2680x1508 Olympic.ca (5)

Quatre Canadiens prêts à descendre la rivière aux Jeux de Tokyo 2020

Pour la première fois en deux décennies, le Canada aura des représentants dans toutes les épreuves olympiques de canoë-kayak slalom au menu des Jeux. 

Deux femmes et deux hommes porteront la feuille d’érable au Parcours de slalom de canoë-kayak où les épreuves de slalom des Jeux de Tokyo 2020 seront présentées, marquant la première fois que ce sport respectera l’égalité des genres dans l’histoire olympique. 

Haley Daniels représentera le Canada en C-1 chez les femmes, ce qui sera en soi un moment historique puisque l’épreuve fait son entrée au programme olympique. Daniels a récemment décroché son billet pour Tokyo après avoir vaincu sa compatriote Lois Betteridge dans une course éliminatoire disputée en mai.

Daniels est une habituée des pages d’histoire puisqu’elle a remporté une médaille de bronze de l’épreuve de C-1 aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, soit les premiers grands Jeux multisports à inclure le canoë slalom féminin.

À LIRE : Haley Daniels : Fière d’être une pionnière du canoë et la fille d’un père transgenre

Pionnière de son sport, Daniels dit être fière de finalement voir le canoë féminin au programme olympique cette année, le dénouement de plus d’une décennie de travail pour l’inclusion de cette discipline.

« J’en parle depuis 10 ans et finalement nous y sommes, a-t-elle raconté à Olympique.ca en décembre 2019, peu de temps après avoir participé à l’épreuve test olympique. Je me félicite ainsi que toutes les femmes canoéistes qui ont travaillé très dur pour arriver à ce jour. C’est vraiment emballant. »

Daniels a joué un rôle clé pour aider le canoë féminin à accéder au programme olympique. Elle a notamment rédigé des lettres aux fédérations et a attiré l’attention des médias de partout au pays sur sa cause. Bref, Daniels a fait tout ce qu’elle a pu pour produire ce changement.  

« La chose la plus importante que j’ai faite a été d’inspirer les gens ou d’utiliser notre histoire pour inspirer d’autres personnes à être des perturbateurs et à continuer d’influencer ce que nous faisons », ajoute-t-elle. 

Un homme rame dans les remous
Cameron Smedley d’Équipe Canada navigue le parcours lors de la ronde de qualification en canoë slalom (C1) au stade White Water du parc Deodoro, à Rio de Janeiro, au Brésil, dimanche le 7 août 2016. (Photo du COC / David) Jackson

Chez les hommes, Cameron Smedley participera à l’épreuve de C-1. Il en sera à ses deuxièmes Jeux olympiques après avoir représenté le Canada à Rio 2016. L’année précédente à Toronto, il avait décroché la médaille d’argent de l’épreuve du C-1 des Jeux panaméricains.

Smedley a obtenu le meilleur résultat canadien aux Championnats du monde de canoë slalom de l’ICF en 2019, accédant à la finale du C-1 pour terminer au neuvième rang, décrochant ainsi une place de qualification pour le Canada. Il a plus tard pris le cinquième rang de l’épreuve test en vue des Jeux de Tokyo 2020.

Au kayak, Michael Tayler en sera à ses troisièmes Jeux olympiques à l’épreuve masculine du K-1. Il est apparu sur la scène internationale après avoir décroché l’unique place du Canada en slalom aux Jeux de Londres 2012, où à l’âge de 20 ans, il était le plus jeune compétiteur de son épreuve. À Rio 2016, il a raté la demi-finale d’une seule position.

Cam Smedley et Michael Tayler au Stade des eaux vives dans la zone de Deodoro, Jeux olympiques de 2016, à Rio. David Jackson/ COC
Michael Tayler au Stade des eaux vives dans la zone de Deodoro, Jeux olympiques de 2016, à Rio. David Jackson/ COC

Membre à temps plein de l’équipe nationale senior depuis 2017, Florence Maheu vivra son baptême olympique dans l’épreuve féminine du K-1. À sa première année avec le groupe, elle a remporté son premier titre national et a participé à ses premiers Championnats du monde seniors de l’ICF où elle a obtenu le meilleur résultat canadien en K-1.

Depuis, Maheu a réalisé son meilleur résultat en carrière dans une épreuve de Coupe du monde en 2018, terminant au 13e rang. Elle a décroché la place canadienne en K-1 aux Jeux de Tokyo grâce à sa performance aux Championnats du monde de 2019.

Une athlète de canoë-kayak pagaie dans les eaux
Florence Maheu, membre de l’équipe nationale de canoë-kayak slalom, prend part à un camp d’entraînement à Chiliwack, en Colombie-Britannique, le samedi 21 novembre 2020. LA PRESSE CANADIENNE/Marissa Tiel

Le Canada participe aux épreuves olympiques de canoë-kayak slalom depuis l’arrivée du sport au programme des Jeux de Munich 1972. Après quelques Jeux d’absence, le sport était de retour au menu à Barcelone 1992. Bien que le Canada n’ait jamais récolté de médailles dans ce sport, David Ford est passé bien près aux Jeux d’Athènes en 2004 quand il a terminé quatrième de l’épreuve du K-1 masculin.

La dernière fois que le Canada était représenté dans chacune des épreuves de canoë-kayak slalom remonte aux Jeux de Sydney 2000.  

Les épreuves de canoë kayak slalom se dérouleront la première semaine des Jeux. Les athlètes de C-1 masculin et de K-1 féminin descendront la rivière dans cadre des vagues préliminaires le 26 juillet, qui seront suivies par les demi-finales et la finale du C-1 masculin, le 26 juillet, puis les demi-finales et la finale du K-1 féminin, le 27 juillet. Les vagues préliminaires du C-1 féminin et du K-1 masculin suivront le 28 juillet, puis les demi-finales et la finale du C-1 féminin, le 29 juillet ainsi que les demi-finales et la finale du K-1 masculin, le 30 juillet. 

Les athlètes de canoë kayak slalom d’Équipe Canada aux Jeux de Tokyo 2020

Haley Daniels (Calgary, AB) – C-1 féminin

Florence Maheu (Salaberry-de-Valleyfield, QC) – K-1 féminin

Cameron Smedley (Dunrobin, ON) – C-1 masculin

Michael Tayler (Ottawa, ON) – K-1 masculin