SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Ski – saut à ski

Ski – saut à ski

Le saut à ski est né en 1860 quand le Norvégien Sondre Norheim, le père du ski moderne, a installé un tremplin sur un rocher d’où il s’est élancé sans bâtons pour parcourir une distance de 30 mètres dans les airs. Son record est resté invaincu pendant plus de trois décennies. En 1862, la première compétition de saut à ski a été organisée à Trysil, en Norvège. Le tremplin le plus célèbre est celui d’Holmenkollen près d’Oslo. Il est le théâtre de compétitions depuis 1892 en plus d’être l’une des attractions touristiques les plus populaires de la Norvège avec son million de visiteurs chaque année.

 

Le saut à ski fait partie du programme olympique depuis les premiers Jeux d’hiver qui se sont tenus en 1924 à Chamonix. Pendant tout le 20e siècle, la discipline a été un bastion masculin. Il a fallu attendre 2009 pour que les femmes soient autorisées à prendre part aux Championnats du monde de ski de la FIS. Les sauteuses à ski n’ont pas réussi à faire inclure leur épreuve aux Jeux de 2010 à Vancouver, mais le CIO a voté l’intégration de l’épreuve individuelle féminine sur tremplin normal au programme des Jeux olympiques de 2014 à Sotchi.

 

Aux Jeux olympiques, les épreuves de saut à ski sont disputées sur deux rampes de longueurs différentes : le tremplin normal et le grand tremplin appelés ainsi en raison de la longueur de leur piste d’élan, soit la distance que les sauteurs peuvent parcourir. Le tremplin normal mesure entre 85 m et 109 m (106 m aux Jeux de 2014 à Sotchi), et le grand tremplin mesure plus de 110 m (140 m aux Jeux de 2014 à Sotchi).

 

Les résultats sont calculés en additionnant les points attribués à la longueur du saut et aux notes accordées à la position du sauteur en vol et à la réception. Chaque tremplin est doté d’une zone d’atterrissage, le point K, calculé selon la hauteur du tremplin (95 m pour le tremplin normal et 125 m pour le grand tremplin). Un saut qui atteint le point K rapporte 60 points. Chaque mètre en deçà ou au-delà du point K est compensé par le retrait ou l’ajout de points (+/- 2,0 pour le tremplin normal et +/- 1,8 pour le grand tremplin). Cinq juges évaluent le style du saut sur une échelle de 0 à 20. La note la plus haute et la note la plus basse sont éliminées et les autres notes sont additionnées. On fait ensuite la somme des points accordés à la distance et au style pour obtenir le pointage final.

 

La technique de saut a évolué considérablement depuis les débuts du sport. Le changement le plus important est survenu en 1985 quand le Suédois Jan Boklöv a adopté la technique en « V » où la spatule des skis est écartée, le corps est ramené près des skis et les bras sont allongés le long du corps en vol. Initialement décriée et pénalisée par les juges, cette technique lui a permis de terminer en tête du classement de la Coupe du monde de la FIS en 1985. Il n’en fallait pas plus pour que les autres sauteurs suivent son exemple. Lors des Jeux olympiques de 1992, tous les médaillés utilisaient la technique en « V ». Des études ont démontré que cette dernière augmentait la portance de 28 % par rapport à la technique en parallèle.

Événements

Grand tremplin individuel et tremplin normal individuel - hommes

Les deux épreuves individuelles masculines consistent en une ronde de qualification et une finale. Les dix premiers skieurs au classement de la Coupe du monde obtiennent automatiquement une place en finale où les rejoindront les 40 skieurs en tête du classement de la ronde de qualification. Les skieurs devront effectuer deux sauts en finale, mais seuls les 30 premiers après le premier saut auront droit à un deuxième saut. L’athlète qui obtient le pointage combiné le plus élevé après les deux sauts de la finale l’emporte.

Tremplin normal individuel - femmes

Il n’y a que 30 sauteuses qualifiées pour les Jeux, et l’épreuve comprendra uniquement une finale où les athlètes exécuteront deux sauts. L’athlète qui obtient le pointage combiné le plus élevé après les deux sauts l’emporte.

Grand tremplin par équipe - hommes

Chaque équipe est composée de quatre sauteurs et le pointage de l’équipe est obtenu en faisant la somme du pointage de chacun des athlètes. Les huit équipes en tête après le premier saut ont droit à un deuxième saut. L’équipe qui obtient le pointage combiné le plus élevé après huit sauts l’emporte.

Identification Olympique

Moments canadiensTous les éléments

Plonger dans les livres des records

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.