La devise olympique ne passe pas sous silence quand vient le temps pour un athlète de se surpasser. Chaque souffle, chaque mouvement, chaque pensée peut le mener à un nouveau record et ce, qu’il soit personnel ou mondial.

Plus vite, plus haut, plus fort. Et maintenant, plus longtemps.

Florence « FloJo » Griffith Joyner via GIPHY

Selon la croyance populaire, les records sont faits pour être battus. Mais jusqu’où pouvons-nous pousser les limites physiques de l’être humain ? Olympique.ca vous propose un court voyage dans le temps qui s’arrêtera sur les 10 records du monde les plus impressionnants de l’histoire de l’athlétisme.

1. 1988 — La spécialiste des épreuves combinées depuis 1988

Heptathlon — femmes, Jackie Joyner-Kersee, 7291 points

L’heptathlon est une discipline olympique qui combine sept épreuves d’athlétisme. L’actuelle détentrice du record du monde est l’Américaine Jackie Joyner-Kersee (7148 points) et elle tient son titre depuis le 7 juillet 1986 quand elle est devenue la première athlète à obtenir plus de 7000 points à l’heptathlon lors des Goodwill Games à Moscow. Jackie a amélioré sa marque à 7291 aux Jeux de Séoul pour décrocher l’or. L’Américaine a tellement dominé le sport qu’elle détient encore aujourd’hui les six meilleurs pointages cummulatifs de l’épreuve.

2. 1991 — Le choc des titans Mike Powell et Carl Lewis

Saut en longueur — hommes,  Mike Powell,  8, 95 mètres

Pendant 23 ans, aucun sauteur n’a réussi à atteindre le record de 8, 90 mètres que Bob Beamon avait atteint dans les airs mexicains en 1968. Mais tout a changé le 30 août 1991, lors de la finale des Championnats du monde à Tokyo, où Carl Lewis et Mike Powell se sont affrontés dans la plus épique compétition de saut en longueur de tous les temps. Après que Lewis ait sauté 8,91 m sur sa quatrième tentative, Powell est allé chercher la terre promise à 8, 95 m lors de son cinquième saut, établissant ainsi un record mondial qui est maintenant plus vieux que celui de Beamon. En 24 ans, les hommes qui se sont rendu le « plus près » du record mondial sont Erick Walder (avril 1994) et Dwight Phillips (juin 2009) avec un bond de 8,74 m.

3. 1992 — Aucune haie n’est à l’épreuve de « l’homme-araignée »

400 m haies – hommes, Kevin Young, 46, 79 secondes

Un des records les plus difficiles à battre et qui le restera probablement encore longtemps est le 400 m haies réalisé en 46, 79 secondes par Kevin Young lors de la finale des Jeux de Barcelone 1992. Après avoir terminé quatrième au 400 m haies à la fois aux Jeux olympiques de 1988 et aux Championnats du monde de 1991, l’Américain avait perfectionné la qualité de ses enjambés pour éviter la fatigue tardive et il était fin prêt pour son moment de gloire aux Jeux olympiques de 1992. En plus de détenir le record du monde, Kevin Young, surnommé « l’homme-araignée », a été le premier athlète de l’histoire de l’athlétisme à avaler les haies en moins de 47 secondes et à briser la marque établie par le légendaire Edwin Moses en 1983. À titre comparatif, le meilleur temps aux Jeux de Rio 2016 était de 47, 73 secondes et avait été réalisé par un autre Américain, Kerron Clement.

4. 1993 — Le « roi des hauteurs »

Saut en hauteur — hommes,  Javier Sotomayor,  2, 45 mètres

Javier Sotomayor surnommé « le roi des hauteurs » tient, depuis 24 ans, le record du monde de saut en hauteur. C’était en juillet 1993 à Salamanque, en Espagne, lors de sa deuxième tentative, que le Cubain aux longues jambes a atteint les 2.45 mètres. C’était à ce même endroit, cinq ans plus tôt, qu’il avait d’abord élevé le record du monde à 2.43 m, mais qu’il n’avait pas pu rivaliser à Séoul 1988 en raison du boycott de son pays. En juillet 1989, il est devenu le premier homme à atteindre les 8 pieds avec son saut métrique de 2,44 m. Il a finalement fait son début Olympique à Barcelone 1992 où il a gagné la médaille d’or. Sotomayor est le symbole de la dominance en saut en hauteur, considérant que seulement 12 hommes dans l’histoire, y compris Derek Drouin du Canada, ont réussi à atteindre 2,40 m (à 41 occasions) et que 17 de ces sauts ont été exécutés par Sotomayor lui-même. Mutaz Essa Barshim est celui qui s’est le plus rapproché du record du monde en sautant 2,34 m en septembre 2014, mais il est encore loin d’être à la hauteur de Sotomayor.

5. 1995 — Le kangourou britannique

Triple saut,  Jonathan Edwards,  18, 29 mètres

Il ne faut qu’un centimètre de plus pour créer un nouveau record et cette notion est très bien comprise par l’athlète britannique Jonathan Edwards. Le 18 juillet 1995, Jonathan Edwards a battu le record alors détenu par l’Américain Willyie Banks (17,97 m) par un seul centimètre. Le Britannique a néanmoins confirmé sa domination de l’épreuve en battant deux fois plutôt qu’une son propre record dans les semaines suivantes. Le 7 août 1995, aux championnats du monde de Göteborg, en Suède, Edward est devenu le premier triple sauteur à dépasser les 18 m en réalisant son meilleur triple saut à vie d’une longueur de 18, 29 m. Depuis 22 ans maintenant, Christian Taylor est le seul athlète à avoir frôlé la légende avec un triple saut d’une distance de 18, 21 m aux Championnats du Monde de Beijing, en 2015.

6. 2003 — Paula Radcliffe, la femme marathon

Marathon — femmes, Paula Radcliffe, 2 heures 15 min 25 s

Au cours du Marathon de Londres, le 13 avril 2003, la favorite britannique Paula Radcliffe a marqué le record du marathon féminin quand elle a parcouru le parcours de 42,195 km en 2 heures, 15 minutes et 25 secondes, battant au passage sa propre marque mis en place six mois plus tôt à Chicago, par près de deux minutes. En 2011, Radcliffe risquait de perdre son record lorsque l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) a statué que les records féminins devaient être placés dans des courses exclusivement féminines. Au Marathon de Londres de 2003, Radcliffe avait suivi le rythme donné par les coureurs masculins. Mais il y a eu un tel tollé que son temps remarquable a été réduit à un «meilleur chrono mondial» que l’IAAF a inversé sa décision et a conservé le record du monde sur les livres. Au Marathon de Londres en avril 2017, Mary Keitany du Kenya courut 2:17:01 secondes pour établir le record du monde dans une course uniquement féminine.

7. 2009 — L’Homme le plus rapide au monde

100 m – hommes,  Usain Bolt,  9, 58 secondes

On ne peut ressortir les records du monde sans nommer l’homme le plus rapide sur la terre, Usain Bolt. Le sprinteur jamaïquain détient le record mondial du 100 mètres (9, 58 secondes) et du 200 mètres (19,19 s ) depuis les Championnats du Monde à Berlin, en 2009. C’était la troisième fois que Bolt baissait le record du 100 m en prenant 11 millièmes de seconde de moins que son temps effectué pour gagner l’or à Pékin 2008. En plus d’être le détenteur du record du monde, Usain Bolt est le seul à avoir couru plus vite que 37 km/h sur 200 mètres. La légende a tiré sa révérence de l’épreuve individuelle le 5 août dernier, en récoltant le bronze aux Mondiaux de Londres.

8. 2012 — Un record du monde invaincu pendant 27 ans

Course à relai 4×100 m — femmes, Tianna Madison, Allyson Felix, Bianca Knight & Carmelita Jeter, 40, 82 secondes

Le record féminin 4x100m fixé à Londres en 2012 par les sprinteuses américaines (Madison, Felix, Knight, Jeter) a eu un gros impact sur l’histoire de la course à relais féminin, car il a effacé un record datant du 6 octobre 1985 ! La marque (41,37 s) de l’Allemagne de l’Est qui tenait depuis les Mondiaux à Canberra, en Australie, il y a 27 ans a été descendue à 40,82 s par l’équipe américaine en sol londonien. Cette dernière tient toujours, six plus tard.

8. 2014 — Le Tsar détrôné par Lavillenie

Saut à la perche — hommes,  Renaud Lavillenie,  6,16 mètres

L’histoire de la perche masculine a commencé le 31 août 1984, à Rome, lorsque Thierry Vigneron et Sergei Bubka se relançaient à tour de rôle un nouveau record du monde. Pendant un court instant, Vigneron a élevé le record du monde à 5,91 m, pour ensuite voir Bubka monter en flèche à 5,94 m dans les airs. En juillet 1985, l’Ukrainien est devenu le premier de l’histoire à franchir les 6 mètres. Au fil des ans, il n’a pas cessé de pousser la barre toujours plus haute, atteignant ultimement 6, 14 m en juillet 1994 pour un 17 ème record du monde. Vingt ans plus tard, Renaud Lavillenie a fait son apparition et a renversé le monde de l’athlétisme ! Performant dans le pays d’origine de Bubka, à Donetsk, il fit tomber le numéro 1 en s’élevant à une marque de 6,16 m dans les airs. Malgré ce moment remarquable, Bubka reste le seul athlète masculin en saut à la perche ayant détenu la marque de référence mondiale pendant 3 décennies.

9. 2014 — Le premier marathon en moins de 2 heures 3 minutes

Marathon — hommes, Dennis Kimetto, 2 h 2 min 57 s

Dennis Kimetto du Kenya pose pour les médias après la cérémonie des gagnants du 41ème Marathon de Berlin à Berlin, en Allemagne, le dimanche 28 septembre 2014. Kimetto a établi un nouveau record du monde de 2:02:57 s.  (AP Photo / Markus Schreiber)

Le Kényan Dennis Kimetto est, depuis le Marathon de Berlin de 2014, le détenteur du record du monde au marathon masculin. Ayant complété sa course de 42,195 kilomètres avec un temps de 2 heures 2 minutes 57 secondes, il est aujourd’hui le premier marathonien de l’histoire à passer sous la barre des 2 h 3 min. Six des 10 marathons les plus rapides de l’histoire reconnus par l’IAAF ont été réalisés justement à Berlin.

Une tentative a été faite en mai dernier pour voir s’il était possible de courir un marathon en moins de 2 heures. Le projet «Breaking2» de Nike a rassembler trois coureurs, Eliud Kipchoge, Lesisa Desisa et Zersenay Tadese, pour tenter le surhumain, mais sans succès. Malgré les conditions optimisées du circuit fermé de Monza, en Italie, 25 secondes de trop se sont affichées au chronomètre d’Eliud Kipchoge afin d’atteindre le seuil mythique (2 h). Bien que son temps soit plus rapide que Kimetto, le résultat n’est pas retenu comme nouveau record du monde étant donné qu’il n’a pas été réalisé lors d’une compétition, critère de base pour être homologué par l’IAAF.

Pour ceux qui l’auraient manqué, il est possible de revoir la totalité de l’expérience ici.

Bonus : 2015 — Genzebe Dibaba atteint l’inaccessible

1500 m — femmes, Genzebe Dibaba, 3 min 50,07 s

Genzebe Dibaba est une autre de ces icônes de l’athlétisme qui a effacé une marque longtemps vu comme inaccessible. À 24 ans, lors de la dixième étape de la Diamond League de l’IAAF qui avait lieu le 17 juillet 2015, à Monaco, Dibaba a établi le nouveau record mondial du 1500 m avec un temps de 3 :50,07 s. Chaque 100 mètres, elle maintenait ou dépassait même la cadence pour en arriver à battre le précédent record (3:50,46 s) établi en 1993 par la Chinoise Qu Yunxia. Si la course est une question de rythme et bien l’Éthiopienne contrôle certainement la musique puisqu’elle a livré la performance la plus impressionnante de l’athlétisme féminin depuis les 12 dernières années ! Et ce n’est pas tout. En plus de détenir le record du monde à 24 ans, elle est aussi double championne du monde en salle (1500 et 3000 m).