Biographie :

Rebecca Quinn a fait ses débuts en 2010 dans le programme jeunesse du Canada à l’âge de 14 ans, et en 2012, elle a remporté la médaille d’argent du Championnat des moins de 17 ans de la CONCACAF. Elle a représenté le Canada à deux coupes du monde de la FIFA, celle des moins de 17 ans en 2012 et celle des moins de 20 ans en 2014. L’équipe s’est rendue en quarts de finale à ses deux tournois. Avec l’équipe senior, elle a participé à deux coupes de Chypre et remporté une médaille d’argent en 2015. Rebecca a joué toute les minutes de tous les matchs du Canada lors des Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, où l’équipe a terminé au 4e rang. À la qualification olympique de la CONCACAF, où le Canada a terminé 2e et obtenu son billet olympique pour Rio, elle a réussi un tour du chapeau lors de la victoire 10-0 du Canada contre le Guatemala. Elle faisait également partie de la formation canadienne qui a remporté la Coupe d’Algarve 2016. Rebecca évolue pour l’équipe des Blue Devils de l’université Duke. À sa première année, elle a foulé le terrain sept fois seulement en raison d’une blessure. À sa deuxième année, elle a joué 14 matchs, marqué deux buts et récolté deux mentions d’aide.

 À PROPOS DE L’ATHLÈTE

Famille : Elle est la fille de Bill et Linda Quinn. Sa sœur jumelle s’appelle Jillian. Ses sœurs aînées s’appellent Erin et Lauren. Son père a joué au rugby à l’Université Western et sa mère, au basketball à l’Université de Waterloo. Sa sœur Lauren a fait partie de l’équipe de natation de Western, et sa sœur jumelle a joué au soccer dans la NCAA à l’université Northeastern. Débuts : Elle a commencé à jouer au soccer à l’âge de 5 ans. Quand ses sœurs ont commencé à jouer, elle a supplié ses parents de l’inscrire dans une ligue. Dès sa première équipe, elle a demandé à l’entraîneur quel âge il fallait avoir pour représenter le Canada. Au-delà du soccer : Elle étudie en biologie à l’université Duke. Elle aime dessiner, lire, cuisiner des desserts et faire du vélo. Son idole de jeunesse est Charmaine Hooper parce qu’elle était toujours celle qui travaillait le plus fort sur le terrain. Elle collectionne les épinglettes des équipes qu’elle affronte. On la surnomme Quinny.