La soif de victoire de Marianne St-Gelais est plus grande que jamais et on la comprend. Il serait surprenant de ne pas l’être après la saison qu’elle a connue l’an dernier.

Il y a un an, la pétillante sprinteuse s’était donné comme mandat d’élargir ses horizons pour devenir une aussi redoutable patineuse sur longues distances que sur son épreuve fétiche, le 500 m.

Disons que la Canadienne a su livrer la marchandise puisque les chiffres parlent d’eux-mêmes. Marianne est grimpée sur onze podiums de Coupe du monde en douze départs, dont quatre médailles d’or. Aux Mondiaux, elle a été sacrée championne du monde au 1 500 m, épreuve qui était l’une de ses plus faibles avant 2016, en plus de terminer au deuxième rang du classement général.

À LIRE : Marianne St-Gelais championne du monde sur 1500 m

« C’est certain que l’année passée j’ai connu une très bonne saison, a dit St-Gelais à Olympique.ca. Côté résultats, je ne me donne pas comme objectif de répéter ce que j’ai fait l’an dernier, mais j’espère faire de bonnes courses parce que je veux faire partie de l’équipe olympique. Je veux juste être certaine que je mets tout de mon côté pour avoir le moins de surprises possible aux Jeux olympiques. »

Coupe du monde
2015-2016 Montréal | Toronto | Nagoya | Shangai | Dresden | Dordrecht

Marianne St-Gelais et la Chinoise Wang Lexin (gauche), la Sud-coréenne Choi Minjeong (arrière) et la Chinoise Qu Chunyu à l'épreuve du 500 m en Coupe du monde le 12 mars 2016. (AP Photo/Ahn Young-joon)

Marianne St-Gelais et la Chinoise Wang Lexin (gauche), la Sud-coréenne Choi Minjeong (arrière) et la Chinoise Qu Chunyu à l’épreuve du 500 m aux championnats du monde à Séoul, le 12 mars 2016. (AP Photo/Ahn Young-joon)

C’est cet appât sud-coréen qui pousse Marianne à se dépasser plus que jamais et bien qu’il reste encore 499 jours avant les Jeux de PyeongChang, la principale intéressée a déjà un plan bien établi.

« L’engrenage s’est enclenché l’année dernière. Avec mon entraîneur physique et préparateur mental, on était déjà en mode olympique. Il n’y a pas beaucoup de saisons avant les Jeux olympiques. »

Celle qui a terminé au premier rang des sélections pour les Coupes du monde d’automne se dit tout aussi prête que l’an dernier, comme quoi la saison à venir ne peut être que prometteuse.

L’équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste aura l’avantage de la glace en ouverture du circuit de la Coupe du monde 2016-2017 alors que le premier arrêt s’effectuera à Calgary du 4 au 6 novembre.