Les patineurs de vitesse sur courte piste du Canada ont ajouté quatre médailles à leur récolte, dimanche, à l’aréna de Gangneung pour conclure la Coupe du monde la plus fructueuse de leur saison.

Charles Hamelin et Charle Cournoyer se sont partagé le podium de l’épreuve 1000 m, décrochant l’or et le bronze respectivement. Ils ont également remporté une médaille d’argent comme membre de l’équipe du relais 5000 m qui a grimpé sur le podium pour la première fois de la saison. Le relais féminin a ajouté une quatrième médaille au total de la journée en s’emparant du bronze.

L’équipe canadienne quitte donc la Corée du Sud avec neuf médailles, son plus grand total depuis novembre 2015 à l’occasion de la Coupe du monde de Toronto.

À LIRE : Le Canada rafle cinq médailles en Corée du Sud

Hamelin et Cournoyer ont procuré au Canada un troisième doublé canadien sur le podium sud-coréen. Il s’agissait pour chacun de leur deuxième médaille individuelle de la saison. Le Russe Semen Elistratov a terminé au deuxième rang.

Samuel Girard et Charles Hamelin en action lors de l'épreuve 500 m de la Coupe du monde au Utah, le 13 novembre 2016. (AP Photo/Rick Bowmer)

Samuel Girard (droite) et Charles Hamelin en action lors de l’épreuve 500 m de la Coupe du monde au Utah, le 13 novembre 2016. (AP Photo/Rick Bowmer)

« Aujourd’hui, ç’a été une journée assez bien pour moi parce que j’avais eu des moments assez difficiles depuis que l’équipe est arrivée en Asie, a déclaré Hamelin dans un communiqué de Patinage de vitesse Canada. Dimanche, je voulais vraiment sortir tout ce que j’avais pour monter sur le podium, me mettre en confiance et mettre une bonne ‘vibe’ dans la bâtisse avant de partir car la prochaine fois qu’on risque de la voir, c’est pendant les Jeux olympiques. »

« Après trois autres distances assez difficiles en Asie, j’ai gagné la course d’aujourd’hui avec un bonheur de relâchement. C’était bien de revenir sur le podium avec une victoire en plus. »

Pour Cournoyer, il s’agissait d’une première médaille depuis sa victoire sur 1000 m à Calgary le mois dernier.

« J’ai travaillé sur beaucoup de choses récemment dans mes courses. Cette saison, mon but est vraiment d’améliorer les décisions que je prends dans mes courses. Dans certaines courses, je me suis mis en danger quand je me suis retrouvé dans des situations avec lesquelles je n’étais pas habitué ou à l’aise. Je suis donc très content que tout marche et de me retrouver sur le podium aujourd’hui, surtout à cette épreuve-test en route vers les Jeux olympiques. »

Charle Cournoyer (gauche) et Samuel Girard lors de la Coupe du monde de Calgary, le 6 novembre 2016. (Photo: THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh)

Charle Cournoyer (gauche) et Samuel Girard lors de la Coupe du monde de Calgary, le 6 novembre 2016. (Photo: THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh)

Après avoir terminé au pied du podium à deux reprises cette saison, le relais masculin a finalement réussi à mettre la main sur une première médaille. Hamelin et Cournoyer ont uni leurs efforts à ceux de Samuel Girard et Pascal Dion pour se hisser sur la deuxième marche du podium. La médaille d’or est allée à la Hongrie alors que le bronze a été octroyé aux États-Unis.

« On a fait un excellent travail aujourd’hui, a indiqué Hamelin. C’est notre meilleur relais depuis que nous sommes en Asie. Nous avons ajouté des petits trucs dans l’exécution de nos relais. Nous avons bien protégé notre place alors que nous étions cinq équipes. »

Le relais féminin formé de Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kasandra Bradette et Kim Boutin a mérité sa troisième médaille consécutive. Marie-Ève Drolet et Jamie MacDonald ont contribué lors des rondes préliminaires. Le quatuor canadien occupait le premier rang avec huit tour à faire. Une chute a cependant relégué le Canada en troisième position.

« On avait vraiment une bonne stratégie, nous étions solides, a constaté Marianne St-Gelais. Une chute a changé le cours des choses, mais je pense que nous pouvons être fières de ce que nous avons fait. Nous avons offert un tout nouveau relais et c’était vraiment solide. »

Le circuit de la Coupe du monde prendra une pause pour quelques semaines avant de reprendre l’action en février. Entre temps les championnats canadiens auront lieu à Montréal en janvier.