Le double champion canadien du 100 m s’exprime avec passion, fierté et persévérance en racontant de quelle façon il a lutté face à l’adversité pour arriver là où il se trouve aujourd’hui : en bonne voie de participer à ses premiers Jeux olympiques à Tokyo 2020.

sam5

L’olympien RBC Sam Effah en conférence lors d’un des arrêts du Camp des recrues RBC.

Le natif de Calgary, qui habite désormais à Toronto, était au sommet de sa forme en 2010 quand il a réussi un chrono d’un peu plus de 10 secondes sur 100 mètres, faisant de lui l’un des Canadiens les plus rapides de tous les temps. La force mentale et la discipline nécessaires pour atteindre une performance de ce niveau sont inimaginables. Sachant qu’il était sur la bonne voie pour faire partie de l’équipe nationale aux Jeux de Londres 2012, il poussait fort. Il pulvérisait tous les obstacles qui se présentaient devant lui et les utilisait à son avantage pour réaliser ses rêves et objectifs olympiques.

À LIRE : Effah en or aux Championnats des moins de 23 ans de la NACAC

Blessure aux essais olympiques de 2012

Puis, en 2012, tout a changé. Effah était le double champion national en titre et il s’apprêtait à participer aux essais olympiques de 2012. Les observateurs s’attendaient à ce qu’il se classe premier ou deuxième et qu’il soit éligible aux Jeux olympiques de Londres. Seul Effah savait que, 54 jours auparavant, il avait subi une déchirure des quadriceps de la cuisse gauche à une rencontre de la Diamond League en Italie. Depuis, il avait subi des traitements tous les jours jusqu’à la journée de la course et n’avait pas foulé la piste une seule fois au cours de cette période.

Il pensait que l’énergie de la foule suffirait à le pousser jusqu’à la ligne d’arrivée, que c’était une guerre psychologique. Toutefois, aucun niveau de soutien n’aurait pu l’aider à surmonter ce type de blessure, et il a terminé huitième.

Bien que l’expérience ait été dévastatrice pour Sam, elle n’a pas éteint le feu qui brûlait en lui. Chaque échec, chaque piège a un côté positif et il ne se contenterait de rien de moins que l’or. Il savait comment se fixer des objectifs et comment les fracasser.

Un retour plus difficile que prévu

sam

Sam Effah en action lors de l’épreuve du sprint au Camp des recrues RBC.

En 2013, il est revenu en force et a remporté la médaille d’argent aux championnats nationaux, se qualifiant du coup pour les championnats du monde à Moscou, en Russie. Malheureusement, peu de temps après son grand retour, il encaissait un autre coup dur. Il avait toujours eu des problèmes avec ses hanches et, en 2014, il a appris qu’il devait subir une intervention chirurgicale pour réparer des déchirures importantes à chacune d’elles. Il avait tout calculé pour quand même participer aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto et être en pleine forme pour les Jeux olympiques de Rio. Toutefois, les médecins lui ont dit qu’en raison de la nature unique de l’opération et du fait qu’elle touchait ses deux hanches, il se pouvait qu’il n’atteigne jamais plus la même forme qu’en 2010. Rempli de détermination, Sam a accepté ce défi. Il a participé aux Jeux du Commonwealth de 2018, il s’entraîne actuellement pour Tokyo 2020 et il est en bonne voie d’y participer.

À LIRE : LePage, St-Louis-Pivin et Genest se démarquent aux Jeux du Commonwealth

Vers Tokyo 2020 et plus loin encore

Cependant, cette soif du dépassement de soi signifie plus pour lui que simplement être le meilleur. Il veut aussi découvrir jusqu’où cette soif et ce désir de mordre dans la vie peuvent le mener, afin qu’il puisse entonner l’Ô Canada sur la plus haute marche du podium à Tokyo 2020 et avoir un impact durable sur la prochaine génération d’athlètes.

En tant qu’olympien RBC, Effah a eu l’occasion d’agir comme mentor pour plusieurs jeunes athlètes qui sont considérés comme la prochaine génération d’Équipe Canada. Grand ambassadeur du Camp des recrues RBC – un programme qui fournit un financement et un soutien essentiels à la prochaine génération d’olympiens par le biais de la Fondation olympique canadienne – Sam a aidé de nombreux jeunes athlètes à comprendre ce qu’il faut pour réussir et à s’épanouir pleinement depuis le lancement de ce programme en 2016. Il conseille des athlètes tels que Pierce LePage, l’un des espoirs les plus performants du Camp des recrues RBC, qui espère aussi se rendre à Tokyo après avoir remporté une médaille d’argent aux Jeux du Commonwealth de 2018.

Sam Effah à L’entrainement sur une piste d’athlétisme extérieure.

« Je dis souvent aux jeunes athlètes qu’il n’y a rien de mal à avoir des rêves et des objectifs. Tout le monde devrait en avoir », dit Effah. « Mais pour réaliser ces rêves ou ces objectifs, il faut être prêt à travailler tout au long de l’année, et ce n’est pas toujours facile ni bon marché. »

Effah souligne que ce programme de la nouvelle génération marque le début de ce rêve et permet aux athlètes d’établir un parcours qui les mènera au podium sans avoir à s’inquiéter de la façon dont ils pourront se le permettre. Sans ce genre de soutien de la part de partenaires tels que RBC, beaucoup d’athlètes devraient probablement renoncer à la pratique de leur sport en raison d’une dette trop élevée et d’autres contraintes financières.

À LIRE : Le Camp des recrues RBC soutient la prochaine génération d’athlètes canadiens en leur donnant le coup de pouce additionnel dont ils ont besoin

Sam parle avec les athlètes du Camp des recrues RBC de la nécessité de vivre des situations qui peuvent être défavorables dans l’immédiat et de les utiliser pour en faire des passions. Transformer un négatif en positif. Les échecs font partie de la vie des athlètes, mais on peut revenir plus fort, plus sage et persévérer. Le fait d’entendre ces récits de la bouche d’un athlète de haut niveau qui a vécu de nombreuses épreuves, mentalement et physiquement, aide la jeune génération d’athlètes à comprendre que les revers sont tout aussi importants que chaque victoire.

« Le succès ne se limite pas à se rendre de A à B et à la réalisation de cet objectif », explique Effah. « Il s’agit de la façon d’utiliser ces échecs et de les transformer en la meilleure course ou compétition que vous ayez jamais faite. »

Sam Effah et Sarah Wells sont deux des olympiens RBC qui offre du mentorat auprès des des athlètes de la prochaine génération d’olympien.

Quant à Effah lui-même, il est prêt pour Tokyo 2020. Il sait qu’il a encore du travail à faire, mais cela ne fait que le motiver davantage à atteindre le sommet. Une motivation qui attisera le feu qui brûle en lui jusqu’à Tokyo.

Pour plus d’informations sur la façon dont RBC soutient la prochaine génération d’Olympiens canadiens, visitez le site campdesrecruesrbc.ca.