Cet article fait partie d’une série du site Olympique.ca intitulée La course au Canada.

On ne peut pas enseigner la vitesse, mais il est possible de l’améliorer. Comment un enfant qui court naturellement vite peut-il devenir un sprinteur olympique? Les choses importantes pourraient vous surprendre.

L’expert : Ryan Brodie est biomécanicien à l’Institut canadien du sport. Il travaille avec des coureurs, des nageurs et des rameurs pour faire en sorte que chacun de leur mouvement cyclique ait plus d’efficacité et qu’il soit plus puissant.

À LIRE: 7 conseils pour éviter les blessures et courir plus vite

L’ABC de la vitesse

Voici les facteurs déterminants de la vitesse de déplacement :

Durée de contact au sol = Le temps écoulé du pas/pied sur la piste
Vitesse de la foulée = Le temps écoulé d’un pas à l’autre
Longueur de la foulée = La distance parcourue entre chaque pas

Qu’est-ce qui est le plus important? Le temps du contact au sol, affirme Ryan Brodie. « En général, le concept du sprint est de produire autant de force possible en très peu de temps lorsque le pied touche le sol. Il s’agit du seul moment où le corps est en mouvement. »

C’est logique, non? En voici un peu plus sur le temps du contact au sol : « Si vous parlez de quelqu’un qui a une vitesse de contact au sol de 100 millisecondes (un dixième de seconde), une différence de cinq millisecondes de moins ou cinq millisecondes de plus est immense en terme de potentiel de rendement », explique Ryan Brodie.
_________________________

Le 100 m que vous pouvez comprendre en 10 secondes

Les trois ou quatre premiers pas du départ arrêté sont importants pour permettre au coureur d’atteindre 70 % de sa vitesse maximale. Le coureur se redresse ensuite entre les 7 et 12 pas suivants et parcourt environ le 1/3 de la distance. La vitesse maximale s’atteint entre 60 m et 80 m. (La vitesse maximale du record mondial d’Usain Bolt était de 44,72 km/h). Puis, il faut conserver cette vitesse jusqu’au fil d’arrivée, sur environ 45 pas.
_________________________

Pourquoi les sprinteurs olympiques courent-ils si rapidement ?

À LIRE: Les 10 records du monde les plus impressionnants en athlétisme

Ryan Brodie explique que c’est : « la capacité, pas à ce que le mouvement des jambes soit nécessairement plus rapide, mais plutôt à avoir une durée de contact au sol la plus courte possible, et ce avec une génération de force maximale. »

Un sprinteur olympique est normalement « très vite sur ses pieds ». L’entraînement peut aider l’athlète à courir avec plus de force dès le contact du pied au sol. Le type de force du sprinteur est tout à fait unique. Une partie de cette force est influencée par la gravité, tandis que la partie la plus utile est celle des retours en arrière sur un axe horizontal.

Selon Ryan Brodie, la musculation et certaines répétitions aident l’athlète à améliorer le premier type de force, c’est-à-dire le simple mouvement de haut en bas. Seuls les sprinteurs de niveau olympique doivent maîtriser l’art de se pousser vers l’arrière tout en se propulsant vers l’avant. Les entraîneurs qui s’occupent du conditionnement physique de l’athlète doivent avoir beaucoup d’imagination. Ils doivent réussir à imiter les mouvements du sprint, car les athlètes ne peuvent pas toujours être sur la piste.

Usain Bolt, comment fait-il pour être aussi rapide?

Usain Bolt fait 6 pi 4 po. Il est grand comparativement aux autres athlètes de 100 m. Yohan Blake, médaillé d’argent à Londres 2012, mesure quant à lui 5 pi 10 po.

Nesta Carter, Michael Frater, Usain Bolt et Yohan Blake célèbrent et reçoivent leur médaille d’or pour le relais 4×100 m à Londres, en 2012. Samedi 11 août, 2012. (AP Photo/Matt Slocum)

Toutefois, si vous avez lu ce qui est écrit plus haut, vous comprendrez que la durée de contact au sol d’Usain Bolt est incroyable et que la force qu’il créé atteint le calibre mondial. Ses longues jambes lui donnent un avantage, parce qu’elles lui permettent de faire des foulées plus longues.

Pour Usain Bolt, son code génétique joue aussi un rôle; il emmagasine son énergie dans les tendons et dans ses articulations pour la relâcher avec une élasticité naturelle. Cela lui permet d’ajouter de l’énergie à chaque foulée, ce qui se traduit sur tous les fronts par une technique très solide. Du point de vue de cette étude, Usain Bolt atteint plus rapidement sa puissance de déplacement maximale et la conserve plus longtemps (il ralentit moins souvent).