défaut si l’adversaire accumule cinq points de pénalité.

OLY COC London 2012

Sont pénalisés d’un demi-point (Kyong-go) les gestes suivants : traverser la ligne de démarcation; tomber; éviter ou reporter le match; tenir, retenir ou pousser l’adversaire; bloquer, gêner ou attaquer avec le genou; attaquer un adversaire tombé; frapper la tête de la main; donner un coup de pied sous la ceinture; attaquer après Kal-yeo (signalement d’une pause par l’arbitre); inconduite d’un concurrent ou entraîneur.

Les concurrents sont pénalisés d’un point (Gam-jeom) si les infractions ci-dessus sont graves ou s’ils récidivent malgré l’avertissement de l’arbitre.

Les concurrents disputent un tournoi à élimination simple dont les têtes de série sont établies en fonction du classement mondial de la WTF. Les perdants de chaque match sont éliminés jusqu’à ce qu’il ne reste que deux athlètes. Le gagnant de la finale obtient la médaille d’or, le perdant la médaille d’argent.

BOSSHART LIUKKONEN

Comme dans les autres sports de combat, deux médailles de bronze sont décernées, en taekwondo, aux gagnants du repêchage auquel participent tous les concurrents défaits par les deux finalistes. Les perdants en demi-finales avancent directement à l’une des deux finales pour la médaille de bronze, leurs adversaires émergeant du tableau à élimination simple du repêchage.

Médaillés canadiens

Open/Close

CLASSEMENT FINAL:

ATHLÈTES:

JEUX:

ÉVÉNEMENT :

RÉSULTAT:

ArgentKarine Sergerie2008 Beijing67 kg - femmes -
BronzeDominique Bosshart2000 SydneyPlus de 67 kg - femmes -
Identification Olympique
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 044 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.