Pour la Saint-Valentin, Olympique.ca a demandé à quelques olympiens canadiens de partager leurs histoires d’amour. Dans ce volet, les multiples médaillés olympiques Marianne St-Gelais et Charles Hamelin expliquent comment leur douce moitié a fait d’eux de meilleurs athlètes.

Si on pouvait donner des médailles olympiques pour les relations de couple, Marianne St-Gelais et Charles Hamelin décrocheraient certainement l’or. #relationshipgoals

Non seulement possèdent-ils une impressionnante collection de sept médailles olympiques, mais Marianne et Charles sont aussi des champions de l’amour puisqu’ils célébreront leur dixième année de vie commune.

20130512_sb_coc_hamelinst-gelais_0952

« Ma personnalité est flamboyante, celle de Charles est plus introvertie », a établi d’entrée de jeu Marianne à Olympique.ca. Pas surprenant que ce soit la jeune femme qui ait fait les premiers pas au tout début de leur relation.

« C’est elle qui est venue me parler alors qu’on était dans un hôtel à Calgary pour une compétition, a renchéri Charles. Jamais je n’aurais fait les premiers pas, j’étais bien trop gêné. »

En couple depuis mars 2007, les amoureux reconnaissent qu’ensemble, ils sont de meilleurs athlètes. D’ailleurs la fougue de Marianne a déteint sur son copain au fil des ans.

« J’ai toujours été sérieux dans mon sport, mais il n’y avait pas d’équilibre. Trop c’est comme pas assez, a avoué celui qui avait déjà participé aux Jeux de Turin avant de rencontrer Marianne.

She's always there! ❤️😘 2 Gold on Sunday! (500m and relay) it feels a little bite like Vancouver Olympics.

A post shared by Charles Hamelin (@charleshamelin) on

« Marianne m’a rappelé qu’il faut aussi s’amuser et avoir du plaisir dans le sport. Elle est vraiment un rayon de soleil que tout le monde aime et c’est quelque chose que j’ai développé. J’ai appris à rire plus et faire en sorte que tout le monde ait plus de plaisir sur la glace. Prendre le temps de vivre des moments cocasses nous évite d’accumuler trop de stress inutilement et d’avoir une grosse boule de stress en compétition. »

Samuel Girard (gauche) et Charles Hamelin célèbrent leurs médailles d'argent et d'or au 1000 m lors des Mondiaux de courte piste à Séoul, le 13 mars 2016.

Samuel Girard (gauche) et Charles Hamelin célèbrent leurs médailles d’argent et d’or au 1000 m lors des Mondiaux de courte piste à Séoul, le 13 mars 2016.

L’influence positive de Marianne a aussi grandement aidé le triple médaillé d’or olympique dans les derniers mois. « Mon début de saison n’a pas été comme je le voulais. Je le cachais aux autres, mais au fond de moi j’étais déçu et peu confiant. Marianne m’a fait réaliser que ce n’est pas parce que ça va moins bien que ça va rester ainsi. »

À LIRE : Les patineurs canadiens récoltent trois médailles d’or à Dresden

« Elle m’a aidé à faire de petits changements comme d’arriver en compétition avec la tête plus légère. J’ai réussi à mieux me concentrer parce que je me compliquais moins les choses. C’est ce qu’elle fait en course, Marianne y va sans trop y penser. J’ai essayé sa technique et j’ai renoué avec le podium. Sans Marianne, ça m’aurait pris beaucoup plus de temps à passer à travers cette période difficile. »

Pour ce qui est de Marianne, son fiancé l’a aidé à mieux penser son sport.

« Charles contrôle les éléments. Il a toujours contrôlé ce qu’il pouvait contrôler. C’était ma faiblesse à moi, a-t-elle avoué. Charles m’a amené à faire des réflexions plus approfondies et regarder au-delà de la patinoire. Mon sport ce n’est pas que mettre le pied et de gagner la course à tout prix, » a expliqué Marianne.

« C’est lorsque j’ai fait le bilan de mon dernier cycle olympique que j’ai réalisé l’impact de Charles dans mon parcours d’athlète. C’est aussi un peu grâce à lui si je me suis réconciliée avec Frédérik après Sotchi », a laissé savoir l’athlète qui a connu sa part de différents avec l’entraineur de l’équipe féminine depuis son entrée en poste en 2012.

Suivant les conseils de son amoureux, Marianne avait pris une pause pour se ressourcer pendant quelques semaines à l’automne 2014. Après une bonne discussion avec son entraineur pour régler leurs différents, la Marianne d’avant était de retour avec un plan bien pensé pour PyeongChang 2018.

Après avoir été ensemble dans les rangs de l’équipe olympique de Vancouver 2010 et Sotchi 2014, Marianne St-Gelais et Charles Hamelin comptent prendre part à leurs derniers Jeux olympiques l’an prochain, à PyeongChang 2018, avant de prendre leur retraite et fonder une famille.