Biographie :

Erin Mielzynski a réalisé une percée historique le 4 mars 2012 lorsqu’elle a remporté une course de slalom en Coupe du monde, à Ofterschwang, en Allemagne. Elle est ainsi devenue la première Canadienne depuis Betsy Clifford, en 1971, à remporter une épreuve de slalom en Coupe du monde. Au 5e rang après sa première descente, Erin a entamé sa deuxième descente après des grandes, dont l’Autrichienne Marlies Schild et l’Allemande Maria Riesch. Quand elle a pris la tête après sa deuxième descente, elle a dû attendre la fin de la descente des quatre dernières skieuses pour décrocher la victoire. Erin a fait ses débuts en Coupe du monde en novembre 2009. Avant de monter sur la plus haute marche du podium, son meilleur résultat précédent en Coupe du monde avait été une 13e place. Depuis cette victoire, elle s’est classée dix fois parmi les dix meilleures jusqu’à la saison 2016-2017, et elle a remporté une médaille de bronze en slalom à Zagreb, le 4 janvier 2013.

Après avoir fait ses débuts olympiques en prenant le 20e rang à Vancouver 2010, Erin a participé à ses premiers Championnats du monde de la FIS en 2011. Elle s’est classée 16e en slalom, mais elle a signé le meilleur temps de la deuxième descente de près d’une seconde. Elle a enchaîné avec une 17e place aux Championnats du monde de la FIS en 2013. Après ses deuxièmes Jeux olympiques en 2014 à Sotchi, Erin a connu d’excellents résultats aux Championnats du monde de 2015 où elle était capitaine de l’équipe canadienne qui a remporté la médaille d’argent de l’épreuve par équipes, qui fera son entrée au programme olympique de PyeongChang 2018. Elle y a également réussi son meilleur résultat en carrière : une 6e place en slalom.

À PROPOS DE L’ATHLÈTE

Débuts : Erin Mielzynski a déjà fait de la compétition de ski nautique et a remporté une médaille d’argent en sauts aux Championnats du monde juniors de 2006 avant de se concentrer sur le ski alpin. Elle suppliait les opérateurs de remonte-pentes, à Georgian Peaks, de la laisser faire une dernière descente à l’heure de la fermeture.

Au-delà du ski alpin : Elle aime lire, cuisiner et bricoler, tout comme elle aime faire du vélo sur route et jouer au squash. Elle aurait aimé avoir des aptitudes pour l’art ou la musique. Elle voudrait devenir vétérinaire après la compétition. On la surnomme E.R. (comme l’appelait son père lorsqu’elle était petite) et Air. Elle idolâtrait Hermann Maier pour sa façon de persévérer après des blessures graves subies lors d’accidents de ski et de moto. Parmi ses citations favorites, on trouve celles-ci, de Gandhi : « Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde » et « Vivez comme si vous deviez mourir demain. Apprenez comme si vous deviez vivre pour l’éternité. » Elle se décrit comme une personne perfectionniste et déterminée, qui pense trop. Son souvenir olympique favori est d’avoir enlacé sa famille à la ligne d’arrivée après l’inspection du parcours. Elle raconte que la performance de Joannie Rochette à Vancouver après le décès de sa mère a été un des moments les plus courageux dont elle ait été témoin dans le monde du sport. Elle porte toujours un collier sur lequel est inscrit « Believe » lorsqu’elle participe à une compétition.

PALMARÈS INTERNATIONAL

Jeux olympiques d’hiver : 2014 – 21e (slalom géant), 1 DNF (slalom); 2010 – 20e (slalom)

 

Championnats du monde FIS : 2017 – Ég. 5e (par équipes), 15e (slalom); 2015 – ARGENT (par équipes), 6e (slalom); 2013 – 17e (slalom); 2011 – 16e (slalom)