Biographie :

En 2014, René Cournoyer a concouru aux Jeux olympiques de la jeunesse où il a tout juste raté d’une place sa qualification pour la finale du concours général. Toutefois, il s’est qualifié pour la finale des engins, notamment au saut de cheval et à la barre fixe.

En 2015, il était membre de l’équipe canadienne masculine qui a tout juste raté le podium aux Jeux panaméricains à Toronto. Il a fait ses débuts aux championnats du monde plus tard cette année-là. Cournoyer a tout juste raté l’occasion d’être le seul compétiteur du Canada en gymnastique artistique masculine à Rio en 2016, mais il a utilisé ce contretemps comme une source de motivation.

En 2018, il a remporté le championnat national du concours général et il a remporté des médailles aux six engins. Plus tôt en cours d’année, il a participé aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, remportant la médaille d’argent par équipe et décrochant une quatrième place aux anneaux, au saut de cheval et aux barres parallèles. Il s’est ensuite qualifié pour la finale du concours général aux Championnats du monde de 2018, mais il a été forcé de se retirer en raison d’une blessure.

À propos de René

Débuts : Il a commencé la gymnastique à l’âge de sept ans parce qu’il voulait faire des acrobaties… Autres intérêts : Il aime la lecture, la randonnée et le kayak… Il étudie en sciences naturelles à l’Université de Montréal… De tout et de rien : Son modèle est Kyle Shewfelt, qui a suscité chez lui le désir de concourir pour le Canada… Il voyage toujours avec la mascotte de son club et il aime échanger des chandails avec les athlètes d’autres pays… Il collectionne les ornements de Noël des différents endroits où il est en compétition… Sa devise : « Ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait. »