Biographie :

Pour Cam Stones, le passage du rugby au bobsleigh a été des plus naturel étant donné sa carrure, sa vitesse et son énergie. En 2012, il était le capitaine de l’équipe canadienne qui a pris part au Trophée mondial de rugby junior U20. Il a également connu une carrière universitaire couronnée de succès à l’Université McMaster. C’est d’ailleurs là qu’il a vu des athlètes de bobsleigh s’entraîner et qu’il a eu envie de tenter sa chance.

À 22 ans, il a participé à son premier camp de dépistage, et un an plus tard, en janvier 2015, il a fait ses débuts internationaux en bobsleigh à une compétition de la Coupe nord-américaine. Il a commencé la saison 2015‑2016 sur le circuit de la Coupe nord-américaine avant de faire ses premiers pas sur le circuit de la Coupe du monde en janvier 2016 en tant que membre de l’équipage de bob à quatre de Christopher Spring. Il a pris part à une course de bob à deux à la Coupe du monde pour la première fois en février 2016 avec le pilote Nick Poloniato, et plus tard, au cours de la même année, il a fait ses débuts aux Championnats du monde à l’épreuve par équipes, épreuve qui ne figure pas au programme olympique.

Cam a commencé à concourir à temps plein sur le circuit de la Coupe du monde en 2016‑2017 et a gagné sa première médaille, une médaille de bronze, en bob à quatre à Lake Placid avec Christopher Spring, Lascelles Brown et Samuel Giguère. Il était également de l’équipage de bob à quatre de Christopher Spring aux Championnats du monde de 2017. Faisant régulièrement équipe avec Spring et Poloniato en bob à quatre, Cam a récolté trois classements au top 10 à la saison 2017‑2018 de la Coupe du monde.

À PyeongChang 2018, Cameron et ses coéquipiers Josh KirkpatrickNick Poliniato, et Ben Coakwell, sont arrivés douzièmes à l’épreuve de bob à quatre.

À propos de Cam

Au‑delà du bobsleigh : Il a obtenu son baccalauréat ès arts spécialisé en sciences politiques de l’Université McMaster en 2015. Il aime faire de la pêche à la mouche et traîne toujours avec lui en voyage de l’équipement portatif pour pouvoir aller pêcher lorsque son horaire d’athlète le lui permet. Lorsque Cam avait 18 ans, le relais de la flamme olympique de Vancouver 2010 avait passé par sa ville, et il s’était levé très tôt pour y assister. Citation préférée : Mieux vaut se présenter à une course en bonne forme physique et en parfaite santé que l’inverse. Il se dit très superstitieux en compétition et planifie le jour de la compétition en détail jusqu’au choix de ses chaussettes.