Biographie :

Tyler Mislawchuk est un tout nouveau membre de l’équipe nationale senior et il partage son entraînement entre l’Australie et l’Espagne. En 2013, il a remporté la médaille d’argent des Jeux du Canada où sa sœur Madison faisait aussi partie de l’équipe du Manitoba en aviron. Tyler a fait ses débuts en compétition internationale en 2011 où il a notamment pris le départ de la grande finale du Championnats du monde de l’ITU dans la division junior. En 2013, il a participé pour la première fois à la Coupe du monde en sol canadien, à Edmonton. Après avoir pris part à plusieurs épreuves de la Coupe panaméricaine, de la Coupe Oceania et de la Coupe européenne, il a fait ses débuts en Série mondiale de triathlon de l’ITU en 2015. À son troisième départ sur le circuit élite, il a terminé au 10e rang de l’arrêt de Londres où il a obtenu le meilleur classement de tous les triathloniens canadiens. Il a également réussi une 10e place lors des Jeux panaméricains de Toronto, en plus de participer à une grande finale pour la première fois dans la catégorie senior. Au début de sa saison 2016, il termine en 10e position à deux de ses trois participations en Série mondiale de triathlon.

À propos de l’athlète… 

Famille : Il est le fils de Fred et Eleanor Mislawchuk. Sa sœur cadette s’appelle Madison. Débuts : Il a participé à son premier triathlon à l’âge de 15 ans. Au début, il voulait un entraînement croisé pour le hockey et le soccer. Il rêve de représenter le Canada depuis qu’il a vu Simon Whitfield remporter la médaille d’argent de Beijing 2008. Au-delà du triathlon : Il suit plusieurs ligues sportives, mais la LNH est sa préférée. Il a terminé sa deuxième année d’études à l’Asper School of Business de l’Université du Manitoba. On le surnomme Missy. Ses sources d’inspiration sont Simon Whitfield et Teemu Selanne. Avant une course, il relaxe en regardant des émissions de télévision qui ne lui demandent pas de penser. Chaque fois qu’il visite un nouveau pays, il rapporte des souvenirs pour ses parents. Sa devise : « Il ne faut jamais dire jamais. »