Biographie :

Kate O’Brien est une nouvelle recrue de l’équipe de cyclisme. En 2014, elle avait manqué de peu sa qualification pour les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi comme freineuse en bobsleigh. Après son initiation au bobsleigh en 2010, elle a participé aux Championnats du monde de la FIBT en 2013 avec la pilote Jenny Ciochetti, mais elle a dû s’absenter de la première partie de la saison olympique en raison d’une déchirure du muscle ischio-jambier. Tandis qu’elle réfléchissait à son avenir, elle a décidé de tenter sa chance comme pilote de bobsleigh et de s’inscrire à l’école de pilotage en mars 2014 à Calgary. Parallèlement, Cyclisme Canada organisait un camp de sélection à l’Institut canadien du sport. Cela lui a semblé être l’occasion parfaite d’essayer un sport pour lequel elle avait toujours montré un grand intérêt. Sa performance lui a valu une place au camp d’entraînement au vélodrome de Los Angeles. Quelques mois plus tard, elle participait à ses premières compétitions internationales. En septembre, elle a fait ses débuts aux Championnats panaméricains où elle s’est classée au 5e rang de l’épreuve de sprint par équipes (avec Monique Sullivan) et de keirin. Durant la saison 2014-2015, Kate a combiné les deux sports en participant à des épreuves de cyclisme sur piste et de bobsleigh sur les circuits de la Coupe du monde et à l’occasion de deux Championnats du monde. Elle a ensuite remporté deux médailles aux Jeux panaméricains de Toronto, l’or au sprint en équipe avec Monique Sullivan et l’argent au sprint individuel. C’est Monique qui a remporté l’or à cette épreuve. Bien que sa coéquipière soit plus expérimentée qu’elle, Kate l’a tout de même surpassée aux Championnats du monde de l’UCI 2016 en terminant 6e au sprint.

À propos de l’athlète…

Famille : Ses parents se nomment Nick O’Brien et Beth Smith O’Brien. Début : Elle a commencé le vélo sur piste à l’âge de 25 ans. Au-delà du cyclisme : Elle a obtenu une maîtrise en sciences (spécialisation en recherche sur les blessures articulaires et l’arthrite) de l’Université de Calgary en 2015; elle a soutenu son mémoire en décembre 2014. Elle aime jouer de la guitare, la lecture et les activités de plein air. Dans le sport comme dans sa vie, ses sources d’inspiration sont Martyn Ashton, le cycliste paralysé, pour ce qui lui tient à cœur dans la vie, et Sir Chris Hoy pour son point de vue original sur le sport. Elle porte un collier garni d’un petit bourdon comme porte-bonheur. Elle a aussi un bracelet aux initiales de son grand-père qu’elle porte toujours pour qu’il l’accompagne dans son aventure olympique. Elle écoute une sélection de chansons avant une course. Citations préférées : « Le temps s’envole comme les mouches sur les bananes. » (Groucho Marx) et « En trois mots, je peux résumer tout ce que j’ai appris sur la vie. Elle se poursuit. » (Robert Frost) On la surnomme Katie, Traps, Trapzilla.