2015 est donc l’Année du sport au Canada. Et alors que le pays accueillera certains des meilleurs athlètes de haut niveau au monde, les futurs olympiens canadiens auront également l’occasion de faire leurs premiers pas dans une compétition multisport à domicile.

Voilà près de cinq décennies qu’ont été organisés les premiers Jeux d’hiver du Canada (1967). En février prochain, plus de 2 400 athlètes, certains âgés de 12 ans seulement, représenteront les 10 provinces et les trois territoires du Canada au cours d’une compétition officielle de 14 jours qui se déroulera à Prince George, en Colombie-Britannique.

Ils porteront fièrement les couleurs de leur équipe. Ils célébreront leur participation tout autant que leurs triomphes. Pour plusieurs d’entre eux, ce sera le sommet de leur carrière sportive, l’événement auquel aspirer. Mais pour d’autres, ce ne sera rien de plus qu’un tremplin vers la plus grande scène sportive au monde.

 

Sochi 2014 bronze medal-winning snowboarder Mark McMorris is a Canada Games alumn.

Médaillé de bronze à Sotchi, le planchiste Mark McMorris a représenté la Saskatchewan aux Jeux du Canada in 2007.

Pour les spectateurs, ce sera une chance de voir des étoiles sportives à l’œuvre avant qu’elles ne deviennent effectivement des étoiles. Qui seront les prochains Sidney Crosby, Hayley Wickenheiser, Chloé Dufour-Lapointe, Charles Hamelin, Marianne St-Gelais, Kelsey Serwa, Mark McMorris, Antoine Valois-Fortier et Kyle Shewfelt? Personne. Ces athlètes ne peuvent être qu’eux-mêmes. Toutefois, ils peuvent s’inspirer du fait que ces médaillés olympiques ont eux aussi été des participants aux Jeux du Canada.

C’est aux Jeux du Canada qu’ils ont acquis une expérience qui peut s’avérer précieuse pour une recrue olympique : résider dans un village, porter une accréditation, composer avec le transport vers les installations, défiler aux cérémonies.

Antoine Valois-Fortier s’est emparé du titre en judo pour le Québec aux Jeux du Canada en 2007.

Les Jeux du Canada sont également uniques. La version hivernale réunit 19 sports. En plus de ceux que l’on s’attend normalement à voir (ski alpin, biathlon, ski de fond, curling, patinage artistique, ski acrobatique, hockey sur glace, surf des neiges, patinage de vitesse), il y a également au programme certains sports d’été traditionnels (tir à l’arc, badminton, gymnastique, judo, squash, nage synchronisée, tir, tennis de table). Certaines épreuves sont réservées aux para-athlètes (basketball en fauteuil roulant, ski alpin, ski de fond) et d’autres aux olympiens spéciaux (patinage artistique). Il ne faut pas oublier la présentation d’un sport véritablement canadien, la ringuette. C’est vraiment un mélange éclectique qui, au cours des années, a rassemblé près de 100 000 athlètes.

Marianne St-Gelais a remporté quatre médailles d’or au Jeux du Canada en 2007.

Tout événement multisport laisse toujours un legs à la communauté. Les enfants de Prince George, qui auront la chance de voir des athlètes concourir dans leur cheminement vers des événements de plus grande envergure, seront peut-être motivés à s’adonner au sport. De plus, ils auront accès à d’excellentes installations sportives, comme un aréna qui a été modernisé pour répondre aux normes olympiques et un champ de tir de biathlon nouvellement construit. Sans ce type d’installations dans les petites villes de ce vaste pays, grâce notamment aux Jeux du Canada, il est difficile d’imaginer comment les générations futures d’olympiens canadiens se développeraient.

Sur le site Web des Jeux du Canada, il est écrit que ces Jeux mènent à de grandes choses. Ils inspirent des rêves et façonnent des champions. Nous n’allons certainement pas dire le contraire.