Biographie :

Olympien de deuxième génération, Sergio Pessoa a participé à ses premiers Jeux olympiques en 2012 à Londres où il s’est classé parmi les 20 premiers dans la catégorie des 60 kg. Il a avancé automatiquement au premier tour avant de voir la victoire lui échapper lors de son premier combat contre le Kazakh Yerkebulan Kossayev lors du bris d’égalité. Parmi les faits saillants de sa carrière, Sergio a remporté une médaille d’argent aux Championnats panaméricains de 2012 et est aussi monté sur les podiums de la Coupe du monde et du Grand Prix à plusieurs reprises. Il a réussi à se qualifier pour l’Équipe olympique canadienne de 2012, même s’il a raté une grande partie de la période de qualification en raison d’une blessure. Il a participé pour la première fois aux Championnats du monde de 2009, trois mois à peine après une intervention chirurgicale pour soigner une bursite au genou droit. En décembre 2010, il s’est disloqué la hanche pendant un stage d’entraînement. Il est revenu à la compétition en mai 2011, mais il s’est déchiré le ligament croisé antérieur gauche en juin et il est retourné sur la table d’opération. Il a obtenu son meilleur résultat en carrière aux Championnats du monde de 2013 lorsqu’il a terminé à égalité en 9e position. Il a subi encore deux autres opérations afin de reconstruire son ligament croisé antérieur gauche. Sergio a remporté l’argent à la Coupe du monde Asian Open de Taipei en juillet, après sa 5e place aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, son premier podium international en deux ans. Il a atteint le podium des Championnats panaméricains en 2016 avec sa médaille d’argent; il n’y était pas monté depuis 2012.

 À propos de l’athlète… 

Famille : Son père Sergio est son entraîneur et un olympien des Jeux de 1988 pour le Brésil. Il a terminé 9e de la catégorie des 60 kg à Séoul. Sa mère s’appelle Claudia. Son frère aîné Diego a participé à des compétitions de natation au sein de l’équipe de l’Université McGill. Son frère cadet Danilo joue au soccer pour l’Université de Montréal. Arrivée au Canada : La famille a déménagé de São Paulo à Kedgwick, au Nouveau-Brunswick, en 2005, lorsque son père a obtenu un emploi d’entraîneur dans un petit club. Son père était courtier en valeurs mobilières, mais il voulait offrir une meilleure vie et une meilleure éducation à ses fils. La famille est restée un an au Nouveau-Brunswick jusqu’à ce que son père soit invité à devenir entraîneur pour le prestigieux club de judo Shidokan à Montréal. Il a obtenu sa citoyenneté canadienne en 2009. Débuts : Il a commencé le judo à l’âge de 4 ans en suivant les traces de son père et de sa tante. Au‑delà du judo : Il aime faire du surf et jouer au soccer. Il suit avidement la bourse. Il est titulaire d’un baccalauréat en économie de l’Université Concordia. On le surnomme Serginho. Sa devise : « Bats-toi comme si ton prochain combat était le dernier. »