Biographie :

Simon Whitfield a écrit l’histoire à ses débuts olympiques à Sydney 2000, où il est devenu, contre toute attente, le premier champion olympique en triathlon masculin. Un incroyable coureur, Whitfield s’est détaché du milieu du peloton après les portions à la nage et au vélo pour grimper sur la plus haute marche du podium. Il a utilisé son sprint pour rattraper et dépasser le meneur, l’Allemand Stephan Vuckovic, à moins de 300 mètres de la ligne d’arrivée.

Après une 11e place à Athènes, en 2004, Whitfield et son équipe ont décidé qu’il avait besoin d’une nouvelle stratégie pour Beijing 2008. Son coéquipier Colin Jenkins a accepté le rôle « d’équipier », une tactique empruntée au cyclisme sur route. Le boulot de Jenkins était de sortir de l’eau parmi les meneurs et de garder les meneurs tout près pour la portion à vélo, poursuivant tous ceux qui tenteraient de s’échapper. Cette stratégie a permis à Whitfield de briller sur la portion de course à pied de 10 kilomètres. Quatrième avant la dernière boucle, Whitfield a de nouveau sprinté jusqu’au fil d’arrivée, décrochant la médaille d’argent.

À ses quatrièmes Jeux olympiques, à Londres en 2012, Whitfield a été choisi comme porteur de drapeau du Canada à la cérémonie d’ouverture. Il a toutefois été incapable de terminer sa dernière course olympique, puisqu’il s’est fracturé la clavicule après avoir fait une chute sur une bosse à vélo. Le double médaillé olympique a annoncé sa retraite en octobre 2013.

Whitfield a connu du succès à d’autres Jeux multisports, notamment sa médaille de bronze remportée aux Jeux panaméricains de 1999 à Winnipeg, puis trois ans plus tard aux Jeux du Commonwealth de 2002, où il a gagné la première médaille d’or décernée en triathlon.

Pendant ses 16 années parmi l’élite internationale du triathlon, Whitfield a remporté 14 épreuves de Coupe du monde de triathlon de l’ITU et a été sacré 12 fois champion canadien. Il a reçu un diplôme honorifique en droit des universités de Guelph et de Victoria. Whitfield a été intronisé au Temple de la renommée de l’ITU et au Panthéon des sports canadiens en 2017.