Comment ça fonctionne :

C’est un Américain du nom de George Nissen qui, en 1936, inspiré des filets de sécurité utilisés par les trapézistes, invente le trampoline. Il construit un prototype pliable et portable dans son garage en attachant une toile à un cadre de métal articulé à l’aide d’élastiques. Il nomme son invention d’après le mot espagnol pour tremplin : « el trampolin ».

Le trampoline devient un sport de compétition après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle parachutistes, pilotes et plongeurs s’en servent pour développer leur orientation dans l’espace. Le premier championnat du monde a lieu en 1964, mais ce n’est qu’à une réunion en septembre 1997 que le Comité exécutif du CIO ajoute la discipline au programme olympique en vue de Sydney 2000.

OLY COC London 2012

Les épreuves masculines de trampoline et de tumbling ont fait partie du programme des Jeux panaméricains en 1955 et 1959. Les épreuves masculine et féminine de trampoline ont été réinscrites au programme des Jeux panaméricains en 2007.

L’athlète doit terminer la routine en position debout contrôlée, les deux pieds posés sur le lit du trampoline, et tenir la position pendant trois secondes.

Une bonne routine comporte une variété de vrilles avant et arrière et d’autres éléments. Les athlètes sont évalués sur le contrôle, l’exécution, la hauteur et le maintien de la hauteur. Pieds et jambes doivent être tenus ensemble avec les pieds et les orteils pointés.

Jason Burnett

Trois notes sont décernées : la note D pour le degré de difficulté, la note E pour l’exécution et la note T pour le temps de vol. Deux juges évaluent la difficulté en ajoutant, à partir de zéro, des points pour chaque élément exécuté. Un salto simple complet vaut 0,5 point, tandis qu’un salto triple vaut 1,6 point. Chaque demi-vrille vaut 0,1 point. Cinq juges notent l’exécution en déduisant, à partir de 10, jusqu’à 0,5 point pour des erreurs sur chacun des 10 éléments. Pour chaque élément, la déduction médiane est multipliée par trois pour former la note d’exécution (30 points étant la note parfaite). La note finale est la somme des notes décernées pour la difficulté, l’exécution et le temps de vol.