Retour à la gloire

Le meilleur de 2023 : Retour vers la gloire

Ces champions ont surmonté des défis, des déceptions ou simplement des périodes creuses pour retrouver le chemin des podiums internationaux. S’armant de persévérance et propulsés par la passion pour leur sport, ces athlètes n’ont pas baissé les bras devant les embûches et ont montré que leur place était encore au sommet des classements.

Voici quelques athlètes qui ont renoué avec la gloire en 2023 :

Piper Gilles et Paul Poirier – Patinage artistique 

En décembre 2022, Piper Gilles et Paul Poirier étaient au sommet de leur art ! Les danseurs sur glace venaient d’être couronnés champions à la Finale des Grands Prix de patinage artistique de l’ISU présentée à Turin, en Italie. 

Cette victoire était pour eux un signe qu’ils avaient pris la bonne décision en décidant de poursuivre leur carrière compétitive après leur décevante campagne olympique à Beijing 2022. Avec le sentiment qu’ils avaient encore des choses à accomplir, un travail à terminer dans leur sport, ils ont retroussé leurs manches et ont amorcé la saison 2022-2023 avec éclat. 

  • Piper Gilles et Paul Poirier à la fin de leur danse libre.

Les premiers mois de 2023 ont toutefois été difficiles à naviguer pour les danseurs sur glace. Gilles a été contrainte de prendre une pause au milieu de la saison, car elle a dû subir une intervention chirurgicale visant à retirer son appendice ainsi qu’un de ses ovaires en raison d’un diagnostic de cancer ovarien de stade 1. 

Après une pause de trois mois, le duo était de retour sur le chemin du podium aux Championnats du monde de patinage artistique de l’ISU en mars où il a pris le troisième rang. Et dans les circonstances, cette médaille de bronze vaut de l’or. 

Ils ont amorcé la saison 2023-2024 en remportant les deux Grands Prix auxquels ils ont pris part; les Internationaux Patinage Canada et le Grand Prix Coupe de Chine. Gilles et Poirier sont maintenant prêts émouvoir leurs fans à la maison lors des prochains Mondiaux à Montréal en mars 2024. 

Christa Deguchi – Judo

Échouer à se qualifier pour les Jeux olympiques est difficile pour tout athlète dont c’est l’objectif, mais rater le grand rendez-vous alors que l’on est constamment parmi les meilleures au monde de sa catégorie, il y a de quoi rester amère. 

Christa Deguchi a toutefois persévéré et les résultats ont suivi. Aux Championnats du monde de judo de l’IJF en mai dernier, elle a été couronnée championne du monde pour la deuxième fois de sa carrière. Son premier sacre avait eu lieu en 2019, année où elle était devenue la première athlète de judo du Canada à mettre la main sur un titre mondial. 

Christa Deguchi avec sa médaille d'or autour du cou.
Christa Deguchi pose sur le podium après avoir gagné la médaille d’or des 57 kg aux Championnats du monde de judo de l’IJF 2023 à Doha, au Qatar, le mardi 9 mai 2023. (AP Photo/Hussein Sayed)

Les résultats de cette année lui permettent de prétendre à la place de qualification olympique pour représenter le Canada à Paris 2024 dans la catégorie féminine des 57 kg, place qu’elle devra disputer encore une fois à Jessica Klimkait qui figure elle aussi en permanence parmi les cinq meilleures judokas du classement mondial de leur catégorie de poids. 

Maggie Mac Neil – Natation

Maggie Mac Neil était de retour sur le podium de son épreuve fétiche, le 100 m papillon, aux Mondiaux 2023 où elle a remporté la médaille d’argent. Si elle était absente du podium de l’épreuve lors de l’édition de 2022, c’est qu’elle avait alors décidé de ne prendre part qu’à des épreuves de relais afin de prioriser son bien-être. En effet, être championne du monde et championne olympique a amené beaucoup de pression et d’anxiété à la nageuse et un pas de recul était nécessaire pour préserver sa santé mentale. 

  • Maggie Mac Neil avec sept médailles devant la piscine.
  • Maggie Mac Neil avec sa médaille d'argent.

Aux Jeux panaméricains de Santiago 2023 en octobre, Mac Neil a écrit une page de l’histoire du sport canadien en remportant cinq médailles d’or, le plus grand nombre de médailles d’or gagnées par un athlète canadien à une même édition des Jeux panaméricains. Trois de ces médailles d’or ont été remportées dans des épreuves individuelles : le 100 m papillon, le 50 m libre et le 100 m libre. Elle a conclu ces Jeux avec un total de sept médailles. 

Maggie Mac Neil est de retour au sommet et prête à briller à Paris 2024. 

À LIRE :

Mirela Rahneva  –  Skeleton

Mirela Rahneva a connu beaucoup de succès en Coupe du monde au fil des ans. L’année 2023 a toutefois été l’occasion pour l’athlète de signer une grande première; gagner une médaille à des Mondiaux. Elle est montée sur la troisième marche du podium de l’épreuve féminine de skeleton aux Championnats du monde de l’IBSF 2023, gagnant ainsi la première médaille du Canada depuis 2015 à des Mondiaux de skeleton. 

Mirela Rahneva célèbre après une descente de skeleton aux Championnats du monde de l’IBSF. (International Bobsleigh and Skeleton Federation)

En 2023, l’expérimentée athlète a aussi mis la main sur un premier Globe de cristal en quatre ans lorsqu’elle a terminé au troisième rang du classement général de la Coupe du monde de skeleton féminin. 

Mirela Rahneva a amorcé la saison 2023-2024 avec une médaille de bronze lors de la première Coupe du monde. Ses récents succès démontrent la patience et la persévérance de l’athlète de 35 ans. 

Caeli McKay et Pamela Ware – Plongeon

Ces deux athlètes expérimentées de l’équipe canadienne de plongeon sont montées sur le podium lors des Championnats du monde World Aquatics 2023 à Fukuoka, au Japon, et pour chacune d’elle, cette performance marquait la fin d’une période plus difficile de leur carrière.

La médaille de bronze remportée par Caeli McKay à l’épreuve féminine de la plateforme de 10 m était sa première médaille individuelle à des Mondiaux, elle qui s’était auparavant illustrée sur la scène internationale au 10 m synchronisé en compagnie de Meaghan Benfeito, qui a pris sa retraite après les Jeux olympiques de Tokyo 2020. McKay, qui a plongé à ses premiers Jeux olympiques en juillet 2021 malgré une grave blessure à la cheville, a finalement subi une intervention chirurgicale en octobre 2022 après avoir été aux prises pendant plus d’un an avec des douleurs persistantes. Elle n’est revenue à la compétition que quelques semaines avant les Mondiaux, lors de la Coupe du monde de plongeon World Aquatics à Montréal, au début mai. 

Caeli McKay posent avec la médaille de bronze.
Caeli McKay posent avec la médaille de bronze remportée à l’épreuve féminine de la plateforme de 10 m aux Championnats du monde World Aquatics 2023, à Fukuoka, au Japon. (Antoine Saito Photo)

Médaillée de bronze au tremplin de 3 m féminin aux Mondiaux de 2013, Pamela Ware a renoué avec le podium de cette compétition dix ans plus tard, en juillet dernier, lorsqu’elle a gagné sa deuxième médaille de bronze à ces championnats en carrière, encore une fois au tremplin de 3 m. La plongeuse de 30 ans a dû travailler fort pour reconstruire sa confiance, un plongeon complètement raté en demi-finale aux Jeux de Tokyo ayant entraîné des conséquences psychologiques qui ont perduré pendant un long moment. 

Ware, qui n’avait pas pris part aux Mondiaux en 2022, a fait son retour sur un podium international à la maison lorsqu’elle a gagné la médaille d’argent au tremplin de 3 m à la Coupe du monde de Montréal en mai. 

En octobre, elle a poursuivi sur son air d’aller, gagnant deux médailles d’or, au 1 m et au 3 m, aux Jeux panaméricains de Santiago 2023, en plus de remporter une médaille d’argent au 3 m synchronisé en compagnie de Mia Vallée. 

  • Pamela Ware rebondit sur le tremplin de 3 m alors qu'elle se prépare à plonger
  • Pamela Ware sur le podium avec une médaille d'or.

Ces deux plongeuses sont sur une lancée qui pourrait bien les mener sur le podium à Paris 2024. 

Katie Vincent – Canoë de vitesse  

S’il n’est pas toujours facile de perdurer dans le sport, c’est d’autant plus difficile à faire lorsque la coéquipière avec qui l’on formait l’une des meilleures équipes au monde prend sa retraite. 

Médaillée d’argent du C-2 500 m féminin à Tokyo 2020 aux côtés de sa partenaire de longue date Laurence Vincent Lapointe, qui a par la suite pris sa retraite sportive, Katie Vincent est à nouveau parmi l’élite mondiale de l’épreuve, cette fois avec Sloan MacKenzie. Aux Championnats du monde de la FIC en août dernier, les deux Canadiennes ont remporté la médaille de bronze et procuré au Canada une place de quota olympique à cette épreuve. 

Les Canadiennes Sloan Mackenzie et Katie Vincent participant à l'épreuve de canoë-kayak en C2 féminin 500 m aux Mondiaux de Duisburg en Allemagne.
Les Canadiennes Sloan Mackenzie et Katie Vincent participent à l’épreuve féminine de canoë C-2 500 m aux Mondiaux de Duisburg en Allemagne. canoephotography.com/Bence Vekassy(ICF)

Vincent en a aussi profité pour faire le plein de médailles, remportant trois médailles d’or dans des épreuves qui ne figurent pas au programme olympique : le C-1 500 m féminin, le C-1 5000 m féminin et le C-2 500 m mixte avec Connor Fitzpatick. 

Une chose est certaine, Katie Vincent a montré qu’elle était là pour durer. 

Mike Woods – Cyclisme sur route

C’est à l’âge de 36 ans que Mike Woods a remporté sa première étape du Tour de France, un rêve de longue date. En juillet dernier, il s’est imposé lors de la neuvième étape de l’édition 2023 de la Grande Boucle, lui qui en était à sa quatrième participation au Tour de France. 

Michael Woods franchit la ligne d'arrivée.
Le Canadien Michael Woods s’approche de la ligne d’arrivée pour remporter la neuvième étape du Tour de France cycliste sur 182,5 kilomètres (113,5 miles) avec départ à Saint-Léonard-de-Noblat et arrivée au Puy de Dôme, France, dimanche 9 juillet 2023. (AP Photo/Daniel Cole)

Woods, cycliste professionnel sur le World Tour depuis 2016, avait auparavant réalisé plusieurs résultats dignes de mention, dont une médaille de bronze à la course sur route aux Championnats du monde de l’UCI 2018 et une cinquième place aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Il avait aussi célébré des victoires d’étape au Vuelta a España, un autre grand tour, en 2018 et 2020. 

Pour beaucoup de cyclistes, le Tour de France, le plus ancien et le plus prestigieux des grands tours, revêt un sens particulier et Mike Woods avait l’ambition d’ajouter son nom à la courte liste des Canadiens vainqueurs d’une étape qui inclut aussi Steve Bauer et Hugo Houle. Il peut maintenant dire mission accomplie.