Destination Rio est une série d’articles sur les espoirs olympiques d’Équipe Canada pour Rio 2016. 

Si vous souhaitez voir un talent brut à l’œuvre cet été, gardez l’œil ouvert! Damian Warner sera sans l’ombre d’un doute l’un des espoirs les plus prometteurs au décathlon à Rio.

Originaire de London en Ontario, Warner a découvert sa passion pour l’athlétisme sur le tard, à l’âge de 17 ans. Ne sachant vers quel sport se tourner, c’est grâce aux recommandations de son entraîneur de basketball Gar Leyshon qu’il a fait le choix de la discipline multisports.

« Il y a certainement beaucoup de choses à apprendre lorsqu’on décide de s’entraîner pour le décathlon, a confié Warner à Olympique.ca à la fin de l’année 2015. C’était difficile au début, je ne m’attendais pas ça. J’ai dû m’ajuster à un nouveau genre d’entraînement. »

Il est intéressant de mentionner que Leyshon est toujours l’entraîneur de l’athlète ontarien.

Entraînement avec Damian Warner

Après seulement deux ans de compétition, Warner s’est retrouvé aux Jeux de Londres en 2012. Là, il a inscrit le deuxième meilleur pointage de l’histoire des décathloniens canadiens pour prendre le cinquième rang du classement général de la compétition. Du haut de ses 26 ans, le Canadien compte deux podiums des Championnats du monde d’athlétisme à son actif (2013 – bronze, 2015 – argent) en plus d’être médaillé d’or des derniers Jeux panaméricains à Toronto. C’est d’ailleurs là, devant ses proches, qu’il a fracassé le record canadien pour la première fois, marque qui était détenue préalablement par Michael Smith.

« Je me suis mis beaucoup de pression pour décrocher ce record, surtout parce que les Jeux se tenaient en sol canadien et que ma famille se trouvait dans les estrades, s’est-il souvenu. Lors des dernières épreuves, je savais ce que je devais faire pour battre le record. C’était génial de pouvoir partager ce moment. »

Warner s’est une fois de plus surpassé un mois plus tard en abaissant son propre record aux Mondiaux de Beijing où il a pris le deuxième rang.

Très talentueux aux épreuves de courses, Warner excelle particulièrement au 110 m haies. Son chrono le plus rapide de 13,27 secondes – qui est aussi le record national en vigueur – a été enregistré aux Championnats nationaux d’athlétisme en 2015 et se trouve à être bien en deçà du meilleur temps inscrit lors de la compétition d’épreuves combinées à Londres 2012 (13,54 s). Tout récemment, Warner a pulvérisé la meilleure marque mondiale du 100 m au décathlon en arrêtant le chrono à 10, 13 secondes à l’Hypo-Meeting de Götzis.

À LIRE : Damian Warner sacré champion à Götzis

Pour le champion du monde et olympique en titre, Ashton Eaton, Warner est évidemment son adversaire le plus dangereux. Adversaires, certes, mais les deux athlètes partagent aussi une belle et longue amitié sur la piste. Ensemble, ils se poussent et amènent la discipline vers de nouveaux sommets.

« Ashton est un athlète incroyable et il est très compétitif. Je me considère aussi comme un très bon athlète avec cette soif de compétition. Il me reste beaucoup de travail à faire en vue de Rio (il a mentionné notamment son désir d’améliorer ses performances au saut à la perche), mais je sais que lorsque viendra le temps de livrer la marchandise sur la piste du stade de Maracanã, je serai prêt à le défier pour l’or. »