Comment ça fonctionne :

La compétition olympique de trampoline est composée d’épreuves masculines et féminines individuelles. Celles-ci débutent par une ronde de qualification où les gymnastes doivent exécuter deux routines comportant 10 éléments. Seuls deux éléments de la première routine, choisis par l’athlète, comptent pour la note de difficulté. Dans la deuxième, la difficulté des 10 éléments est prise en compte. Le classement est établi en fonction de la somme des notes pour les deux routines. Les huit premiers passent en finale, où ils font chacun une routine.

Une bonne routine comporte une variété de vrilles avant et arrière et d’autres éléments. Pieds et jambes doivent être tenus ensemble avec les pieds et les orteils pointés.

OLY COC London 2012

Les notes sont fondées sur l’exécution, le niveau de difficulté et le temps de vol (le temps passé par l’athlète dans les airs). Deux juges notent le degré de difficulté, en faisant la somme des points pour chaque élément. Cinq juges notent l’exécution, en retranchant à partir de 10 un maximum de 0,5 point pour les erreurs sur chaque élément.

Jason Burnett

Le Canada aux Jeux olympiques

Depuis les débuts olympiques de la discipline à Sydney 2000, le Canada a gagné six médailles en trampoline, dont une médaille chez les femmes à chacun des quatre premiers Jeux. Avec ses deux médailles d’argent et une de bronze, Karen Cockburn est l’athlète la plus décorée au monde. Celui qui allait l’épouser, Mathieu Turgeon, s’est aussi hissé sur le podium à Sydney. Championne de Londres 2012, Rosie MacLennan est la seule Canadienne à avoir ramené une médaille d’or. Jason Burnett a pour sa part tenté le tout pour le tout à Beijing 2008 pour mettre la main sur l’argent.