Dans la série Où sont-ils rendus?, Olympique.ca se penche sur l’après-carrière sportive de certains des plus grands olympiens d’Équipe Canada. Bref, on prend des nouvelles de nos champions!


Robert Esmie est devenu champion olympique quelques secondes après avoir pris le départ à sa première et seule course en carrière aux JO, dans ce qui a été un des moments les plus mémorables de l’histoire sportive canadienne, soit la finale du relais 4×100 mètres à Atlanta 1996.

Esmie était chargé à bloc quand il a pris sa place comme premier coureur après que Carlton Chambers, qui avait participé aux deux courses précédant la finale, se soit blessé. Avec Glenroy Gilbert, Bruny Surin et Donovan Bailey, nouveau champion olympique du 100 m, Esmie a réalisé la course de sa vie pour aider le Canada à devenir la première équipe de l’histoire à vaincre les États-Unis depuis l’apparition de cette épreuve aux Jeux de 1912.

Robert Esmie, Carlton Chambers, Bruny Surin et Donovan Bailey lors de leur cérémonie d'introduction au au Temple de la renommée olympique du Canada en 2004

Robert Esmie, Carlton Chambers, Bruny Surin et Donovan Bailey lors de leur cérémonie d’introduction au Temple de la renommée olympique du Canada à Montréal, le vendredi 16 avril 2004. (PHOTO CP / François Roy)

Comme membre de l’équipe masculine du relais, Esmie a été intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada en 2004, puis au Panthéon des sports canadiens en 2008. Il a notamment été membre du programme canadien du relais 4×100 m qui a dominé la scène internationale dans les années 1990. Esmie a remporté des médailles d’or aux Jeux du Commonwealth de 1994, aux Championnats du monde de 1995 et de 1997, ainsi que la médaille de bronze aux Championnats du monde de 1993. Il a aussi participé aux Championnats du monde en salle de 1995, où il a décroché une médaille de bronze au 60 mètres et il a atteint la demi-finale du 100 mètres aux Championnats du monde de 1993.

Où sont-ils rendus? 

Clara Hughes | Sylvie Bernier | Alexandre Bilodeau | Marc Gagnon | Marianne St-Gelais | Roseline Filion Alex Harvey | Joannie Rochette

Esmie et sa famille ont déménagé de la Jamaïque à Sudbury en Ontario lorsqu’il était âgé de sept ans. Après sa carrière sportive, il s’est installé à Vancouver, en Colombie-Britannique, où il s’est lancé en affaires. Il est récemment retourné à Sudbury avec sa famille pour prendre soin de sa mère et satisfaire son désir de devenir entraîneur. Avec ses connaissances et son expérience, Esmie a lancé AirBlastoff – Need for Speed, un programme d’entraînement sportif et d’athlétisme de haute performance pour aider les athlètes à atteindre leurs objectifs de conditionnement physique.

Esmie travaille avec une équipe d’athlètes âgés de 5 à 17 ans. L’objectif? Développer une forme technique et améliorer l’art de la vitesse avec une base en athlétisme, peu importe le sport pratiqué par l’athlète. Son programme est ainsi fondé dans une source qu’il puise à même ses racines. Il travaille à bâtir des champions sur la piste comme à l’extérieur et procure à ses athlètes la charpente de leur succès. Un de ses athlètes est son fils Nehemiah. Âgé de sept ans, ce dernier réalise d’énormes progrès et il continue de s’entraîner avec les autres athlètes du programme de son père. Il a récemment remporté une médaille d’or au 50 mètres et l’argent au 150 m et au 300 m chez les moins de sept ans.

Robert Esmie continue d’avoir une grande influence sur son fils et sur ses jeunes athlètes, ce qui lui permet de poursuivre son parcours comme athlète et comme entraîneur. Il peut ainsi mettre sa famille en priorité tout en se rappelant les « bons vieux jours » avec le sourire, en inspirant et en enseignant la prochaine génération d’athlètes à se détendre avant de décoller vers le succès.