L’heure est au « ça passe ou ça casse » pour les rêves olympiques.

Les Essais olympiques.

Ces mots à eux seuls peuvent créer des images dans la tête des athlètes qui veulent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour accomplir ce pour quoi ils ont travaillé toute leur carrière. C’est une compétition qui vient avec une tonne de pression, puisque des places au sein d’Équipe Canada sont en jeu.

Cette année, le Comité olympique canadien fait équipe avec le Comité paralympique canadien et trois organismes sportifs nationaux, soit Natation Canada, Gymnastique Canada et Athlétisme Canada pour donner naissance à la Série d’Essais olympiques et paralympiques 2020 présentée par Bell.

Avec autant en jeu, les compétitions seront certainement enlevantes à suivre, comme le prouve un regard rapide sur le passé.

Revirements et frissons aux Essais olympiques canadiens

Pour tant de nageurs élites canadiens, ce qui se produira en sept jours au début du mois d’avril déterminera si leur rêve olympique est toujours en vie pour Tokyo 2020 ou s’ils devront l’entretenir quatre ans de plus.

Penny Oleksiak salue la foule de la piscine.

Penny Oleksiak aux Essais olympiques canadiens 2016 après le 100 m papillin, le 5 avril 2016. (Photo : Scott Grant/Swimming Canada)

Avant de devenir une sensation internationale aux Jeux de Rio 2016, Penny Oleksiak, alors âgée de 15 ans, a clairement établi qu’elle serait à surveiller avec ses performances aux Essais. Oui, elle avait été sextuple médaillée aux Championnats du monde juniors de 2015, mais ce sont les records qu’elle a battus en remportant le 100 m papillon et le 100 m libre à la piscine des Jeux panaméricains de Toronto qui ont fait en sorte que sa percée olympique n’a pas tant surpris ceux qui y avaient porté attention quatre mois plus tôt. 

Ryan Cochrane a battu son propre record national au 1500 m libre des Essais canadiens en 2008, devenant par la suite le premier médaillé olympique canadien dans une épreuve de longue distance en 88 ans, à Beijing.

Si l’on remonte à 1984, Alex Baumann a retranché deux secondes au record mondial du 400 m quatre nages individuel dans le cadre des Essais nationaux avant d’abaisser la marque mondiale encore une fois, en remportant l’or aux Jeux olympiques de Los Angeles.

Aujourd’hui, en 2020, le Canada compte plusieurs espoirs de médailles olympiques qui voudront obtenir leur billet pour Tokyo dans le cadre de ces essais. On retrouve dans ce groupe : Kylie Masse, double championne du monde en titre au 100 m dos; Maggie MacNeil, qui a causé une des plus grandes surprises de l’histoire de la natation en remportant le titre mondial au 100 m papillon en 2019; Sydney Pickrem, qui a gagné le bronze aux Mondiaux au 200 m QNI et au 200 m brasse et Taylor Ruck, qui (comme Oleksiak) a remporté des médailles dans les trois relais féminins des Championnats du monde l’an dernier, en plus d’avoir été une menace individuelle.

Kylie Masse, souriante, montre sa médaille

La médaillée d’or Kylie Masse montre sa médaille après la finale du 100 m dos aux Championnats du monde de sports aquatiques à Budapest, en Hongrie, le 25 juillet 2017. (AP Photo/Darko Bandic)

Les Essais détermineront aussi le destin de Brent Hayden, qui tente d’effectuer un retour. À 36 ans, il est revenu dans l’eau, près de huit ans après avoir remporté le bronze au 100 m style libre des Jeux de Londres 2012. Il se concentre maintenant sur le 50 m libre, avec des visées sur une quatrième participation aux Jeux olympiques.

Les athlètes canadiens en athlétisme ont un peu plus de temps pour se préparer. La compétition de quatre jours, qui confirmera la composition d’Équipe Canada dans le sport le plus imposant à Tokyo 2020, aura lieu un mois seulement avant le début des Jeux.

En 2012, le 100 m haies était l’événement le plus attendu des Essais canadiens. Six femmes avaient réalisé le critère de qualification olympique, mais seulement trois pouvaient se tailler une place au sein de l’équipe pour se retrouver sur la ligne de départ à Londres.

Coup de théâtre. Il y a eu le faux départ et la disqualification de la championne du monde de 2003 Perdita Felicien, la médaillée olympique de bronze en titre Priscilla Lopes-Schliep a raté l’occasion de participer à ses troisièmes Jeux olympiques et c’est Jessica Zelinka, plutôt reconnue comme heptathlonienne, qui a remporté la course.

Cette année, plusieurs yeux seront rivés sur le 100 m masculin et il pourrait être aussi palpitant que celui des Championnats canadiens de l’an dernier alors qu’Aaron Brown a tout juste devancé Andre De Grasse au fil d’arrivée, forçant les officiels à analyser la photo d’arrivée pendant cinq minutes avant de déterminer le vainqueur. Les deux hommes avaient auparavant réussi un temps sous la barre des 10 secondes en demi-finale, de quoi mettre le feu à la finale.

Andre De Grasse et Aaron Brown courent sur une piste d'athlétisme

Aaron Brown devance Andre De Grasse pour remporter la médaille d’or dans la finale du 100 mètres masculin aux Championnats canadiens à Montréal le vendredi 26 juillet 2019. LA PRESSE CANADIENNE / Paul Chiasson

Il y a toujours une chance que quelques athlètes surpassent leurs records personnels pour vivre leur moment sous les projecteurs. En 2016, Bolade Ajomale n’avait pas réalisé le critère de qualification olympique pour le 100 m avant d’arriver aux Essais. Non seulement il y est parvenu, mais il a en plus fini quatrième en finale pour gagner sa place dans l’équipe du relais 4×100 m, faisant éventuellement partie de l’équipe médaillée de bronze à Rio.

Comment les essais olympiques détermineront-ils la composition d’Équipe Canada aux Jeux de Tokyo 2020?

Les qualifications olympiques et la nomination des équipes pour chaque sport peuvent être un peu compliquées. Voici quelques éléments à surveiller :

En natation, le maximum absolu pour un pays est de 28 hommes et 28 femmes. Il y a aussi un maximum de deux athlètes par épreuve individuelle, à condition que les deux nageurs aient réussi le critère de qualification olympique (CQO ou critère « A ») pour l’épreuve, tel que déterminé par la FINA, la fédération internationale.

Sydney Pickrem à la brasse.

Sydney Pickrem nage le 200 m brasse aux Championnats du monde de natation à Gwangju, en Corée du Sud, le 25 juillet 2019. (AP Photo/Lee Jin-man)

Pour déterminer qui composera Équipe Canada à Tokyo, la première chose à surveiller est qui terminera parmi les deux premiers de son épreuve aux Essais olympiques et réalisera le CQO et comment ces temps se compareront à ceux des médaillés canadiens aux Championnats du monde 2019. Les résultats aux Essais serviront aussi à déterminer qui participera aux relais pour lesquels le Canada s’est qualifié.

Si vous voulez plonger un peu plus creux pour savoir comment l’équipe de natation sera choisie, vous pouvez trouver l’information ici.

En gymnastique artistique, le Canada a qualifié une équipe féminine, qui sera composée de quatre athlètes. Elles seront choisies par Gymnastique Canada selon leur potentiel pour des médailles individuelles ou en équipe à Tokyo. Leurs performances aux Essais olympiques feront partie du processus, tout comme leurs résultats obtenus aux deux derniers Championnats du monde, particulièrement pour les athlètes qui ont obtenu des médailles ou fini parmi les huit meilleures des épreuves individuelles.

Pour en apprendre davantage sur le processus de sélection olympique en gymnastique artistique féminine, vous pouvez lire ceci.

Rosie Maclennan en suspension dans les airs.

Rosie Maclennan en action lors de la finale du concours complet par équipe aux Championnats du monde de trampoline à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 8 novembre 2018. (AP Photo/Dmitri Lovetsky)

Il y a aussi des objectifs de podium en trampoline, et les Essais olympiques sont l’une des compétitions qui seront prises en compte pour la sélection d’athlètes. Toutes les informations sur la façon dont l’équipe sera choisie se trouvent ici.

En athlétisme, les athlètes devront soit réaliser les critères de qualification établis par World Athletics, la fédération internationale, ou être admissibles pour les Jeux selon leur rang au classement mondial, ce qui est une nouveauté en 2020 dans le processus de qualification olympique. Il y a un maximum de trois entrées par pays pour chaque épreuve individuelle, alors les résultats aux Essais olympiques seront pris en compte si le Canada a plus de trois athlètes admissibles dans une épreuve. Quoi qu’il en soit, Athlétisme Canada exige que tous les athlètes participent aux Essais s’ils veulent être retenus au sein d’Équipe Canada à Tokyo 2020.

Vous pouvez lire sur le processus de sélection en athlétisme ici.

Où et quand les Essais olympiques se tiendront-ils?

Essais olympiques et paralympiques en natation – 30 mars au 5 avril – Centre sportif panaméricain de Toronto – Scarborough, Ontario

Championnats canadiens de gymnastique – 19 au 24 mai – Centre sportif de Gatineau (rythmique) – Complexe Branchaud-Brière (artistique et trampoline) – Gatineau, Québec

Essais olympiques et paralympiques canadiens d’athlétisme – 25 au 28 juin – Complexe sportif Claude-Robillard – Montréal, Québec

Mo Ahmed mène le peloton

Le médaillé d’or au 5000 m Mohammed Ahmed mène le groupe aux Championnats canadiens à Montréal, le 25 juillet 2019. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

Quels sont les horaires pour les Essais olympiques?

Vous pouvez trouver les horaires des trois compétitions de la Série des Essais olympiques et paralympiques 2020 présentée par Bell sur le site Essais2020.ca.

Où puis-je acheter des billets pour les Essais olympiques?

Vous pouvez trouver le lien pour l’achat de billets pour les Essais olympiques et paralympiques canadiens en natation, les Championnats canadiens de gymnastique et les Essais olympiques et paralympiques canadiens en athlétisme sur le site Essais2020.ca